Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Hand Solo Records

Fil des billets Fil des commentaires

BACKBURNER - Eclipse

, 11:28

Apparue à la fin des années 90, à la faveur du mouvement hip-hop indé qui sévissait à l'époque, la connexion entre les scènes rap d'Halifax, Nouvelle-Ecosse, et de Toronto et London, Ontario, n'a jamais été rompue. Mieux, avec le temps, ses principaux acteurs ont poursuivi une histoire parallèle du rap, ils ont développé leur sous-genre à eux, à l'écart de toute mode, un genre fait de hip-hop fantaisiste et enjoué inspiré de la période old school, de raps rapides issus de la décennie 90, de scratches et de samples à tous les étages, d'un esprit nerd et potache, comme l'affectionnent souvent les rappeurs blancs de peau, de textes remplis à ras-bord d'allusions aux séries B, et d'un feeling très live, très dynamique, comme si – que ce soit le cas ou une illusion – ils étaient accompagnés de "vrais" instruments.

BACKBURNER  - Eclipse

Lire la suite...

BACKBURNER - Heatwave

, 23:26

Thesis Sahib, Jesse Dangerously, Wordburglar, Johnny Hardcore, Ghettosocks, More Or Les, ou encore Timbuktu, Chokeules et Psybo de Toolshed. Voici des gens qui, sans être des stars du hip-hop, ont été souvent célébrés dans nos pages pour avoir proposé quelques disques remarquables sur les 10 ou 15 dernières années. Il leur a fallu du temps, cependant, pour sortir un album en commun. Ce n'est qu'en 2009 que tous ces rappeurs canadiens, avec l'aide d'Uncle Fes, Fresh Kils, Jay Bizzy, Beatmason, Frank Deluxe, Dexter Doolittle, Ambition, Manalive, Ginzu333 et Mister E, avec lesquels ils forment le collectif Backburner, se sont décidés à enregistrer ensemble cet Heatwave, sorti deux années plus tard.

BACKBURNER - Heatwave

Lire la suite...

WORDBURGLAR - 3rdburglar

, 23:20

Pour ceux qui auraient perdu le fil, du fait de ses travaux annexes, EP, mixes ou participation au collectif Backburner, le titre de cet album remet la chronologie au clair : c'est le troisième que propose le Canadien Wordburglar. L'ordre, cependant, a peu d'importance. Car depuis 2003, voire avant, c'est à peu près le même rap de bouffon que nous sert le rappeur d'Halifax, aujourd'hui relocalisé à Toronto.

WORDBURGLAR - 3rdburglar

Lire la suite...

TOOLSHED - The Lost

, 22:46

Non content d'exister encore, Toolshed reste fidèle à sa recette. Sorti quatre longues années après son dernier album, Relapse, ce The Lost daté de 2011, signé chez le tout aussi increvable label Hand'Solo, et regroupant des titres originaux accompagnés d'une poignée de remixes, ne dépaysera aucun des connaisseurs qui ont déjà goûté au hip-hop bondissant et jaillissant du groupe de Toronto.

TOOLSHED - The Lost

Lire la suite...

HIDDEN FORTRESS - All That Is

, 12:12

Pas franchement connus, les gens de Hidden Fortress. Quelques détails pourtant, nous donnent des indices sur le type de hip-hop que ces Canadiens sont à même de nous proposer. Une sortie chez Hand’Solo Records tout d’abord, un label en passe de détenir le record de longévité sur la scène rap indé, à défaut de détenir la palme de la productivité. Et puis, la présence aux côtés de ce duo de Vancouver d’énergumènes un peu plus connus, le délirant Japonais Kaigen, le beatmaker Planit, alias The Dirty Sample, et Modulok des très sombres Red Ants.

HIDDEN FORTRESS - All That Is

Lire la suite...

COMPILATION - Bassments of Badmen Vol. 2

, 23:22

Avant d’aborder le cœur du sujet, un brin d’histoire : à l’origine même de Hand’Solo, il y avait eu ce premier Bassments of Badmen en 1996. A une époque où le rap indé du gouffre prenait tout juste son essor, le label canadien contribuait à orienter les projecteurs sur la remuante scène hip-hop d’Halifax, Nouvelle-Ecosse, et révélait des gens dont on entendrait souvent parler les années suivantes, Buck 65, Sixtoo ou, dans un genre plus classique, Classified.

va-bassments-of-badmen-volume-2.jpg

Lire la suite...

THE DIRTY SAMPLE - Joshua’s Dreamixes

, 13:19

N'allez pas dire aux gens de Hand'Solo Records que le rap indé est mort et enterré. Parce qu'eux, ils continuent comme au premier jour. Chez eux, pas de rap de chambre intimiste, ni de conversion indie pop, mais toujours ce hip-hop des marges, tout comme il y a dix ans. Le label canadien avait été l'un des pionniers, ses premières traces discographiques remontant jusqu'en 1996, à une compilation qui avait révélé la prolifique scène d'Halifax. Et il est maintenant l'un des derniers Mohicans, ayant ménagé sa survie au rythme d'environ un album par an, voire moins, dont l'un des derniers exemplaires est ce Joshua's Dreamixes.

THE DIRTY SAMPLE - Joshua’s Dreamixes

Lire la suite...

LEXINGTON + WHATEVSKI - Customer Appreciation Day

, 22:14

Les gens de Hand'Solo Records savent pratiquer l'art du teasing. Plus de dix ans que ce label phare de la scène indie rap canadienne existe. Et pourtant, il aligne rarement plus d'une sortie par an. Alors forcément, à ce rythme, chaque nouveau disque est presque un événement, même quand il est le fait de quasi inconnus. En 2008, c'est au tour de Lexington et Whatevski de s'y coller. Comme il se doit, ces deux là viennent d'endroits improbables (Simon Lexington est de Winnipeg, Evgeniy Whatevski est un immigré russe) et se sont rencontrés dans un lieu tout aussi inattendu (Calgary) pour former autrefois un groupe répondant au doux nom de Jonny Sootentai, puis sortir un premier album ensemble en 2005, Over It, sur leur propre label, tout en fricotant avec quelques figures de la scène canadienne, comme Mcenroe, les Swollen Members ou Aalo Guha d'Imaginations Treetrunk.

LEXINGTON + WHATEVSKI - Customer Appreciation Day

Lire la suite...

EPIC - Aging Is What Friends Do Together

, 22:31

Tout Epic est résumé dans ce titre ironique. Sur ce premier solo depuis quatre ans, et bien qu'il ait changé de label (Hand'Solo a remplacé Clothes Horse), le plus atypique des rappeurs canadiens est égal à lui-même : faussement naïf, porté sur l'auto-dérision et adepte d'un humour décalé. Sur Aging is What Friends Do Together, le MC grisonnant révèle son admiration pour un hockeyeur dont il ne sait plus trop s'il est russe, tchèque ou slovaque ("Ah Hemsky"), il ne désespère pas de devenir un rappeur crédible, même s'il habite dans un patelin, qu'il porte des lunettes ("Walking Around Town") et que ses ambitions musicales ne font pas de lui un séducteur ("Move Home"). Et il nous signale, en se comparant sur un ton pince-sans-rire à Public Enemy et à Big Daddy Kane, que les plus radicaux des rappeurs dorment eux aussi avec des chemises de nuit ("Sleeping Shirts").

EPIC - Aging is What Friends Do Together

Lire la suite...

WORDBURGLAR - Burglaritis

, 22:52

SJ the Wordburglar, c’est la frange la plus classique du hip-hop d’Halifax, celle qui n’a pas oublié que le rap, à la base, c’est juste un type qui la ramène avec ses jeux de mots sur un beat qui tape fort, éventuellement souligné par des scratches. "You know how I feel with rap with no wordplay: it sucks", dit sur "The WB" celui qui porte en son nom le principe de l’acrobatie verbale. Et sur "Buttafly", il attaque ceux qui ne partageraient pas ce point de vue.

WORDBURGLAR – Burglaritis

Lire la suite...