Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Gang Starr

Fil des billets Fil des commentaires

GANG STARR - Step in the Arena

, 23:17

La Statue du Commandeur du rap. Son Moïse, le détenteur de ses Tables de Lois. Voici ce que Gang Starr était à la fin des années 90. Deux figures imposantes et intimidantes, qui semblaient avoir édicté pour toujours la bonne façon de faire du boom bap new-yorkais. Côté DJ Premier, des boucles de jazz sobres, ciselées avec finesse et précision, une science poussée du détail stylistique qui fait mouche, un talent exceptionnel de cratedigger, de dénicheur de sample. Côté Guru, une voix à la fois chaude et aigre, déclamant de manière sobre et monotone les réflexions d'un sage des rues. Tout cela deviendrait un gimmick, une recette, aussi révérée qu'usée. Mais avant que le duo ne devienne ce parangon du classic rap, adulé jusqu'à l'écœurement par les puristes, il avait livré au moins deux vrais classiques.

GANG STARR - Step in the Arena

Lire la suite...

GANG STARR - Daily Operation

, 23:33

C’est à double titre que Daily Operation mérite d’être qualifié de parangon du classic rap. D’abord, parce qu’il était le modèle même de l’esthétique du jazz rap new-yorkais au temps de sa splendeur et de son magistère critique (le succès grand public, lui, viendrait un peu plus tard). Mais aussi, parce que cette musique incarnait les principes mêmes du classicisme, celui du XVIIème siècle : ordre, sobriété, épure, tempérance, contrôle, soumission des passions à la raison.

GANG STARR - Daily Operation

Lire la suite...