Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Duct Tape Entertainment

Fil des billets Fil des commentaires

ALLEY BOY - Definition of Fuck Shit

, 23:02

Alley Boy, qui a continument fait parler de lui ces dernières années, doit son émergence à cette mixtape jalon de 2010, une très élégamment nommée Definition of Fuck Shit, alors parrainée par DJ Holiday et The Empire. C'est elle qui inaugura la suite mémorable composée d'un deuxième volet du même titre (2011), de Purgatory (2011), de The Gift of Discernment (2012), et d'autres encore. C'est grâce à ce projet, au succès du single "Tall", avec Young Dro, qui en était issu, au renfort du rappeur du moment, Waka Flocka Flame, mais aussi à une signature l'année d'avant chez Atlantic, que les regards se sont alors tournés vers le rappeur, et que sa notoriété s'est étendue au-delà de sa base, Atlanta.

ALLEY BOY - Definition of Fuck Shit

Lire la suite...

ALLEY BOY - Purgatory

, 12:47

Si un jour, on s'interroge sur ce qui a été le grand moment de la carrière d'Alley Boy, il se pourrait bien que la réponse soit 2011. Ce fut en tout cas l'année de son ascension, après sa première apparition dans l'ombre de son voisin de la Zone 6, Gucci Mane, sur Chicken Talk 2 (2008), et juste avant des projets mieux exposés, comme ce The Gift of Discernment (2012), qui pour beaucoup, notamment en France, fut celui de la révélation. En 2011, surtout, le rappeur d'Atlanta sortit deux grandes mixtapes : le second numéro de son Definition of F#ck Sh*t, déjà abordé sur ces pages, et puis, plus tôt dans l'année, de nombreux mois après qu'il ait été annoncé, le projet Purgatory: The Story of Judas, sous le patronage de DJ Drama.

ALLEY BOY - Purgatory

Lire la suite...

THE DEVIL - VIOLENCE

, 22:55

Le diable. La violence. Voilà qui annonce clairement (ou sombrement, plutôt) la couleur. A l'image de Harbinger, la mixtape jumelle qui l'avait précédée en 2013, cette nouvelle sortie de The Devil semble vouloir explorer jusqu'au bout le thème en question : le mal, la brutalité, la sauvagerie. Et elle le fait sur le mode de l'expérimentation et du collage, avec des morceaux démembrés et parfois bruyant, mettant bout à bout tout ce qui peut lui servir à illustrer le propos : du punk ou du metal, avec Converge et The Dillinger Escape Plan, et même de la country, avec ce bon vieux Johnny Cash, ou une reprise du "Hey Hey My My" de Neil Young. Et puis, essentiellement, du rap, vecteur musical le plus actuel de la violence.

THE DEVIL - VIOLENCE

Lire la suite...

ALLEY BOY - War Cry

, 11:39

Alley Boy a beau être sous contrat avec Atlantic, il ne néglige pas ses mixtapes pour autant. Ses mixtapes, d'ailleurs, déclare-t-il en présentant War Cry, sa toute dernière, sont en fait des albums. Il les traite avec le même soin, le même professionnalisme, qu'un véritable disque, sélectionnant dans sa production prolifique les titres qui lui paraissent les meilleurs. On peine pourtant à le croire, à écouter les 22 plages de cette dernière livraison gargantuesque, qui venue compléter ces Definition of Fuck Shit 1 et 2, Purgatory, Nigganati et The Gift of Discernment grâce auxquels il a bâti sa réputation, ces trois dernières années.

ALLEY BOY - War Cry

Lire la suite...

ELDORADO RED - White Power

, 23:33

Au cœur de la nouvelle vague du trap rap à Atlanta, il y a bien sûr le collectif Duct Tape. Et en son sein, parmi d'autres, se trouve Eldorado Red. Ce dernier, cependant, n'est pas tout à fait un nouveau venu. Avant de se lier à Alley Boy autour de 2010, puis de rejoindre sa bande, il a trainé un temps sur la Baie de San Francisco, et fréquenté The Federation et leur producteur, Rick Rock, qu'il avait connu en Alabama, l'un des deux endroits où il a passé sa jeunesse, avec Harlem. Par ailleurs, récemment, le rappeur a rejoint le label CMG de Yo Gotti.

ELDORADO RED - White Power

Lire la suite...

TROUBLE - December 17th

, 12:42

Avec une vieille posture, celui du mauvais garçon au cœur qui saigne. Voici comment se présentait Trouble en 2011 avec December 17th, la sortie qui a révélé le rappeur le plus passionnant de Duct Tape Entertainment après Alley Boy, son chef de file. Suivant la tendance du moment, celle des Drake, Future et consorts, celle du bâtard sensible en somme, ce rappeur là pouvait s'épancher et exposer ses blessures, ou pleurer, comme sur "World Goes 'Round", sur le sort d'une grand-mère en chaise roulante et sans couverture sociale.

TROUBLE - December 17th

Lire la suite...

LOUIE V MOB - New World Order

, 22:46

C'est une vieille histoire, celle de l'artiste décrié, méprisé, vilipendé en son temps, et auquel l'avenir a pourtant donné raison. A la fin des années 90, en effet, le succès de No Limit ne faisait pas l'unanimité. Avec son rap démagogique et ses productions de série, le label était alors considéré par certains comme une dégénérescence, comme un cancer. Oui mais voilà, 15 ans plus tard, et peu après que son fils ait refondé le label, son patron, Master P, fait un comeback remarqué, et il est révéré comme un modèle par une génération qui se précipite pour collaborer avec lui, et déclamer à pleins poumons des "No Limit forever" !

LOUIE V MOB – New World Order

Lire la suite...

ALLEY BOY - Definition of F#ck Sh*t 2

, 23:27

A Atlanta, le rap va toujours aussi bien de nos jours, à en juger par le rendement d'artistes établis comme Gucci Mane, l'émergence de stars comme Waka Flocka Flame et Future, et l'irruption de toutes nouvelles pousses comme Trinidad James. La bonne santé rapologique de la ville du Sud se confirme aussi par la productivité des principaux membres du collectif Duct Tape Entertainment, Trouble, Pesci, Eldorado Red, et par celle du fondateur même de ce sémillant collectif, Alley Boy.

ALLEY BOY - Definition of F#ck Sh*t 2

Lire la suite...

TROUBLE - 431 Days

, 23:19

Si une chose semble avoir marqué de manière indélébile Trouble, rappeur d'Atlanta et membre du Duct Tape Entertainment, le collectif mené par Alley Boy, c'est son séjour en prison. Sa précédente sortie, un notable December 17th, avait pour titre, en effet, la date de sa remise en liberté, fin 2010. Et cette autre, 431 Days, finalisée en mars 2012, poursuit l'idée en comptant le nombre de jours qui ont séparé la fin de son incarcération de la distribution de cette nouvelle mixtape.

TROUBLE - 431 Days

Lire la suite...