Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Divine Styler

Fil des billets Fil des commentaires

DIVINE STYLER - Spiral Walls Containing Autumns of Light

, 22:45

Si Divine Styler est devenu une figure culte chez les amateurs de rap affranchi, ce n'est pas tant pour son premier album, l'excellent Word Power, que pour le second, le très expérimental Spiral Walls.... Sorti de façon miraculeuse sur une major, à une époque bénie où ces dernières signaient à peu près tous les rappeurs qui passaient, ce disque radical explosait en effet tous les cadres du hip-hop.

DIVINE STYLER - Spiral Walls Containing Autumns of Light

Lire la suite...

DIVINE STYLER FEAT. THE SCHEME TEAM - Word Power

, 22:44

Cela avait commencé sous les meilleurs auspices pour Divine Styler, par la sortie de deux albums sur le label Rhyme Syndicate, d’Ice-T. Mais ni Word Power en 1989, ni l'expérimental Spiral Walls Containing Autumns of Light en 1991, ne sont allés bien au-delà du succès d’estime. Plus tard, pourtant, quelques fans et amis lui tendront des perches : on l'apercevra sur des albums de House of Pain, des Styles of Beyond, de Scott Herren (Prefuse 73) et de Maxim Reality (The Prodigy). Même l'Anglais James Lavelle lui permettra de sortir un troisième album chez Mo’Wax, un décevant Word Power Vol.2: Directrix. Mais rien n'y fera, Divine Styler restera une figure méconnue, il ne bénéficiera jamais la reconnaissance méritée.

DIVINE STYLER FEAT. THE SCHEME TEAM - Word Power

Lire la suite...

DIVINE STYLER - Wordpower 2: Directrix

, 23:09

Apparu dans le sillage d’Ice T et de son Rhyme Syndicate, Divine Styler avait sorti au tournant des années 80 et 90 deux disques particulièrement notables, l’excellent Wordpower, puis l’ardu Spiral Walls Containing Autumns of Light. Et puis après plus rien, pendant près de dix ans, la faute à une plongée sordide dans la drogue, puis à une phase mystique au cours de laquelle il avait entrepris un pèlerinage à la Mecque. Entretemps, bien sûr, son nom avait sombré dans l’oubli, si ce n’est auprès d’une poignée d’acharnés résolus à en faire un artiste culte, au point de nommer un fanzine hip-hop du nom de In Search of Divine Styler.

DIVINE STYLER - Wordpower 2: Directrix

Lire la suite...