Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

GT - Relentless

, 23:06

C'est une véritable chevauchée fantastique à laquelle nous avons assisté, l'an passé, avec le rap de Detroit. Ses acteurs n'étaient pas tous des nouveaux-venus, certains s'agitaient depuis plusieurs années déjà, dans l'underground local. Mais le récent coup de projecteur porté à cette scène, désormais exposée au-delà de ses bases, a semblé motiver les Sada Baby, Icewear Vezzo, Peezy, Lil Baby, BabyFace Ray et autre FMB DZ à sortir des projets tous plus affriolants les uns que les autres. Cela fut donc une longue cavalcade, qui s'acheva avec le Relentless de GT, sorti officiellement en 2018, mais disponible sous le manteau dès décembre 2017.

GT - Relentless

Lire la suite...

FMB DZ - Washington DZ

, 15:44

Que le titre de cette mixtape, un jeu de mot avec l'acteur Denzel Washington, n'induise personne en erreur. FMB DZ ne vient pas de la capitale des Etats-Unis, mais de la ville devenue celle du rap, en 2017 : Detroit. Il est une nouvelle preuve qu'en cette année, tout ce qui a compté est sorti de là-bas, à tel point qu'il nous faudra encore toute une partie de 2018 pour rendre compte de ce qu'il s'y est passé. Et quand bien même on se limiterait à raconter l'année du jeune Denzel, il y aurait déjà beaucoup à dire, vu que ce rappeur y a sorti pas moins de trois mixtapes, et qu'il a aussi défrayé la chronique en août, en se faisant tirer dessus à trois reprises. Cet incident ne l'a toutefois pas empêché de sortir quelques jours après son deuxième projet (les autres ont été I Ain't Gone Lie, en juillet, et The Gift, en décembre), et de l'entamer par un titre fortuitement nommé "Hard 2 Kill".

FMB DZ - Washington DZ

Lire la suite...

ICEWEAR VEZZO - Price Goin Up

, 22:25

En 2014, Eminem clôturait sa compilation Shady XV par "Detroit vs. Everybody", un posse cut avec Royce da 5'9", Big Sean, Danny Brown, Dej Loaf et Trick-Trick, présenté comme un hymne en l'honneur de la scène de Detroit. Cependant, comme ce morceau ne suffisait pas, comme il ne présentait qu'un tout petit échantillon de la scène rap de la Motor City, un remix apparut plus tard, avec cette fois une quinzaine de figures locales. Les plus célèbres, Guilty Simpson, Black Milk et Boldy James, provenaient de la première manifestation du rap de la ville : celle qui était ancrée dans le boom bap, et qui avait partie liée avec la tradition backpacker. Mais quelques autres personnes s'y exprimaient, plus modernes, plus représentatives du son qui désormais, domine Detroit, comme IceWear Vezzo.

ICEWEAR VEZZO - Price Goin Up

Lire la suite...

SADA BABY - Skuba Sada

, 23:20

En matière de rap, 2017 a été l'année de Detroit ; en tout cas celle de l'explosion de la scène locale, de cet underground gangsta qui serait l'héritier de l'influent Blade Icewood, décédé une décennie plus tôt. Et à Detroit, 2017 aura été l'année de Sada Baby, alias Skuba Steve. S'il est apparu récemment, en tournée, comme la doublure du rappeur le plus médiatisé de sa ville en ce moment, Tee Grizzley, c'est lui qui des deux (et de tous leurs comparses), mérite le plus d'égards. Après une année 2016 qui a été celle de la révélation, avec le single "Stacy", ce rappeur, dont le signe physique distinctif est une barbe imposante, n'a pas seulement sorti un projet remarquable, mais deux : Skuba Sada, puis D.O.N. - Dat One Nigga.

SADA BABY - Skuba Sada

Lire la suite...

BOSS - Born Gangstaz

, 22:33

De nos jours, Detroit est l'une des villes les plus actives et les plus excitantes sur le front du rap. Depuis vingt ans et un certain Eminem, elle peut également se targuer d'avoir livré à cette musique l'une de ses plus grandes stars. Mais avant, c'était une autre histoire. Active depuis les années 80, la scène locale a d'abord été totalement ignorée. Et c'est précisément pour cette raison, qu'à cette époque, deux jeunes filles issues de cette scène avaient décidé d'aller tenter leur chance ailleurs. Lichelle "Boss" Laws, la rappeuse, et Irene "Dee" Moore, son DJ, s'étaient alors relocalisées à Los Angeles. Le succès n'était pas venu tout de suite. Les deux partenaires avaient d'abord dû endurer des conditions de vie délicates dans le contexte hostile de South Central. Mais avec le temps, leur persévérance paya.

BOSS - Born Gangstaz

Lire la suite...

LIL BABY - Counted Up in the Dark

, 22:45

Pour ceux qui ne l'auraient pas encore remarqué, le temps des critiques et du contenu éditorial est révolu. Même si des gens issus de la vieille génération persistent dans cette voie (ici même, par exemple), il est devenu superflu de donner son opinion sur la musique, en tout cas par un texte écrit, vu qu'il suffit de faire circuler des liens qui permettront à quiconque de juger sur pièce. La jauge de la musique, autrefois, c'étaient des amateurs éclairés ou des professionnels du journalisme musical. Aujourd'hui, ces gens ne servent plus à grand-chose. L'unité de mesure, c'est la vitesse et la fréquence avec lesquelles une vidéo ou un lien Soundcloud circulent sur les réseaux sociaux. Voilà donc pourquoi il est si difficile de se documenter sur Lil Baby. Même si, à droite, à gauche, on a vu des gens vanter son projet, Counted Up in the Dark, presque rien n'a été écrit à son sujet.

LIL BABY - Counted Up in the Dark

Lire la suite...

BABYFACE RAY - Legend

, 22:49

Detroit est la nouvelle Mecque du rap. Peut-être l'est-elle-même depuis longtemps, mais nous ne l'avons réalisé que tardivement, grâce aux sorties solo ou collectives des Doughboyz Cashout, à l'engouement autour de Tee Grizzley, et aux projets récents de Peezy, comme ce Ballin Ain't A Crime déjà vanté sur ces pages. A ceux-là, il faut en ajouter un autre, BabyFace Ray, un proche du dernier cité. Membre comme lui de Team Eastside, il a commencé à se faire connaître en 2015, avec Gt X Mia (une collaboration avec un autre homme de Detroit, GT) et son premier solo M.I.A Season, puis il a poursuivi avec une salve de mixtapes.

BABYFACE RAY - Legend

Lire la suite...

PEEZY - Ballin Ain't A Crime

, 23:29

Un Peezy peut en cacher un autre. Alors que le buzz monte autour d'OMB Peezy, c'est un autre, Team Eastside Peezy (suivons donc cette mode qui consiste à précéder le nom d'un rappeur de celui de son collectif – parlerons-nous bientôt de WTC Raekwon ?) qui mérite toute notre attention. Celui-ci, en effet, a sorti avec Ballin Ain't A Crime, l'un des projets les plus notables de 2017. Contrairement au jeune natif de l'Alabama, cependant, celui-ci a de la bouteille. Son collectif, basé à Detroit, fait parler de lui depuis le début des années 2010. Et à presque 30 ans, Phillip Glen-Earl Peaks (son vrai nom) a déjà plusieurs albums ou mixtapes à son actif, dont Mud, Sweat & Tears, un projet de 2015, son plus remarqué à ce jour.

PEEZY - Ballin Ain't A Crime

Lire la suite...

PAYROLL GIOVANNI & HELLUVA - Payface

, 22:41

Décidément, Payroll Giovanni sait convaincre sur tous les formats. Il l'a fait avec les sorties collectives de son groupe, Doughboyz Cashout, aussi bien qu'avec ses projets solo, notamment ce Stack Season qui demeure l'un des tout meilleurs albums rap sortis l'an passé. Et il se distingue aussi par ses collaborations, comme Big Bossin' Vol. 1, une mixtape de 2016 produite par Cardo, ou plus récemment Payface, un projet en commun avec Helluva, un des producteurs les plus importants de Detroit, la bonne ville des Doughboyz Cashout, et le principal collaborateur de Tee Grizzley, dernière sensation en date issue de la Motor City.

PAYROLL GIOVANNI & HELLUVA - Payface

Lire la suite...

DANNY BROWN - Detroit State of Mind 4

, 22:48

Indubitablement, Danny Brown a été le trait d'union entre deux époques et deux écoles : celle du rap classique des années 90, avec son boom bap et son goût pour les samples ; et celle du nouveau siècle, avec sa dégaine de rappeur zinzin cramé par les drogues. Il a su séduire des gens dans chaque camp. Tel est d'ailleurs, probablement, le sens du titre de l'album qu'il a sorti en 2010, The Hybrid. Ce dernier, cependant, n'est pas la seule pièce de choix qu'il a proposée cette année là, ni même la meilleure preuve que le rappeur de Detroit avait grandi les deux pieds dans un rap puriste, conçu à l'ancienne. Son parfait complément a été, à quelques jours de distance, la quatrième mixtape de sa série Detroit State of Mind.

DANNY BROWN - Detroit State of Mind 4

Lire la suite...

PAYROLL GIOVANNI - Stack Season

, 11:31

Jusqu'à ce que Jeezy les invite à rejoindre son CTE, on n'en savait rien. Mais chez eux, à Detroit, les Doughboyz Cashout ne sont pas loin d'être des ghetto-stars. Ca a été confirmé en début d'année 2015 quand, la semaine suivant sa sortie, le nouvel album solo de Payroll Giovanni est devenu le plus vendu de la métropole sur iTunes. Et à écouter ce successeur à Get Money Stay Humble (2013), il est difficile de donner tort à ses acheteurs. Stack Season, en effet, est de première qualité, supérieur encore à We Run the City 4, le très bon album collectif du groupe sorti l'an passé, déjà vanté sur ces pages. Supérieur en fait, à la majorité des projets rap mentionnés à ce jour comme étant les plus notables de 2015.

PAYROLL GIOVANNI - Stack Season

Lire la suite...

DOUGHBOYZ CASHOUT - We Run the City 4

, 22:50

Comme l'indique le nom de leur mixtape la plus récente, les Doughboyz Cashout (ou DBCO) ne sont pas nés d'hier. Ce volume est bel et bien le quatrième d'une série, We Run the City lancée en 2009. Mais ça n'est qu'en 2013 que ce quartet (oui, je sais, ils sont cinq sur la pochette) s'est fait connaître au-delà de ses bases, quand Young Jeezy les a accueillis sur son label, CTE (Corporate Thugz Entertainment) et qu'il a conçu avec eux (et avec YG, un autre des rappeurs en vue du moment avec son album My Krazy Life) la mixtape Boss Yo Life Up Gang. En 2014, tout était donc réuni pour que cette dernière sortie bénéficie d'une exposition inédite, d'autant plus qu'elle s'avère dans l'ensemble très réussie.

DOUGHBOYZ CASHOUT - We Run the City 4

Lire la suite...

APOLLO BROWN & GUILTY SIMPSON - Dice Game

, 11:19

On peut dire ce que l'on veut du producteur Apollo Brown. D'être conservateur, à l'instar de cette scène de Detroit dont il est issu, représentée par Black Milk, Elzhi et feu J Dilla. D'être un producteur passéiste, au regard désespérément rivé vers le rétroviseur. De ne s'employer qu'à produire du boom bap chargé à foison de samples soul, comme au beau milieu des années 90, plutôt que d'innover ou de chercher à être en phase avec son temps. Tout cela est vrai. Cependant, ce qu'Apollo Brown fait, il le fait généralement très bien.

APOLLO BROWN & GUILTY SIMPSON - Dice Game

Lire la suite...

- page 1 de 2