Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - CunninLynguists

Fil des billets Fil des commentaires

CUNNINLYNGUISTS - Strange Journey Volume One

, 22:57

Les CunninLynguists auront été, de plusieurs manières, un groupe à contre-courant, l'exception qui confirme la règle. Le duo, puis trio, a représenté le backpack rap dans un Dirty South qui lui était étranger. De manière anachronique, il a perpétué un hip-hop d'Atlanta remontant aux meilleures heures de la Dungeon Family, à rebours des vagues crunk, puis trap, qui allaient submerger la ville. Et il a connu un succès relatif à partir de 2006, aux alentours de leur troisième album, A Piece of Strange, au moment même où leur type de rap semblait avoir échoué dans les poubelles de l'histoire. Si bien qu'au terme de la décennie 2000, le groupe était fermement inscrit dans le paysage rap, il pouvait côtoyer des gens extérieurs à la veine indie rap à laquelle ils avaient été associés, et se joindre à la fête quand, à la fin des années 2009, les mixtapes avaient acquis un statut inégalé à ce jour.

CUNNINLYNGUISTS - Strange Journey Volume One

Lire la suite...

CUNNINLYNGUISTS - Will Rap For Food

, 16:04

Autour de l'an 2000, le rap indé de backpackers s'est décliné et répandu presque partout aux Etats-Unis, mais il n'a jamais vraiment conquis sa partie Sud. Et pour cause : pour l'essentiel, il se voulait le contraire exact de la musique alors en plein essor dans les anciens Etats esclavagistes, une musique le plus souvent sale, sexuée, gangsta, synthétique et dansante, qui allait progressivement tourner le dos à l'héritage du hip-hop new-yorkais et à son boom bap. Au sein du très vaste Dirty South, seuls quelques rappeurs isolés de Floride pouvaient, à la rigueur, être rattachés au mouvement indé. Et puis, bien sûr, les CunninLynguists.

CUNNINLYNGUISTS  - Will Rap For Food

Lire la suite...