Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

NOAH23 - Fry Cook on Venus

, 23:08

Noah23 est de ces personnages, demi-stars de l'underground, qui n'ont jamais percé, mais n'en ont pas moins été une grosse référence auprès de l'internationale rap indé des années 2000. Et comme beaucoup de gens dans la même situation, maintenant que cette phase du hip-hop est de l'histoire ancienne, le rappeur de Guelph, Ontario, a trouvé refuge sur Fake Four, la structure des frères Ramos, où il a sorti, en 2011, ce Fry Cook on Venus. Et le moins qu'on puisse dire avec ce quatrième album officiel, c'est que ce changement de label s'entend.

NOAH23 - Fry Cook on Venus

Lire la suite...

FACTOR - Chandelier

, 22:22

A l'origine, à l'époque de compilations très perfectibles comme Time Invested (2002), le beatmaker Factor semblait être un second couteau du très riche underground rap canadien. Certes, on lui a reconnu assez vite un joli carnet d'adresses, avec ses collaborateurs issus de l'indé californien. Mais ces boucles toutes bêtes qui caractérisaient son style de production, construites de manière stéréotypée avec des samples de voix, de guitares ou de pianos, respiraient trop souvent la facilité, elles en semblaient parfois paresseuses et inoffensives.

FACTOR - Chandelier

Lire la suite...

HERMITOFTHEWOODS - Land of the Lotus Eaters

, 15:08

Halifax existe toujours. Et Halifax, comme à son habitude, depuis maintenant 15 ou 20 ans et la petite hype qui s'était emparée un temps de la capitale de la Nouvelle-Ecosse, aime délivrer un rap cérébral et mutant, prompt à se frotter aux ambiances et aux sons venus d'autres genres musicaux. C'est en tout cas ce que rappelle ce nouvel album de l'artiste local Hermitofthewoods, le premier qu'il sort sur Endemik Music, le label de Scott Da Ros, qui se charge par ailleurs de la production.

HERMITOFTHEWOODS - Land of the Lotus Eaters

Lire la suite...

SOSO - Not for Nothing

, 15:17

Depuis 2007 et son dernier véritable album, Tinfoil on the Windows, on pensait que soso avait disparu avec Clothes Horse, son label. Il y avait bien eu All They Found was Water at the Bottom of the Sea, en 2009, un disque sorti en commun avec DJ Kutdown, mais cela n'avait été qu'un projet instrumental sans lendemain, disponible uniquement chez les fétichistes japonais de Hue Records. En 2013, cependant, soso est toujours là. Comme d'autres artistes importants de la vague rap indé, il a trouvé refuge chez l'un des rares labels à entretenir encore la flamme, en l'occurrence, ici, le Endemik Music de Scott Da Ros.

SOSO - Not for Nothing

Lire la suite...

SIXTOO - Almost a Dot on the Map

, 22:52

The Psyche Years - 1996-2002

Au milieu des années 2000, Sixtoo, de son vrai nom Vaughn Robert Squire, ancien membre du groupe pionnier de la scène d'Halifax, le Hip Club Groove (il se faisait appeler alors C.L.S.C.A.R.R.), ex-comparse de Buck 65 au sein des Sebutones, franchissait un pas supplémentaire vers la notoriété internationale en signant un contrat chez les Anglais de Ninja Tune. Mais avant cela, en guise d'au revoir à l'époque où, référence de l'underground hip-hop, il était encore méconnu au dehors, le Sebutone nous proposait une compilation sur Vertical Form, le label anglais qui avait sorti son très bon album de 2003, Antagonist Survival Kit.

SIXTOO - Almost a Dot on the Map

Lire la suite...

THE CHICHARONES - When Pigs Fly

, 23:00

En 2005, les Chicharones n'en étaient pas à leur première sortie. Ils avaient déjà été les auteurs en commun d'un Boss Hog EP, dès 2003. Mais c'est avant tout sur scène que la complicité entre l'imparable Sleep, l'un des membres du collectif Oldominion, et l'inénarrable Josh Martinez, de la riche scène d'Halifax, s'était forgée, rodée et éprouvée. C'était patent, ça se ressentait à l'énergie dégagée par ce When Pigs Fly rien moins que réjouissant, enjoué et entraînant.

THE CHICHARONES - When Pigs Fly

Lire la suite...

NOLTO AND FACTOR - Red All Over

, 23:02

Dans les années 2000, Factor produisait des albums à tire larigot. C’était son mérite, mais c'était aussi son défaut. Le Canadien privilégiait parfois la quantité à la qualité. Il trouvait des boucles, il faisait des beats, mais il ne les peaufinait pas toujours comme le mériteraient les rappeurs souvent talentueux qu’il accompagnait. Red All Over cependant, l’un de ses quatre albums, pas moins, de 2005, se distinguait. Sur plusieurs de ses titres, Factor semblait transfiguré, il n'était plus ce vendeur de beats au mètre qu'il avait longtemps été.

NOLTO AND FACTOR - Red All Over

Lire la suite...

JESSE DANGEROUSLY - Humble & Brilliant

, 23:06

Jesse Dangerously a toujours valu mieux que l'étiquette nerdcore qui lui colle à la peau. Plusieurs sorties, où le Canadien a su se montrer drôle, astucieux et bon rappeur, l'ont prouvé. En 2011, notre gros Blanc barbu et à lunettes a même placé la barre plus haut que jamais avec Humble & Brilliant, un vrai bon album, bien foutu, conçu après 3 ans d'effort, et accompagné d'un livret de 70 pages auquel ont contribué Buck 65 et des figures de la BD ou du dessin-animé (Mike Holmes pour la pochette, Bryan Lee O'Malley et Hope Larson pour les autres illustrations).

JESSE DANGEROUSLY - Humble & Brilliant

Lire la suite...

EPIC - Local Only

, 22:33

Epic, c'était une voix suave, un phrasé débonnaire, et des mots qui respiraient une fausse ingénuité, une ironie douce, une dérision gentille. C'était aussi, avec son attitude timorée et ses cheveux blancs, un look inconcevable pour un rappeur normal. Le Canadien, qui n'était pourtant alors si vieux qu'il en avait l'air, ne manquait d'ailleurs pas de s'amuser de son apparence et de son âge, à plusieurs reprises ("Old Guys are Ready to Rock the Mic", "Middle Aged White MC").

EPIC - Local Only

Lire la suite...

RED ANTS - Omega Point

, 22:46

Ca n'a pas toujours été sensationnel les Red Ants. Avec leur rap sombre et engagé comme on n'en faisait plus depuis l'essor du rap indé, Modulok et Vincent Price forçaient sur la noirceur. Ton martial, beats rentre-dedans, bruit, imagerie science-fiction, rhétorique anticapitaliste, pochette moche aux couleurs de l'anarchie : la panoplie était complète sur Phobos Deimos, et ça ne respirait pas franchement la subtilité. Pourtant, il fallait bien reconnaître de l'impact et de grosses qualités à des titres comme "Lot’s Wife", "Incendiary Objects" et surtout "Future Imperfect".

RED ANTS - Omega Point

Lire la suite...

BACKBURNER - Heatwave

, 23:26

Thesis Sahib, Jesse Dangerously, Wordburglar, Johnny Hardcore, Ghettosocks, More Or Les, ou encore Timbuktu, Chokeules et Psybo de Toolshed. Voici des gens qui, sans être des stars du hip-hop, ont été souvent célébrés dans nos pages pour avoir proposé quelques disques remarquables sur les 10 ou 15 dernières années. Il leur a fallu du temps, cependant, pour sortir un album en commun. Ce n'est qu'en 2009 que tous ces rappeurs canadiens, avec l'aide d'Uncle Fes, Fresh Kils, Jay Bizzy, Beatmason, Frank Deluxe, Dexter Doolittle, Ambition, Manalive, Ginzu333 et Mister E, avec lesquels ils forment le collectif Backburner, se sont décidés à enregistrer ensemble cet Heatwave, sorti en fin de compte deux ans plus tard.

BACKBURNER - Heatwave

Lire la suite...

MYKA 9 & FACTOR - Sovereign Soul

, 23:00

Il existe une loi implicite, dans le hip-hop, selon laquelle les rappeurs vieillissent souvent mieux que les producteurs. Alors que l'on cesse rarement d'être un grand lyriciste, on perd plus facilement l'inspiration, côté musique. Aussi, quand un vétéran du micro s'acoquine avec un beatmaker plus jeune, ça peut parfois donner à de bonnes choses. Myka 9 et Factor l'avaient déjà montré en 2009 avec l'album 1969. Et ils confirment avec Sovereign Soul, un second disque conçu en commun.

MYKA 9 & FACTOR - Sovereign Soul

Lire la suite...

NOAH23 - Jupiter Sajitarius

, 22:27

"Le prochain album sera accompagné d'un dictionnaire", avait déclaré Noah23 sur "Julia Set", un titre issu du foisonnant Quicksand (2002). Cela n'aurait pas été une mauvaise idée. Car l'une des grandes caractéristiques du rappeur de Guelph, c'était de bourrer son rap d'expressions technologiques bizarres et de mots compliqués, issus du vocabulaire scientifique et médical, ou de la science-fiction. Ajoutés à cela son débit souvent rapide et le côté éclectique de ces beats passant sans prévenir d'un son folk à de la jungle, et les sorties de Noah23, depuis ce Neophyte Phenotype (2001) qui l'avait révélé, avaient de quoi laisser circonspect.

NOAH23 - Jupiter Sajitarius

Lire la suite...

- page 2 de 11 -