Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

THE WEEKND - House of Balloons

, 23:05

Le format mixtape, employé comme album de substitution, est tellement devenu une norme dans le rap, autour de 2010, qu'il a largement débordé sur les genres cousins, à commencer par le plus proche : le R&B. Tout comme Frank Ocean, une autre future star de cette musique, et avec la trilogie entamée par House of Balloons, Abel Tesfaye a emprunté cette voie pour se faire connaître. Il a suivi en cela le chemin tracé par son compatriote canadien Drake. C'est d'ailleurs en partie grâce à ce dernier qu'il s'est fait connaître, tant et si bien qu'on a cru que Noah "40" Shebib, le producteur de l'auteur de Take Care, était celui qui se cachait derrière le pseudonyme The Weeknd. L'erreur était excusable, le chanteur ayant entretenu un temps le mystère sur sa personne, et ses similitudes avec Drake ne s'arrêtant pas à l'usage du Web et de sorties gratuites comme mode de promotion.

THE WEEKND - House of Balloons

Lire la suite...

JAZZ CARTIER - Hotel Paranoia

, 22:48

La critique aime les trinités. Depuis que Drake a attiré l'attention sur la scène rap de Toronto, c'est en effet trois rappeurs locaux qui sont mis en avant. Outre Drizzy, les heureux élus sont donc Tory Lanez, et Jaye Adams, alias Jacuzzi Lafleur, alias Jazz Cartier. Déjà remarqué l'an passé, ce dernier a capitalisé tout de suite sur l'engouement pour sa ville et sur l'accueil favorable reçu par sa mixtape Marauding in Paradise, en sortant une suite en février 2016, un Hotel Paranoia pour lequel il a lancé un site web dédié, et qui bénéficie d'un retour presse rare pour un projet issu d'une métropole qu'il est désormais convenu d'appeler The Six.

JAZZ CARTIER - Hotel Paranoia

Lire la suite...

ROYCEBIRTH - Art On Fire!!

, 23:30

Aujourd'hui, quand on associe le rap à Toronto, on pense à Drake. Cependant, bien avant que ce dernier ne devienne une superstar et qu'il n'attire les projecteurs vers celle qu'on appelle désormais "The Six", la métropole canadienne était déjà une terre de rap. C'était, pour citer un exemple parmi bien d'autres, la base de Hand'Solo Records, un label qui, à partir 1996, a joué un rôle central au sein de l'underground canadien, et qui, aujourd'hui encore, défend avec vigueur une esthétique qu'on pourrait qualifier de "backpacker avancé" : encore très ancrée dans les années 90, mais différente, singulière, soit pour son côté loufoque, soit pour son refus des routines. RoyceBIRTH, leur dernière signature, un rappeur et beatmaker issu de Toronto même, ne déroge pas tout à fait à la règle.

royceBIRTH - Art On Fire!!

Lire la suite...

DRAKE - So Far Gone

, 23:18

Aubrey Drake Graham est un personnage dual. De par sa double carrière d'acteur et de rappeur, bien sûr. Mais aussi du fait de son origine, canadienne et blanche par sa mère, et afro-américaine par son père, un Noir de Memphis qui connût des démêlées avec la justice et des passages en prison. Et cette dualité affecte aussi sa musique : il y est l'homme sensible qui ouvre son cœur à l'aide d'un rap et de chants doucereux, celui qui explore un style délicat qui lorgne du côté du R&B, une posture qui lui vaut d'être devenu une superstar des années 2010 ; mais il a aussi cause liée avec un rap sudiste plus sale, moins fréquentable, ayant été le protégé de Lil Wayne, côtoyant Future de près, et ayant porté à l'attention du public les fous dingues de l'après trap d'Atlanta, comme ILoveMakonnen et Migos, ou bien ceux de Houston, comme The Sauce Factory, parmi beaucoup d'autres encore.

DRAKE - So Far Gone

Lire la suite...

TOMMY GENESIS - World Vision

, 22:39

Depuis quelques mois, à Atlanta, les gens d'Awful Records semblent pousser plus loin encore les frontières du rap. Ils sont la prochaine étape, voire le point d'arrivée, de cette longue descente vers le bizarre, l'halluciné et l'expérimental, suivie par nombre d'artistes issus de la capitale géorgienne depuis plusieurs années déjà. Cependant, ce collectif de producteurs et de rappeurs ne s'arrête pas exactement aux limites de la ville. Father, son chef de file, est allé chercher plus loin des personnes cultivant le même état d'esprit, le même non-conformisme. Il a poussé ses antennes jusqu'à Vancouver, au Canada, où, via la magie d'Internet, il s'est mis en relation avec Tommy Genesis, laquelle est devenue le seizième membre de l'équipage Awful, et a sorti sous leur égide un très bon premier album.

TOMMY GENESIS - World Vision

Lire la suite...

JAZZ CARTIER - Marauding In Paradise

, 22:58

Toronto est une ville rap, et ça ne date pas d'hier. Dès les années 90, des artistes venus de là ont contribué à l'histoire du hip-hop, comme le pionnier Maestro Fresh-Wes, les Dream Warriors, les DJs Sir Scratch et K-Cut de Main Source, ainsi, plus tard qu'une vague de rappeurs emmenés par Kardinal Offishall et Choclair, pas toujours très palpitants, mais qui ont représenté pour leur pays une vague underground alors en plein essor. Ce passé, cependant, n'a aucune mesure avec l'attention portée sur la ville depuis qu'en est issu l'une des plus grandes stars du rap contemporain : Drake. Grâce à lui, Toronto, répondant désormais au sobriquet "The Six", a gagné sa place. Ses rappeurs sont sous les feux des projecteurs, et l'un des derniers à avoir bénéficié de cet intérêt est un certain Jazz Cartier.

JAZZ CARTIER - Marauding In Paradise

Lire la suite...

BACKBURNER - Eclipse

, 11:28

Apparue à la fin des années 90, à la faveur du mouvement hip-hop indé qui sévissait à l'époque, la connexion entre les scènes rap d'Halifax, Nouvelle-Ecosse, et de Toronto et London, Ontario, n'a jamais été rompue. Mieux, avec le temps, ses principaux acteurs ont poursuivi une histoire parallèle du rap, ils ont développé leur sous-genre à eux, à l'écart de toute mode, un genre fait de hip-hop fantaisiste et enjoué inspiré de la période old school, de raps rapides issus de la décennie 90, de scratches et de samples à tous les étages, d'un esprit nerd et potache, comme l'affectionnent souvent les rappeurs blancs de peau, de textes remplis à ras-bord d'allusions aux séries B, et d'un feeling très live, très dynamique, comme si – que ce soit le cas ou une illusion – ils étaient accompagnés de "vrais" instruments.

BACKBURNER  - Eclipse

Lire la suite...

INCISE - Daily Methods

, 23:27

Il y a des signes qui ne trompent pas. Incise, en effet, a commencé à se faire connaître en produisant un disque du rappeur de Toronto Prince Ali, intitulé I Miss 1994, en 2007. Et sur Daily Methods, deuxième album sorti sous son seul nom, pour beaucoup son meilleur, se trouvent des titres comme "Go Back" et "Bring It Back", le second étant une ode aux débuts fantasmés du rap. Le beatmaker d'Hamilton, dans l'Ontario, arpente donc la route maintes fois empruntée d'un hip-hop underground nostalgique, presque anachronique, en compagnie d'une pléiade de rappeurs obscurs (Shad K est ici le plus connu) aux paroles introspectives et réfléchies, et avec des sons jazzy, auxquels un grand soin a été apporté.

INCISE - Daily Methods

Lire la suite...

THE GOODS - The Goods

, 23:04

Vu la publicité faite autrefois, dans la petite sphère underground, sur le hip-hop audacieux et visionnaire d'Halifax, il est parfois étonnant de réaliser que certains de ses albums pionniers n'étaient en fait pas si révolutionnaires. Comme l'ensemble du rap indé, celle-ci est restée un temps très fidèle au boom bap new-yorkais du cœur des années 90. Ce n'est qu'après, avec les expérimentations des Sebutones, de Knowself, de Recyclone, qu'elle est vraiment passée à autre chose.

THE GOODS - The Goods

Lire la suite...

NOAH23 - Fry Cook on Venus

, 23:08

Noah23 est de ces personnages, demi-stars de l'underground, qui n'ont jamais percé, mais n'en ont pas moins été une grosse référence auprès de l'internationale rap indé des années 2000. Et comme beaucoup de gens dans la même situation, maintenant que cette phase du hip-hop est de l'histoire ancienne, le rappeur de Guelph, Ontario, a trouvé refuge sur Fake Four, la structure des frères Ramos, où il a sorti, en 2011, ce Fry Cook on Venus. Et le moins qu'on puisse dire avec ce quatrième album officiel, c'est que ce changement de label s'entend.

NOAH23 - Fry Cook on Venus

Lire la suite...

FACTOR - Chandelier

, 22:22

A l'origine, à l'époque de compilations très perfectibles comme Time Invested (2002), le beatmaker Factor semblait être un second couteau du très riche underground rap canadien. Certes, on lui a reconnu assez vite un joli carnet d'adresses, avec ses collaborateurs issus de l'indé californien. Mais ces boucles toutes bêtes qui caractérisaient son style de production, construites de manière stéréotypée avec des samples de voix, de guitares ou de pianos, respiraient trop souvent la facilité, elles en semblaient parfois paresseuses et inoffensives.

FACTOR - Chandelier

Lire la suite...

HERMITOFTHEWOODS - Land of the Lotus Eaters

, 15:08

Halifax existe toujours. Et Halifax, comme à son habitude, depuis maintenant 15 ou 20 ans et la petite hype qui s'était emparée un temps de la capitale de la Nouvelle-Ecosse, aime délivrer un rap cérébral et mutant, prompt à se frotter aux ambiances et aux sons venus d'autres genres musicaux. C'est en tout cas ce que rappelle ce nouvel album de l'artiste local Hermitofthewoods, le premier qu'il sort sur Endemik Music, le label de Scott Da Ros, qui se charge par ailleurs de la production.

HERMITOFTHEWOODS - Land of the Lotus Eaters

Lire la suite...

SOSO - Not for Nothing

, 15:17

Depuis 2007 et son dernier véritable album, Tinfoil on the Windows, on pensait que soso avait disparu avec Clothes Horse, son label. Il y avait bien eu All They Found was Water at the Bottom of the Sea, en 2009, un disque sorti en commun avec DJ Kutdown, mais cela n'avait été qu'un projet instrumental sans lendemain, disponible uniquement chez les fétichistes japonais de Hue Records. En 2013, cependant, soso est toujours là. Comme d'autres artistes importants de la vague rap indé, il a trouvé refuge chez l'un des rares labels à entretenir encore la flamme, en l'occurrence, ici, le Endemik Music de Scott Da Ros.

SOSO - Not for Nothing

Lire la suite...

SIXTOO - Almost a Dot on the Map

, 22:52

The Psyche Years - 1996-2002

Au milieu des années 2000, Sixtoo, de son vrai nom Vaughn Robert Squire, ancien membre du groupe pionnier de la scène d'Halifax, le Hip Club Groove (il se faisait appeler alors C.L.S.C.A.R.R.), ex-comparse de Buck 65 au sein des Sebutones, franchissait un pas supplémentaire vers la notoriété internationale en signant un contrat chez les Anglais de Ninja Tune. Mais avant cela, en guise d'au revoir à l'époque où, référence de l'underground hip-hop, il était encore méconnu au dehors, le Sebutone nous proposait une compilation sur Vertical Form, le label anglais qui avait sorti son très bon album de 2003, Antagonist Survival Kit.

SIXTOO - Almost a Dot on the Map

Lire la suite...

THE CHICHARONES - When Pigs Fly

, 23:00

En 2005, les Chicharones n'en étaient pas à leur première sortie. Ils avaient déjà été les auteurs en commun d'un Boss Hog EP, dès 2003. Mais c'est avant tout sur scène que la complicité entre l'imparable Sleep, l'un des membres du collectif Oldominion, et l'inénarrable Josh Martinez, de la riche scène d'Halifax, s'était forgée, rodée et éprouvée. C'était patent, ça se ressentait à l'énergie dégagée par ce When Pigs Fly rien moins que réjouissant, enjoué et entraînant.

THE CHICHARONES - When Pigs Fly

Lire la suite...

NOLTO AND FACTOR - Red All Over

, 23:02

Dans les années 2000, Factor produisait des albums à tire larigot. C’était son mérite, mais c'était aussi son défaut. Le Canadien privilégiait parfois la quantité à la qualité. Il trouvait des boucles, il faisait des beats, mais il ne les peaufinait pas toujours comme le mériteraient les rappeurs souvent talentueux qu’il accompagnait. Red All Over cependant, l’un de ses quatre albums, pas moins, de 2005, se distinguait. Sur plusieurs de ses titres, Factor semblait transfiguré, il n'était plus ce vendeur de beats au mètre qu'il avait longtemps été.

NOLTO AND FACTOR - Red All Over

Lire la suite...

JESSE DANGEROUSLY - Humble & Brilliant

, 23:06

Jesse Dangerously a toujours valu mieux que l'étiquette nerdcore qui lui colle à la peau. Plusieurs sorties, où le Canadien a su se montrer drôle, astucieux et bon rappeur, l'ont prouvé. En 2011, notre gros Blanc barbu et à lunettes a même placé la barre plus haut que jamais avec Humble & Brilliant, un vrai bon album, bien foutu, conçu après 3 ans d'effort, et accompagné d'un livret de 70 pages auquel ont contribué Buck 65 et des figures de la BD ou du dessin-animé (Mike Holmes pour la pochette, Bryan Lee O'Malley et Hope Larson pour les autres illustrations).

JESSE DANGEROUSLY - Humble & Brilliant

Lire la suite...

EPIC - Local Only

, 22:33

Epic, c'était une voix suave, un phrasé débonnaire, et des mots qui respiraient une fausse ingénuité, une ironie douce, une dérision gentille. C'était aussi, avec son attitude timorée et ses cheveux blancs, un look inconcevable pour un rappeur normal. Le Canadien, qui n'était pourtant alors si vieux qu'il en avait l'air, ne manquait d'ailleurs pas de s'amuser de son apparence et de son âge, à plusieurs reprises ("Old Guys are Ready to Rock the Mic", "Middle Aged White MC").

EPIC - Local Only

Lire la suite...

RED ANTS - Omega Point

, 22:46

Ca n'a pas toujours été sensationnel les Red Ants. Avec leur rap sombre et engagé comme on n'en faisait plus depuis l'essor du rap indé, Modulok et Vincent Price forçaient sur la noirceur. Ton martial, beats rentre-dedans, bruit, imagerie science-fiction, rhétorique anticapitaliste, pochette moche aux couleurs de l'anarchie : la panoplie était complète sur Phobos Deimos, et ça ne respirait pas franchement la subtilité. Pourtant, il fallait bien reconnaître de l'impact et de grosses qualités à des titres comme "Lot’s Wife", "Incendiary Objects" et surtout "Future Imperfect".

RED ANTS - Omega Point

Lire la suite...

BACKBURNER - Heatwave

, 23:26

Thesis Sahib, Jesse Dangerously, Wordburglar, Johnny Hardcore, Ghettosocks, More Or Les, ou encore Timbuktu, Chokeules et Psybo de Toolshed. Voici des gens qui, sans être des stars du hip-hop, ont été souvent célébrés dans nos pages pour avoir proposé quelques disques remarquables sur les 10 ou 15 dernières années. Il leur a fallu du temps, cependant, pour sortir un album en commun. Ce n'est qu'en 2009 que tous ces rappeurs canadiens, avec l'aide d'Uncle Fes, Fresh Kils, Jay Bizzy, Beatmason, Frank Deluxe, Dexter Doolittle, Ambition, Manalive, Ginzu333 et Mister E, avec lesquels ils forment le collectif Backburner, se sont décidés à enregistrer ensemble cet Heatwave, sorti deux années plus tard.

BACKBURNER - Heatwave

Lire la suite...

- page 1 de 7