Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Bomb Squad

Fil des billets Fil des commentaires

THE BOMB SQUAD - The Only Mixtape

, 23:24

Je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Un temps que la plupart des moins de 30 ans ignorent aussi. Un temps, la fin des années 80, où en matière de production rap, le fin du fin, le top de la crédibilité, ceux qui pensait-on annonçaient l'avenir du hip-hop, voire de la musique en général, étaient les beatmakers du Bomb Squad. Carl Ryder (en fait le rappeur Chuck D), Hank et Keith Shocklee, ains qu'Eric "Vietnam" Sadler, avaient poussé dans ses limites l'art de manier les samples et les machines, frisant l'expérimental sans jamais cesser d'être terriblement efficaces, et ils avaient prêté leurs services bien au-delà du groupe auquel ils étaient étroitement associés, Public Enemy.

THE BOMB SQUAD - The Only Mixtape

Lire la suite...

CHRISTOPHER R. WEINGARTEN - It Takes a Nation of Millions to Hold Us Back

, 23:38

Ce qui est le plus intéressant avec la collection 33 1/3, ce n'est pas toujours le contenu. C'est aussi, c'est peut-être même surtout, la forme. C'est de découvrir, à chaque fois, comment l'auteur s'en tire pour parler sur plus de cent pages d'un seul et même album, sans cesser pour autant d'être captivant. Les façons de se tirer de l'exercice, en effet, sont multiples. Certains, vont s'engager dans un fastidieux commentaire composé, et disséquer chaque son et chaque parole de chaque plage. D'autres, au contraire, vont élargir le sujet. Ils vont parler de la carrière des artistes concernés, de la scène dont ils sont issus, des conditions d'enregistrement du disque, ou bien de son impact public, critique et artistique.

CHRISTOPHER R. WEINGARTEN - It Takes a Nation of Millions to Hold Us Back

Lire la suite...

PUBLIC ENEMY - It Takes a Nation of Millions to Hold Us Back

, 22:23

En 1982, avec le bien-nommé "The Message", Grandmaster Flash et Melle Mel avaient lancé l'ère du rap engagé et fait entrer le hip-hop dans l'âge adulte. Il n'était plus seulement question de freestyle, de breakdance et chauffer les pistes, mais de donner un porte-voix à la communauté noire. Dorénavant, cette musique allait devenir son meilleur avocat. Six ans plus tard, d'ailleurs, Public Enemy enfonçait le clou sur le monumental It Takes a Nation of Millions to Hold us Back. Le groupe y confirmait son statut de Sex Pistols ou de Clash du rap avec un brulôt politique comme rarement les musiques "de jeune" n'avaient osé en signer.

PUBLIC ENEMY - It Takes a Nation of Millions to Hold Us Back

Lire la suite...