Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

BOMARR - Scraps

, 23:02

Il y a de tout, dans la discographie prolifique des Restiform Bodies. De l’officiel et du non-officiel. Du CD, du CD-R, de la cassette, des mixes en ligne. Du payant et du gratuit. Du collectif et du solo. Cependant, d’une sortie à l’autre, il est difficile de faire la différence : car quel que soit le support, c’est toujours ce hip-hop postmoderne en forme de patchwork, mêlé de rock, d’électronique et de bizarreries sonores. Ca respire toujours l’amateurisme, c’est systématiquement ce rap fantasque et exubérant qui cumule idées géniales et sons foireux, sans que n’apparaisse jamais le moindre souci de faire œuvre. Aussi est-il difficile de distinguer un disque en particulier de toute cette production. Quel album des Restiform Bodies est intéressant ? Tous. Lequel est un aboutissement ? Aucun.

BOMARR - Scraps

Lire la suite...

RESTIFORM BODIES - Sun Hop Flat

, 22:30

C’est un petit exercice, auquel on aime parfois s’adonner : repérer, parmi les différentes phases qu’a traversées le hip-hop, et parmi ses représentants, quels ont été leurs équivalents côté rock. Et bien, en ce qui concerne les Restiform Bodies, ce jeu de la comparaison est simple. Telephone Jim Jesus, Bomarr Monk et Passage ont été les Devo du rap, ou bien ses Butthole Surfers. Ils ont été ces artistes dadaïstes qui ont voulu déconstruire leur genre de prédilection, le métisser, le détourner, le tourner en dérision, l’adonner à une expérimentation bon enfant dont on ne sait jamais si elle tenait du pur génie, ou de la bouffonnerie.

RESTIFORM BODIES - Sun Hop Flat

Lire la suite...