Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

ANTIPOP CONSORTIUM - Tragic Epilogue

, 22:23

Le nom même d'Antipop Consortium, tout comme la pochette arty de leur premier album, révélait les intentions du trio. Issus du Nuyorican Café et du mouvement Rap Meets Poetry, creuset de la scène spoken word new-yorkaise, High Priest, Beans et M. Sayyid, épaulés par le DJ E. Blaize, proposaient avec Tragic Epilogue l'opposé exact de la variété rap (la pop, au sens américain du terme) devenue à la fin des années 90 la forme dominante des musiques populaires. Rien d'étonnant pour un groupe qui collaborait avec DJ Vadim, citait Sun Ra et Ornette Coleman comme influences, avait Company Flow et Mike Ladd pour compères et fréquentait aussi des artistes aussi divers qu'Arto Lindsay, Alec Empire ou Vernon Reid.

ANTIPOP CONSORTIUM - Tragic Epilogue

Lire la suite...

ANTIPOP CONSORTIUM - Fluorescent Black

, 22:32

Tout y est. Ce début tout en guitares furieuses et distordues, histoire de marquer leur retour de manière tonitruante. Ces trois voix éminemment reconnaissables, promptes aux chœurs assassins ("Volcano"), ces trois phrasés de tueurs prêts à toutes les folies, même à… chanter (les refrains de "Shine" et de "Fluorescent Black", l’introduction de "Born Electric") ! Ces rappeurs totalement atypiques, mais qui jouent pourtant tous les jeux traditionnels du rap, ego-trips en tête.

ANTIPOP CONSORTIUM - Fluorescent Black

Lire la suite...

ANTIPOP CONSORTIUM - Arrhythmia

, 22:20

Ah, cette nostalgie con, qui vous fait souvent préférer les premiers albums sortis par vos groupes fétiches... Cette pincée au coeur qui vous prend quand vos chouchous se mettent à séduire le voisin d'à côté, ce sale type qui, jusqu'à ce jour, n'avait fait preuve ni de goût, ni de discernement... C'est un peu ce qui a saisi certains fans d'Antipop Consortium, le jour où le trio New-yorkais a quitté le 75 Ark de Dan the Automator, pour se retrouver chez les hipsters anglais de Warp.

ANTIPOP CONSORTIUM - Arrhythmia

Lire la suite...

ANTIPOP CONSORTIUM - Shopping Carts Crashing

, 22:14

Même pas un an après Tragic Epilogue (2000), les New-Yorkais d'Antipop Consortium sortaient un album réservé au marché japonais, sur un obscur label local. Chez un groupe normal, une telle initiative n'intéresserait que les fans hardcore. Mais comme chacun le sait, APC n'a jamais été un groupe normal. Et si leur premier album restera pour toujours, haut-la-main, l'œuvre essentielle du trio (oui je sais, cet Arrhythmia qui poussa à son comble l'expérience IDM a aussi ses partisans), Shopping Carts Crashing n'a pas à rougir de la comparaison.

ANTIPOP CONSORTIUM - Shopping Carts Crashing

Lire la suite...

THE TREACHEROUS 4 - Point Ephemere - 24 novembre 2004

, 21:37

Les Treacherous Four ne sont pas un véritable groupe et leur rapport avec les Treacherous Three ne dépasse pas le stade du clin d'oeil. Les quatre lascars regroupés ce soir et sous ce nom au Point Ephémère étaient en fait Mike Ladd, Beans, Rob Sonic (de Sonic Sum) et Busdriver, soit l'une des plus belles brochettes d'artistes hip hop indé que la France ait pu voir jusqu'ici sur une même affiche.

Lire la suite...

BEANS - Tomorrow Right Now

, 22:32

Les splits n'ont jamais été une mauvaise nouvelle pour les vrais amateurs de musique. D'une, il vaut mieux crever un abcès devenu purulent que de s'évertuer à reproduire ce qui ne pourra pas être dépassé. De deux, les rescapés d'une aventure en groupe en profitent souvent pour se libérer en solo des compromis qui les corsétaient et pour livrer la pleine mesure de leurs obsessions, de leur talent et de leur personnalité. Mais Beans n'a pas saisi cette chance. Il s'est contenté d'un Tomorrow Right Now qui n'est que l'ombre floue de ce groupe totalement fabuleux qu'a été APC.

Lire la suite...