Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

THE SHAPE SHIFTERS - Adopted by Aliens

, 12:56

En 2000, année faste pour la scène rap indé en général, et pour le collectif angelino en particulier, les Shapeshifters avaient pensé à tout. En plus d'un Know Future dur à digérer, long posse cut de deux heures déclamé sur des beats informes par une multitude de MCs, et pourtant leur grande œuvre, les Californiens avaient sorti dans la foulée et sur un autre label, le Celestial de Daddy Kev, un Adopted by Aliens plus facile à avaler pour les non initiés.

SHAPESHIFTERS - Adopted by Aliens

Lire la suite...

AWOL ONE & FACTOR - Owl Hours

, 23:12

Voici donc un nouvel album d’Awol One. Sa livraison annuelle, en quelque sorte. Et pour nous rien de moins que le dixième article consacré à l’un de ses disques. Et comme cette nouvelle collaboration avec Factor n’est, comme d’habitude, ni un mauvais disque, ni le chef d’œuvre maintes fois espéré, les mots commencent à manquer pour parler du bonhomme, à moins de répéter encore ce qui a toujours été dit sur son flow et son numéro de rappeur à la voix rauque et imbibée d'alcool.

AWOL ONE & FACTOR - Owl Hours

Lire la suite...

AWOL ONE & DADDY KEV - Number 3 on the Phone

, 22:38

Au début des années 2000, on aurait prédit un triomphe à Awol One, avec sa voix incroyable d'alcoolique repenti, sa subtilité, son humour et ses fragilités, avec sa posture à mi-chemin du classicisme hip-hop et des plus folles audaces du Project Blowed. Et puis non, rien ne s'est passé. Ce membre charismatique des Shape Shifters n'a pas profité de l'engouement provoqué par son Souldoubt, il n'est jamais sorti de la confidentialité. Surtout, il n'a jamais produit la grande oeuvre que l'on était en droit d'espérer. Au contraire, au fil des ans, il n'a cessé de sortir des disques de moins en moins intéressants, exceptés quelques sursauts comme cet Only Death can Kill You plutôt bien fichu produit en 2007 par Factor.

AWOL ONE & DADDY KEV - Number 3 on the Phone

Lire la suite...

THE SHAPE SHIFTERS - Know Future

, 21:40

Voici, assurément, l'un des disques les plus bizarres et les plus singuliers que le hip-hop n'ait jamais conçu. Imaginez un long posse cut de deux heures, où une cohorte interminable de rappeurs plus déglingués les uns que les autres déclament à n'en plus finir une suite sans queue ni tête de blagues potaches, d'ego trips et de considérations délirantes sur les dinosaures, les pyramides et les Martiens.

THE SHAPESHIFTERS - Know Future

Lire la suite...

AWOL ONE & FACTOR - Only Death can Kill You

, 21:44

Sans conteste, Awolrus est un acteur clé de l'underground californien. A son échelle, il est une star. Pourtant, il est ardu de lui trouver un chef d'œuvre. Serait-ce Souldoubt, l'album des tubes ? Slanguage, sa virée free jazz avec Daddy Kev ? Number 3 on the Phone, pour le fabuleux "Carnage Asada" ? Difficile à dire, chaque disque mêlant le brillant au frustrant. Alors peut-être faut-il, à tous, leur préférer ce calme, court et discret Only Death Can Kill You, sorti avec Factor.

AWOL ONE & FACTOR - Only Death can Kill You

Lire la suite...

AWOL ONE, JOSH MARTINEZ & DJ MOVES - Splitsville

, 21:42

Ce split album conçu par 3 des acteurs les plus essentiels du rap indé était l’occasion de se faire apprécier par leurs fans réciproques. Malheureusement le disque se montre plutôt fade, si l’on excepte le très joli et mélancolique titre éponyme de l’album.

Lire la suite...

JOSH MARTINEZ, 2MEX, AWOL ONE & THE INSECTS - Le Triptyque - 27 janvier 2007

, 22:21

Si l’on excepte la prestation de Buck 65 pour la sortie de POPvolume #3 il y a 5 ans, le concert du 27 janvier dernier au Triptyque était la première soirée hip hop jamais parrainée par POPnews. Et sur ce coup, sans parti-pris et en toute bonne foi, nous avons eu le nez creux. En réunissant sur un même plateau trois MCs phares du rap indé et deux artistes de la scène méconue de l’Arizona, les fiers membres de Laitdbac nous ont offert l’événement rap parisien le plus réjouissant de ce début d’année.

Lire la suite...

AWOL ONE - The War of Art

, 21:55

C’était écrit, la scène West Coast Underground exploserait un jour grâce au charismatique Awol One. Manque de chance, le rendez-vous est raté. Aujourd’hui, c’est Mickey Avalon qui s’apprête à triompher, pendant que notre chouchou sort le plus pathétique de ses disques.

Lire la suite...

AWOL ONE & DADDY KEV - Killafornia

, 17:31

Cinq titres seulement pour la dernière sortie commune d’Awol One et de Daddy Kev, un disque en demi-teinte où une fois de plus, l’inimitable rappeur californien à la voix rauque joue le rôle d’attraction principale.

Lire la suite...

THE SHAPE SHIFTERS - Was Here

, 19:53

Une chose est sûre : les Shapeshifters ont changé. Auparavant, un disque des Shapeshifters, c'était une sorte d'interminable freestyle sur les aliens, Moïse et les pyramides clamé successivement par 30 MCs sur une poignée de beats à la limite du n'importe quoi. Maintenant, c'est un peu plus cadré, un peu plus immédiat et un peu plus taillé pour les gens normaux.

Lire la suite...

AWOL ONE - Self Titled

, 19:59

Le disque le plus récent d'Awol One multiplie les ressemblances avec le dernier album de son compère 2Mex. Comme lui, il est sorti chez Palladin Records. Comme lui, il ne porte pas vraiment de titre. Comme lui, il offre la prestation sans tâche d'un MC d'exception sur des beats qui dans l'ensemble, sont loin d'être à la hauteur. Comme lui encore, il gagne en accessibilité ce qu'il perd en saveur.

Lire la suite...

THE SHAPE SHIFTERS - Nouveau Casino - 4 mars 2004

, 23:31

Ce soir c'est fête. Jugez plutôt, les Shapeshifters et leurs amis, la deuxième vague du Project Blowed, le coeur même du West Coast Underground, le groupe hip hop indé ultime et capital s'est déplacé en masse en France, un soir à Rennes, deux autres à Paris. Vu le ton tout foufou de leurs albums et la très forte personnalité de chaque rappeur du collectif, le meilleur était à espérer pour cette prestation assurée au Nouveau Casino par une pléiade de MC et par Deeskee au deejaying, du genre 150 fois ce que nous a déjà apporté leur intarissable et pléthorique discographie.

Lire la suite...

AWOL ONE & DADDY KEV - Slanguage

, 13:24

Slanguage a beau être le troisième album qu’Awol One nous concocte avec le producteur Daddy Kev et le DJ D-Styles, après Souldoubt et Number 3 on the Phone, le trio ne nous avait pas encore fait ce coup là. Délaissant les petites instrus rap bien calibrées dont il était coutumier sur les autres disques, Kev s’est engagé cette fois dans un délire formel total inspiré du free jazz. Revirement étonnant mais qui a tout à fait sa place sur Mush (le plus audacieux des labels hip hop) et qui, après tout, correspond assez bien à la dégaine d’Awol One, à sa voix éraillée, à ses chantonnements d’ivrogne, à ses freestyles et à son rap tout en divagations.

Lire la suite...

AWOL ONE & DADDY KEV - Souldoubt

, 22:56

Le ventre fécond du Project Blowed n'en finit pas d'engendrer. Sept ans après sa compilation manifeste, les affiliés et les héritiers du collectif hip hop culte continuent à produire des oeuvres qui ravissent les amateurs d'underground hip hop californien : dernière petite sensation en date, le Souldoubt d'Awol One.

Lire la suite...