Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Australie

Fil des billets Fil des commentaires

IGGY AZALEA - Ignorant Art

, 22:47

Vue de loin, cette mixtape semblait un pur produit de la scène de Los Angeles. Y participaient en effet quelques figures locales, comme YG, Problem et Joe Moses, et elle était produite par l'équipe D.R.U.G.S., connue plus tard pour son association avec Ty Dolla $ign. Son principal protagoniste, cependant, rappait dans le style et avec l'accent du Sud des Etats-Unis. Iggy Azalea, pourtant, n'était issue ni de Californie, ni de Géorgie. Elle n'était même pas afro-américaine, mais blanche, blonde et australienne. Fascinée par le rap américain depuis qu'elle était devenue fan de 2Pac, Amethyst Kelly s'était envolée à même pas 16 ans pour le pays de ses idoles, trainant à Miami, Houston, puis Atlanta, avant de prendre le chemin de la Côte Ouest, sur les conseils de la maison de disque Interscope.

IGGY AZALEA - Ignorant Art

Lire la suite...

THE HERD - Summerland

, 23:11

Les gens d'Elefant Traks, ces cousins australiens des indés nord-américains, leurs égaux en termes de rap à l'esprit large, étaient bien sous tout rapport. Ils étaient créatifs, inventifs, inspirés, et dépassaient avec adresse les frontières habituelles du genre. Pourtant, jusqu'ici, le hip-hop tout plein de vrais instruments proposé par le groupe phare du label, The Herd, semblait davantage taillé pour la scène que pour le studio. Malgré quelques coups de génie, comme le single "I Was Only 19", la reprise réussie d'un titre contre la guerre du Vietnam de 1975, les albums peinaient à convaincre sur la longueur. Jusqu'à la sortie de celui-ci, le quatrième.

THE HERD - Summerland

Lire la suite...

NICK CAVE & THE BAD SEEDS - The Firstborn Is Dead

, 15:48

C’était en 1994, à l’Olympia, mon premier concert de Nick Cave. Le ténébreux Australien et ses Bad Seeds déclinaient alors l’essentiel de leur dernier disque, un très bon Let Love In. Cependant, dans le public, des gens ne cessaient de réclamer "Tupelo", le morceau phare du deuxième album post Birthday Party du monsieur, The Firstborn Is Dead. Surprenant, tant le titre (comme l'album), demeure l’un des plus obtus d’une discographie par ailleurs pas toujours des plus faciles d'accès.

NICK CAVE & THE BAD SEEDS - The Firstborn Is Dead

Lire la suite...

THE CHURCH - The Blurred Crusade

, 23:56

Pas sûr que tout le monde s'en souvienne, mais il y a longtemps, The Church a eu son heure de gloire. C'était à la fin des années 80, au temps du single "Under the Milky Way", extrait de l'album Starfish. Depuis, et jusqu'à nos jours, les Australiens sont restés bon an mal an en activité, à la lisière entre la célébrité et la confidentialité, à la limite entre adult rock passe-partout et rock alternatif finement ouvragé, continuant à sortir de bons albums, quand ils parvenaient à surmonter de prévisibles problèmes de drogue, mais sans connaître à nouveau ce succès fugace.

THE CHURCH - The Blurred Crusade

Lire la suite...

CURSE OV DIALECT - Crisis Tales

, 22:54

Est-il vraiment la peine d’écrire un article sur Crisis Tales ? Finalement, ne vaudrait-il pas mieux copier-coller tout simplement celle déjà rédigée plus de trois ans plus tôt à propos de Wooden Tongues, l'album d’avant ? Car de prime abord, ce nouvel opus des Australiens fous semble une réplique exacte du précédent.

CURSE OV DIALECT - Crisis Tales

Lire la suite...

NICK CAVE & THE BAD SEEDS - Henry's Dream

, 23:06

Assurément, Nick Cave n’est pas l’artiste d’un seul album. Son œuvre est si riche que plusieurs de ses disques peuvent postuler sans difficulté au titre de classique. Tender Prey, Let Love In ou le plus récent No More Shall We Part sont souvent cités. Certains puristes vont leur préférer l’ardu et abrasif The First Born in Dead, ou remonter jusqu’à Birthday Party. Le dépouillé The Boatman’s Call a autant de détracteurs acharnés que d’admirateurs béats. Kicking Against the Pricks est sans conteste un jalon. Le grand public s'en souvient pour les duos de Murder Ballads. Et ceux qui préfèrent le Nick Cave apaisé mettent en valeur The Good Son.

NICK CAVE & THE BAD SEEDS - Henry's Dream

Lire la suite...

UNKLE HO - Circus Maximus

, 22:13

Tous les chemins mènent à Rome, rappelait le titre du précédent album solo d'Unkle Ho. Des chemins, en effet, notre homme en emprunte un certain nombre sur ce disque, tout comme sur celui d'avant. Délaissant une nouvelle fois le rap engagé des Australiens de The Herd, dont il est un des beatmakers, il a concocté pour la seconde fois l'une de ces étonnantes mixtures mêlant allègrement fanfare de cirque, cordes gitanes, orchestre slave et jazz rétro, aux sonorités plus récentes du hip-hop et du dub. Qu'un Chinois de Sydney se construise ainsi toute une musique et toute une imagerie début de (XXème) siècle est déjà tout à fait étonnant. Mais le plus incroyable enocre, c'est que cela aboutisse à un vrai bon album, plus homogène et plus solide encore que celui d'avant, déjà très réussi.

UNKLE HO - Circus Maximus

Lire la suite...

UNKLE HO – Roads to Roma

, 21:58

Un Australien d'origine chinoise qui donne dans un hip-hop instrumental parcouru de samples world et de musique gitane. Non, cela n'est pas une simple vue de l'esprit. Ceux qui connaissent la scène des antipodes qui a donné naissance à The Herd et à Curse ov Dialect le savent bien. Ils se sont familiarisés avec ce live hip-hop tout fou où musiques slaves, arabes, indiennes et jamaïcaines copulent allègrement les unes avec les autres, où elles explosent joyeusement tout ou partie des codes du rap. Ces amateurs avertis connaissent même peut-être Kaho Cheung, alias Unkle Ho, producteur de The Herd, principal animateur d'Elefant Traks et illustrateur des pochettes des disques sortis sur ce sympathique label.

UNKLE HO – Roads to Roma

Lire la suite...

CURSE OV DIALECT - Wooden Tongues

, 21:35

Il ne manquait semble-t-il qu’une chose à la musique de Curse Ov Dialect pour approcher la perfection : un peu de concision, de l’ordre dans les idées, de la discipline dans ce hip-hop à voix multiples bourré de samples issus des quatre coins du monde, des chansons à peu près identifiables plutôt que ces sortes de jam sessions rap épuisantes. Or, c’est précisément ce que les Australiens ont réussi sur leur dernier album, le deuxième sur Mush Records, Wooden Tongues. Même s’ils ne sont pas devenus plus sages et moins bavards pour autant.

CURSE OV DIALECT - Wooden Tongues

Lire la suite...

CURSE OV DIALECT - Lost in the Real Sky

, 22:04

Ils viennent d’Australie, un pays à l’autre bout du monde, loin de tout ce qui a pu se faire en matière de hip hop. Et pourtant, jamais personne n’avait avant concentré autant de sons multiethniques et internationaux sur l’espace d’un seul disque.

CURSE OV DIALECT - Lost in the Real Sky

Lire la suite...

NICK CAVE & THE BAD SEEDS - The Boatman's Call

, 22:17

Les artistes capables de produire plusieurs albums majeurs ne sont pas monnaie courante. Plus rares encore sont ceux qui renouvellent cet exploit sur la longueur de deux décennies, une éternité à l'échelle des musiques pop. Mais Nick Cave et ses Bad Seeds sont de ceux-là. Sorti en 1997, un an à peine après le succès d'un Murder Ballads pourtant décevant, The Boatman's Call en est l'ultime preuve.

NICK CAVE & THE BAD SEEDS - The Boatman's Call

Lire la suite...

NICK CAVE & THE BAD SEEDS - Tender Prey

, 22:06

Si certains lui préfèrent Kicking Against the Pricks ou The First Born is Dead, force est de reconnaître que Tender Prey est l’oeuvre la plus enlevée et la plus grandiose de Nick Cave et de ses Bad Seeds.

NICK CAVE & THE BAD SEEDS - Tender Prey

Lire la suite...

NICK CAVE - Portrait

, 22:04

Jeune australien des classes moyennes séduit par le mouvement punk, Nick Cave deviendra à partir des années 80, et grâce à une oeuvre considérable et originale faite d'un blues rénové, gothique et instruit, une figure reconnue du rock et l'une de ses valeurs les plus sûres.

Lire la suite...

- page 1 de 2