Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Angleterre

Fil des billets Fil des commentaires

WILEY - Godfather

, 22:51

En décembre dernier, lors de l’annonce des nouvelles promotions à l’Ordre de l'Empire britannique (plus ou moins l’équivalent de la Légion d’Honneur, de l’autre côté de la Manche), un nom aura retenu l’attention des amateurs de musique : celui de Richard Cowie. Le Londonien se voyait ainsi distingué pour sa contribution au rayonnement de son pays. Quoiqu’on puisse penser de ce type de décoration, cela était mérité. L’artiste connu sous le nom de Wiley n’est pas seulement à l’origine du style musical anglais le plus distinctif, en ce début de XXIème siècle. Ce genre qu’il avait intitulé eskibeat, mais que l’histoire aura retenu sous le nom de grime, il l’a animé pendant près de 20 ans, ne cessant jamais d’en produire, et de faire la courte-échelle à d’autres, plus jeunes, qui désiraient aussi s’y adonner.

WILEY - Godfather

Lire la suite...

JME - Famous?

, 23:31

Le grand gagnant, dans l’opération de cooptation par les Américains qui a redonné des couleurs au grime anglais dans les années 2010, c’est Skepta. Il faut se souvenir, cependant, que la carrière de Joseph Adenuga ne date pas d’hier, et qu’elle fut doublée, en parallèle, de celle de son petit frère Jamie, un prénom plus connu sous l’orthographe alternatif de JME. Cette fratrie d’activistes (à laquelle il faut ajouter la petite sœur Julie, un DJ) a commencé à se faire un nom au début des années 2000, au sein du collectif Meridian. Puis les frères ont fondé ensemble le label-équipe Boy Better Know, sur lequel sortiraient leurs projets réciproques.

JME - Famous

Lire la suite...

LETHAL BIZZLE - You'll Never Make a Million from Grime

, 23:02

Cela fait un moment déjà que Maxwell Ansah, alias Lethal Bizzle, occupe une place dans le monde du grime. Il était déjà actif au tout début des années 2000, au sein du More Fire Crew, un collectif qui, en 2002, sortit l’un des premiers tubes du genre, "Oi!". Puis ensuite, en solo, il sortit d'autres singles remarqués, notamment "Pow" (aussi appelé "Forward Riddim"), en 2004, un morceau enregistré avec une dizaine d’autres rappeurs, et qui fut un nouveau carton, malgré une censure imposée du fait de son contenu violent (et de sa propension à déclencher de grosses bastons quand il était joué en club). Comme beaucoup de ses collègues, cependant, le Londonien est davantage un artiste à singles qu’à albums. Après 2009, il n’en sortit d’ailleurs aucun, et il fallut attendre You’ll Never Make a Million from Grime, en 2017, pour qu’il connaisse son plus grand succès sur format long.

LETHAL BIZZLE - You’ll Never Make a Million from Grime

Lire la suite...

J HUS - Common Sense

, 23:09

Le rap anglais se porte bien. Pas seulement ce grime qui, depuis qu'il suscite l'enthousiasme de rappeurs nord-américains, vit une deuxième jeunesse. Mais tout le rap anglais, dans ses diverses déclinaisons. L'accueil favorable que reçoit J Hus depuis sa mixtape de 2015, The 15th Day, et cette année avec son premier album, Common Sense, est une illustration de cette grande forme. Avec lui, le succès est au rendez-vous (le single "Did You See" a bien cartonné), les stars locales cooptent le jeune homme de 21 ans (il contribue au titre "Bad Boys" de Ghetts et Stormzy, sur le dernier album du second), et la critique se montre bienveillante.

J HUS - Common Sense

Lire la suite...

LADY LESHURR - Friggin L

, 15:13

Lady Leshurr est de ceux qui, depuis quelque temps, profitent de la résurgence médiatique du grime. Avec quelques autres comme Skepta ou Stormzy, elle fait partie de ces rappeurs britanniques auxquels des Américains accordent désormais une attention toute particulière. Elle a fait à nouveau parler d'elle, ces derniers mois, avec une série de freestyles intitulés "Queen's Speech", dont le quatrième fit l'objet d'un spot publicitaire pour Samsung, l'exposant à un très large public. Et dans ses interviews récentes, il a été question de collaborations possibles avec des poids lourds de la production en Amérique, comme Bangladesh et Timbaland.

LADY LESHURR - Friggin L

Lire la suite...

M.I.A. - Arular

, 23:32

Londres a la réputation d'être une ville cosmopolite, politiquement progressiste et très ouverte sur le monde. Depuis des décennies, elle est aussi connue pour ses scènes musicales éclectiques et très actives, à la pointe de toutes les tendances, et pour sa capacité à digérer avec aisance des influences venues d'ailleurs. Il était donc naturel que M.I.A. en provienne. Il était normal que cette artiste multicarte (elle a commencé dans le graphisme et le design avant de se mettre à la musique) soit à l'origine de cette formule unique, typique des très postmodernes années 2000, qui consistait à mêler en un tout cohérent des sons venus du monde entier.

M.I.A. - Arular

Lire la suite...

SKEPTA - Konnichiwa

, 16:06

Parce que ces stars du rap nord-américain que sont Kanye West et Drake ont fait état de tout le bien qu'ils en pensaient, le grime semble profiter, à nouveau, d'un certain engouement. Certes, cette musique n'a jamais cessée d'être vivante depuis la grande époque de Dizzee Rascalz, au milieu des années 2000. Mais l'attention médiatique était quelque peu retombée, ce genre redevenant, pour l'essentiel, une affaire anglo-anglaise. Aujourd'hui, toutefois, la roue tourne à nouveau, et le bénéficiaire de cette résurgence du grime est Skepta, dont le dernier album, Konninchiwa, a bénéficié d'un remarquable succès critique et commercial.

SKEPTA - Konnichiwa

Lire la suite...

RUFF SQWAD - Guns 'N' Roses Vol. 1

, 23:14

Le grime, cette dimension parallèle au rap, apparue en Angleterre sur les cendres de la rave culture, a pu se résumer un temps en deux camps, deux collectifs, issus tous deux d'East London. D'un côté, le Roll Deep crew, par lequel sont passées les stars, comme son leader Wiley, ainsi que Dizzee Rascal et Skepta. Et de l'autre, le Ruff Sqwad, fondé un an plus tôt, en 2001, et souvent considéré comme le pionnier du genre, comme l'écurie qui a abrité ses vrais innovateurs. Ce dernier trouve son origine à la fin des années 90, quand deux lycéens, David Nkrumah et Prince Owusu-Agyekum, alias Dirty Danger et Rapid, se sont mis à jouer de manière presque accidentelle avec le logiciel FruityLoops, à composer des morceaux accompagnés de raps, et à trouver ainsi le chemin des radios pirates, Rinse FM et quelques autres, qui auront été le creuset de ce genre musical.

RUFF SQWAD - Guns 'N' Roses Vol. 1

Lire la suite...

M.I.A. & DIPLO - Piracy Funds Terrorism

, 22:05

Mathangi Arulpragasam est londonienne, d'origine sri-lankaise. Elle a fait une école d'art, et elle est apparue auprès d'une intelligentsia musicale issue de la brit pop des années 90 (elle fut un temps la colocataire de Justine Frischmann, ancien leader d'Elastica et ex de Damon Albarn). Sa formule est une actualisation pour les années 2000 du Sandinista du Clash, auquel elle a emprunté la rage punk, le tiers-mondisme, l'engagement politique et une volonté de précipiter dans un grand tout tous les genres musicaux imaginables. Autant dire qu'il est délicat de rattacher M.I.A. à la tradition hip-hop et, plus globalement, de cataloguer sa musique dans ce seul genre. Et pourtant, elle rappe, plus ou moins. Et elle pratique à outrance le recyclage et le sampling. L'Anglaise est aussi, quelque part, le chainon manquant entre Missy Elliott, un modèle avéré, et les travaux tardifs de Kanye West. Certains, en tout cas, lui attribuent une influence sur l'ouverture à d'autres genres, devenue une grosse tendance de fond dans le rap à la fin des années 2000.

M.I.A. & DIPLO - Piracy Funds Terrorism

Lire la suite...

FRANKIE STEW & CUTH - Journeys EP

, 22:35

Du trip hop à la drum'n'bass dans les années 90, jusqu'au grime et à M.I.A. au cours de la décennie suivante, l'Angleterre est le pays qui a bâtardisé le hip-hop, celui qui, plus que tout autre, l'a transformé, l'a mixé, en a fait définitivement autre chose, à sa sauce, propre à son contexte et à sa culture. Et pourtant, à côté de tout cela, survit en Grande-Bretagne, depuis toujours, une école plus classique, plus fidèle au boom bap, à la boucle et à l'art du beau sample ; plus respectueuse, en somme, du modèle américain tel qu'il avait été érigé à la fin du XXème siècle.

FRANKIE STEW & CUTH - Journeys EP

Lire la suite...

- page 1 de 6