Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

PIERRE-JEAN CLERAUX - New York State of Mind

, 23:17 - Lien permanent

New-York, New-York. Voici un nom qui, pendant longtemps, a été indissociable du rap. Cette ville fut son berceau, elle fut son phare. Elle est l'endroit qui a permis la naissance puis l'essor médiatique de la culture hip-hop. Même dans les années 90, alors qu'on le disait menacé par son rival californien, le rap new-yorkais demeurait en fait hégémonique. C'est lui qui vendait le plus de disques. C'est lui qui suscitait le plus d'engouement critique et public, reprenant dès 1993 l'ascendant sur le rap West Coast, le long d'un véritable âge d'or parsemé de chefs-d'œuvre. C'est de lui que viendrait une formule, le boom bap, aujourd'hui synonyme de classicisme rap.

PIERRE-JEAN CLERAUX - New York State of Mind

Le Mot et le Reste :: 2017 :: acheter ce livre

A cela, il faut ajouter la fascination de la France pour New-York. Depuis les débuts du rap, des pionniers comme Bernard Zekri, Sophie Bramly et Laurence Touitou ont jeté des ponts entre notre pays et la scène hip-hop de cette ville. Quoi qu'on ait pu dire sur l'opposition entre les scènes parisienne et marseillaise, elles avaient toutes les deux le regard rivé vers la Grosse Pomme, elles étaient en fait des déclinaisons de son rap. Plus tard, à la fin des années 90, c'est d'un groupe new-yorkais, Mobb Deep, dont s'inspiraient 90% des Français. Les nouveaux sons et les nouvelles postures imposées par l'Ouest puis le Sud des Etats-Unis n'eurent, pour la première, qu'une influence minimale, et pour la seconde, qu'un impact tardif. Et même encore aujourd'hui, la France demeure une place forte pour les intégristes du boom bap, et pour tous les puristes du rap de rue "lyrical" à la new-yorkaise.

Il était logique, donc, qu'un livre se consacre tout entier au rap new-yorkais, et qu'il soit l'œuvre d'un Français, en l'occurrence le blogueur rennais Pierre-Jean Cléraux. Celui-ci nous dit tout dans New-York State of Mind (pour les néophytes : c'est le titre d'un morceau de Nas – et avant lui de Billy Joel). Il le fait le long d'une soixantaine de pages sur l'histoire du rap new-yorkais, des débuts, où elle se confond entièrement avec celle du rap tout court, jusqu'à nos jours où, victime de la déferlante sudiste, elle est passée au second plan, en passant par cette glorieuse décennie 90 où la mégalopole nous offrait classique après classique. Il le fait aussi, comme l'ensemble des anthologies musicales publiées chez Le Mot et le Reste, par la sélection d'une centaine d'albums emblématiques du rap de là-bas.

Ils sont tous là, les classiques de Run-D.M.C, de KRS-One, d'Eric B. & Rakim, de Public Enemy, des Native Tongues, de Gangstarr, du Wu-Tang Clan, du Boot Camp Click, de Biggie, de Mobb Deep, de Jay-Z, de DMX, des Diplomats et j'en passe. Pierre-Jean Cléraux, toutefois, s'autorise des surprises. Souvent, il cite un autre album que celui qui s'impose, par exemple le Business Never Personal d'EPMD au lieu de l'un des précédents, De La Soul Is Dead à la place de 3 Feet High & Rising, Wrath of the Math, de Jeru the Damaja, plutôt que The Sun Rises in the East. Et Fluorescent Black, l'album du comeback d'Antipop Consortium, est préféré à ceux de leurs débuts. Il est vrai, cependant, que beaucoup de ces disques avaient déjà été abordés dans des publications antérieures sorties chez le même éditeur...

New-York State of Mind n'en offre pas moins un panorama complet du rap new-yorkais, de ses constantes comme de ses évolutions, avec du recul, de l'exactitude et peu d'erreurs. Ces dernières sont rares, et toutes accessoires (non, Audio Two n'étaient pas les demis-frères de MC Lyte, c'est en 1988 qu'est paru Straight Outta Compton, pas en 1989, et le nom de la chanteuse Mary J Blige s'écrit sans "d"). C'est ailleurs, en fait, qu'il faut trouver le seul reproche à adresser à ce livre : son refus d'apporter un peu plus de recul historique à ce paysage new-yorkais.

Par sa sélection, par ses propos, New-York State of Mind aurait pu être un livre écrit au tout début des années 2000. Sa sélection contient les albums qui, déjà, étaient sacralisés à cette époque. Il accorde aussi une place toute particulière à cette scène rap underground qui nous est chère et qui a fait l'objet par chez nous d'un certain Rap Indépendant (à propos, merci pour la citation !), mais qui a subi une décote depuis. La partie sur les années 2000 et 2010 est courte, elle semble se résumer à raconter la relégation du rap new-yorkais en deuxième division, et la plupart des albums ou mixtapes récents qui sont cités (à l'exception notable du Live.Love.A$AP d'A$AP Rocky), ceux de Joey Badass, Roc Marciano, Ka et Action Bronson, aussi réussis soient-ils, sont de nature essentiellement revivaliste.

Il y aurait pourtant sans doute d'autre chose à dire du rap new-yorkais récent ou contemporain. Un petit mot, par exemple, aurait pu être glissé sur Max B et French Montana. D'autres personnes que le très scolaire Joey Badass et son Pro Era, regroupés eux aussi sous le nom de mouvement Beast Coast, auraient pu être analysés, comme les Flatbush Zombies ou les Underachievers. On aurait également pu parler, cas à part, de Ratking et de Wiki. Et même si leur style n'est plus ancré dans le passé de New-York, quelques autres personnes en vue viennent de cette ville, dont celle qui, depuis une décennie, est la rappeuse américaine numéro 1 : Nicki Minaj. Le rap new-yorkais a perdu de sa superbe, certes, mais en en présentant un panthéon figé il y a quinze ans, on enfonce un clou de plus dans son cercueil, alors qu'une personne encore bien vivante est enfermée dedans.

New York State of Mind est en fait, une ode nostalgique à un passé glorieux. Sans doute trop vite, il entérine la fin du rap new-yorkais, prenant une relégation pour un coma. Mais il nous replonge aussi dans son épopée. Aux néophytes, il signale des albums increvables. Aux vétérans, il redonne envie de se replonger dans des œuvres plus écoutées depuis longtemps. Il rappelle l'existence de disques dont, autrefois, on a peut-être un peu trop parlé, ignorant honteusement qu'autre chose se passait aux Etats-Unis, mais qu'il ne faudrait surtout pas oublier aujourd'hui.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet