Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

ICEWEAR VEZZO - Price Goin Up

, 22:25 - Lien permanent

En 2014, Eminem clôturait sa compilation Shady XV par "Detroit vs. Everybody", un posse cut avec Royce da 5'9", Big Sean, Danny Brown, Dej Loaf et Trick-Trick, présenté comme un hymne en l'honneur de la scène de Detroit. Cependant, comme ce morceau ne suffisait pas, comme il ne présentait qu'un tout petit échantillon de la scène rap de la Motor City, un remix apparut plus tard, avec cette fois une quinzaine de figures locales. Les plus célèbres, Guilty Simpson, Black Milk et Boldy James, provenaient de la première manifestation du rap de la ville : celle qui était ancrée dans le boom bap, et qui avait partie liée avec la tradition backpacker. Mais quelques autres personnes s'y exprimaient, plus modernes, plus représentatives du son qui désormais, domine Detroit, comme IceWear Vezzo.

ICEWEAR VEZZO - Price Goin Up

Iced Up Records ‎:: 2017 :: acheter cet album

Ce dernier n'est pas un inconnu dans sa ville, cela fait un moment qu'il s'y agite. Chivez Smith a d'abord été l'extension à Detroit de Green Guyz, un groupe familial basé dans le Minnesota. Ensuite, au début des années 2010, il s'est lancé en solo, sortant des projets de tous types, dont la série de mixtapes The Clarity. Et il s'est fait connaître aussi pour d'autres activités, comme l'ouverture d'un restaurant spécialisé dans les gallinacés, Chicken Talk. Ce n'est qu'en 2016, toutefois, qu'il commença à être visible au-delà de ses bases, avec l'album Moon Walken. Le rappeur y diversifiait son style avec le renfort de grands noms de la production trap à Atlanta, Zaytoven et TM88. Une collaboration avec Gucci Mane suivrait plus tard, en février 2017, "Angel Wings". Et en mai de la même année, au moment même où Detroit devenait la scène rap la plus excitante du moment, IceWear Vezzo, bien qu'en prison, apportait une autre pierre à l'édifice avec Price Goin Up.

Cette sortie recèle en effet ce que cette scène a de plus marquant : un gangsta rap communautaire, ardent et viscéral, déclamé avec urgence et agressivité, et supporté par une musique implacable, rapide et très électronique. IceWear Vezzo se montre particulièrement intense quand il use de cette formule, comme avec le tube "Freedom of Speech". Mais il ne s'interdit pas quelques instants plus pausés et plus pesants, voire mélodiques, comme avec "Ready For It", Still Here", "Show You Niggas", "Flash", "Water", le chant de "When I Was Down", ou le superbement mélancolique "Life On Da Line". De façon plus accessoire, cette sortie confirme aussi les liens solides qui unissent Detroit aux scènes de Californie, comptant en son rang Philthy Rich, Mozzy et AD, en plus de prodiges locaux comme GT, sur l'excellent titre introductif "Know Better", ou encore Babyface Ray. Price Goin Up en fait, sur une longueur sans temps mort ou presque (la fin souffre tout de même d'une perte de régime), contient tout ce qui distingue Detroit aujourd'hui, tout ce qui en fait le centre vivant du rap, en cette deuxième moitié des années 2010.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet