Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

DJ BAKU - Dharma Dance

, 23:16 - Lien permanent

Rumi, l'excentrique rappeuse japonaise que l'on avait vantée autrefois sur ces pages, s'inscrivait naturellement dans une scène, elle n'était pas un cas isolé. Dès ses débuts, alors qu'ils n'étaient encore qu'adolescents, elle avait fait brièvement partie d'un trio appelé Hannya, un nom sous lequel, par la suite, se ferait connaître en solo l'un de ses membres, Yoshi. Le troisième larron était alors un DJ, qui cofonderait plus tard le label Pop Group Recordings, sur lequel sortiraient les albums de son amie. DJ Baku ferait aussi bien plus : à la fin des années 90, il sortirait plusieurs mixtapes, où s'illustreraient ses talents de turntablist. Un peu plus tard, il éditerait aussi un DVD, Kaikoo destiné à présenter l'underground hip-hop japonais. Et surtout, à partir de 2006, il proposerait plusieurs albums à lui.

DJ  BAKU - Dharma Dance

Popgroup Recordings :: 2008 :: acheter l'album

Le premier, intitulé Spinheddz, était réussi et très réjouissant. Mais le suivant, sorti deux ans plus tard, serait encore meilleur. En bon disque de DJ, il était principalement instrumental, ne comptant les interventions que de deux rappeurs : le touche-à-tout Seikô Itô, écrivain, acteur, mais aussi pionnier du rap nippon, sur "Dharma", et Dose One d'Anticon sur "Void It Out", histoire pour DJ Baku de montrer les ponts qu'il avait bâtis à l'international (l'année suivante, il y aurait même un DJ Baku vs. Dälek). En vérité, mis à part quand il se lançait dans des scratches ("Street Is Yours"), cet album ne sonnait pas particulièrement rap. La méthode était hip-hop, mais les sonorités elles, provenaient plutôt du rock, mélangeant les arpèges hallucinés de sa version psychédélique avec la vélocité frénétique de sa déclinaison punk. Et en supplément, couleur locale, on pouvait entendre aussi quelques petites traces de mélodies orientales, comme l'illustrait si bien le morceau qui faisait figure ici de lead single, l'endiablé "Akbah Attack".

Il y avait de nombreux autres titres de cet acabit, comme "Street Is Yours", un morceau tout aussi lourd que funky, l'imaginaire BO furieuse de "Crazy Tornado", le plus pesant mais tout aussi abrasif "Anahata Buzz", ce "Dragon Circle" parcouru des cris de samouraïs, et enfin l'entêtant "Ksana", l'autre tube de l'album, qui s'offrait le luxe de mélanger les guitares à des sonorités dub et orientales. C'était si effréné que ça pouvait en devenir lassant. Le DJ, toutefois, savait équilibrer les cadences en proposant aussi un acoustique et apaisé "Satya Dream", puis la mélodie japonaise traditionnelle de "Think Twice". Il y a fort longtemps, DJ Baku s'était rendu compte en fait que, tout fan de rap américain qu'il était, il n'arriverait jamais à tourner à l'étranger s'il offrait à son public ce que n'importe quel autre DJ pouvait lui apporter : un enchainement de titres de Nas. Aussi avait-il choisi de suivre une autre voie, plus personnelle, plus proprement nipponne. Cependant, plutôt que d'opter pour les atmosphères oniriques auxquelles (à raison parfois) on aurait tendance à associer le Japon, il avait donc développé cette formule véloce et très entrainante, qui ne lui a jamais autant réussi que sur Dharma Dance.

PS : merci au défunt site Hip Hop Core, qui en son temps m'avait fait connaître DJ Baku

Vos 5 albums / mixtapes 2008

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2008. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le mercredi 28 février 2018, 11:07 par G.

Créé au lycée, la durée de vie du trio Hannya sera effectivement courte, environ deux ans, Rumi cessant alors temporairement toutes activités rapologiques suite à des ennuis familiaux.
Concernant les liens entre Rumi et Baku, ces derniers ont été plus qu'amis puisque mariés pendant une court période (2008-2010). Une séparation qui laissera des traces, le dernier opus en date de la femcee, 甘い魔者 (Amai Mamono, “Sweet Devil“), multipliant les histoires d'amour contrariées.

2. Le mercredi 28 février 2018, 14:12 par codotusylv

@G. : ah, ils étaient mariés, ça c'est une info importante, je vais devoir revoir toute mon intro en conséquence ! Merci pour l'info !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet