Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

BERNER - The Big Pescado

, 22:43 - Lien permanent

Berner est, avant tout, un entrepreneur, mais son champ d'intervention n'est pas tout à fait anodin : ses lignes de vêtements mises de côté, c'est dans la weed, en voie de dépénalisation en plusieurs endroits des Etats-Unis, que notre Californien d'origine mexicaine, Gilbert Milam de son vrai nom, a décidé d'investir. Etabli à San Francisco, il possède plusieurs dispensaires de marijuana médicale, il a lancé marijuana.com, qu'il présente comme l'Instagram de cette herbe, et il s'est associé aussi à des généticiens en quête de nouvelles variétés de cette substance.

BERNER - The Big Pescado

Bern One Entertainment ‎/ Taylor Gang ‎:: 2018 :: acheter cet album

Or, on le sait, rien de tel que le commerce de la drogue pour se construire un réseau. C'est d'ailleurs après lui avoir donné un peu de sa weed que celui qui, accessoirement, est un rappeur, s'associa avec The Jacka autour de 2008. Avant cela, il avait aussi œuvré avec Equipto, ancien membre du groupe culte Bored Stiff et collaborateur d'Andre Nickatina, et c'est grâce à leurs travaux communs qu'il fut identifié par Wiz Khalifa, dont il rejoignit plus tard le Taylor Gang. Plus tard, en 2017, on l'a vu sortir des projets communs avec des rappeurs aussi distincts que Young Dolph (Tracking Numbers) et Styles P (Vibes). Et aujourd'hui, Berner peut se targuer d'avoir convié sur son dernier album, The Big Pescado, une liste impressionnante de collaborateurs, allant de vétérans californiens comme Too Short, E40, Snoop Dogg et The Game, à des rappeurs plus récents issus de l'autre Côte, comme Conway et Shy Glizzy, en passant par d'autres valeurs sûres comme Devin the Dude et Pusha T, et par les chanteurs TeeFLii, Trey Songz et Jeremih.

L'invité le plus décisif de cet album, cependant, est un autre : pour en produire l'entièreté, Berner est allé en effet déterrer Scott Storch. The Big Pescado en porte clairement la marque, avec ses sonorités qui évoquent les années 2000, et qui reposent souvent sur l'instrument fétiche du producteur : le piano. On en entend beaucoup, sur cet album, dès un "G.R.E.E.D." qui réinterprète à la sauce Berner le refrain du "C.R.E.A.M." du Wu-Tang. Ce titre est excellent, mais d'autres encore suivent, qui emploient cet instrument avec le même succès, comme "Wait for It", "Loose Lips", "Noid", "Gettin' It", "Play your Roll" et "Blind to the Bullshit", la majorité de ces titres se situant au début du disque, quand Berner, de son rap calme et posé, parle de son sujet de prédilection, la drogue, mais sous un angle sinistre : celui de son trafic, de ses réalités, de ses dilemmes et de ses périls.

Mais ensuite, le Californien s'attaque au bon côté des choses. Sur "Noid", il la célèbre, sa marijuana, avec ces grands fumeurs devant l'éternel que sont Snoop Dogg et Devin the Dude. Sur "Play your Roll", "Big Bags" et "Check", il fait étalage de sa richesse. Sur "Gettin' It" et "Last Year", il renoue avec le vieux thème traditionnel de la Bay Area, celui du pimp, un sujet duquel nous ne sommes pas loin non plus avec "Busy Body", à propos d'une femme éminemment désirable.

Et avec cette seconde partie, Scott Storch adapte sa production, qui devient plus diverse. On entend en effet des clavecins sur "Flex", du R&B lascif et très club sur "Busy Body" et "Last Year", de la hyphy sur "Big Bags", de la trap avec "Check" et une ballade mélancolique sur "Blind to the Bullshit". Avec une telle variété en fait, avec cet album équilibré, constant et séduisant, Berner livre ce qui pourrait être le disque de l'aboutissement, sa grande oeuvre, celle par lequel notre entrepreneur de la marijuana consolide pour de bon sa place dans le panthéon des rappeurs.

Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet