Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

TOBIAS HANSSON & MICHAEL THORSBY - Damn Son Where Did You Find This

, 13:20 - Lien permanent

Les mixtapes, on le sait, ont permis de développer une esthétique particulière, en parallèle des sorties rap plus officielles. Tout au long de la période 2000-2015, elles ont été cet objet particulier (plus tout à fait les compilations mixées des origines, pas encore les albums de substitution d'aujourd'hui), où il était encore permis de tout faire : recyclage éhonté de morceaux existants, paroles les plus extrêmes, outrances de tous types, postures aux limites de l'absurde et du burlesque. Cette créativité s'est exprimée pleinement par la musique, bien sûr, mais également par le graphisme souvent baroque et coloré en œuvre sur les pochettes. Or, c'est précisément à celles-ci que cet ouvrage rend hommage.

TOBIAS HANSSON & MICHAEL THORSBY - Damn Son Where Did You Find This

Koenig Books :: 2016 :: acheter le livre

Damn Son Where Did You Find This (le titre reproduit les paroles d'un sample réutilisé fréquemment sur mixtapes) est donc, pour l'essentiel, un livre d'illustrations. Il reproduit à pleines pages, parfois en grande taille, une foule de pochettes remarquables, représentatives de l'univers des mixtapes des 15 dernières années. Celles-ci sont diverses, mais à feuilleter les pages du livre, quelques traits spécifiques se recoupent, parallèles à ceux qui caractérisent la musique : comme elle, en effet, elles aiment recycler des références issues de la pop culture, détournant à l'envi des affiches de film ou des jaquettes de jeu vidéo ; souvent conçues par la méthode du collage, via Photoshop, elles apprécient les détails, la surcharge et les couleurs criardes ; et comme les paroles, elles aiment exhiber des armes, des liasses de billet, des montagnes de cocaïne, des rappeurs invincibles, ainsi que des bimbos aux poitrines et fessiers généreux.

Si les pochettes de mixtapes se ressemblent, si elles nous semblent toujours si familières, c'est aussi que le milieu des illustrateurs est plus circonscrit qu'on ne le croit. Il repose sur une poignée de stars de la mixtape, que ce livre nous invite à découvrir, ou qu'il nous aide à mieux connaître, en se focalisant sur cinq d'entre eux : KidEight, Miami Kaos, Mike Rev, Tansta et Skrilla. Le livre, de fait, est divisé en chapitres qui, à chaque fois, à tour de rôle, se penchent sur chacune de ces personnes, les présentant, exposant leurs œuvres, et les interviewant, quelques questions étant posées à tous : comment imaginerais-tu ta vie si elle prenait place dans l'une de tes pochettes, parle-nous de l'une de tes pochettes mémorables…

Le livre nous aide ainsi à distinguer les styles propres de chaque graphiste, à en connaître la démarche créative, à savoir comment ils trouvent l'inspiration, s'ils écoutent la musique ou s'ils s'en soucient peu, s'ils ont carte blanche ou s'ils suivent des instructions claires chaque fois qu'une pochette leur est commandée. On découvre, par exemple, que la patte particulière de Miami Kaos lui vient de ses talents de dessinateur, quand les autres ne pratiquent que le collage. On apprend aussi à savoir qui ils sont, quelles sont leurs personnalités et leurs histoires, à réaliser qu'elles sont souvent bien éloignées de l'univers qu'ils illustrent. KidEight et Skrilla, par exemple, sont britanniques, et ne collaborent avec les rappeurs afro-américains que via Internet, le premier d'entre eux n'ayant même jamais mis les pieds aux Etats-Unis. Quant à Miami Kaos, très religieux, il est parfois mal à l'aise avec le contenu souvent hypersexué et blasphématoire des mixtapes.

En se consacrant à l'aspect visuel des mixtapes, ce livre nous en fait aussi découvrir des facettes méconnues : les pochettes qui y sont reproduites, en effet, ne viennent pas toutes de sorties médiatisées, ou qui sont aujourd'hui considérées comme des classiques. Les auteurs européens de ce livre ont en effet cherché plus loin. En faisant primer l'intérêt graphique sur l'aspect musical, en nous présentant ainsi, entre autres exemples, une sortie pirate dédiée à Young Scooter, ils nous rappellent indirectement que les mixtapes à l'ancienne, ces oeuvres élaborées par des DJs, et basées sur le pillage et sur l'échantillonnage, n'ont pas disparu.

En plus des mixtapes officielles, celles qui sont sorties avec l'assentiment du rappeur, qui font partie de sa stratégie promotionnelle, et qui sont traitées tout comme des albums, des DJs continuent à élaborer leurs propres compilations, piochant à droite et à gauche les morceaux de tel ou tel artiste, mélangeant les morceaux de plusieurs rappeurs sur une même sortie. En explorant un vaste territoire, Damn Son Where Did You Find This nous indique que les mixtapes sont toujours, exactement comme autrefois, un immense univers souterrain, dont l'exploration totale, qu'elle soit graphique ou musicale, prendra encore des siècles.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet