Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

RICH BOY - Bigger Than the Mayor

, 22:40 - Lien permanent

Issu de la modeste ville de Mobile, en Alabama, Rich Boy s'est fait connaître en 2006 par "Throw Some D's", un single où il nous vantait les vertus de sa nouvelle Cadillac, achetée bien sûr avec de l'argent mal acquis. Capitalisant sur ce succès, Maurice Richards (son vrai nom) participa l'année d'après aux mixtapes d'artistes notoires (Ludacris) ou en devenir (un certain Drake), et puis, avant d'être relégué en arrière-plan, il sortit un premier album qui se vendit de manière appréciable. La pièce qu'il faut retenir de sa discographie, cependant, n'est pas celle-là, mais plutôt la seule mixtape qu'il proposa en 2008, pour annoncer la sortie d'un second opus, Break the Pot, qui mettrait finalement cinq années de plus à voir le jour.

RICH BOY - Bigger Than the Mayor

Autoproduit :: 2008 :: télécharger la mixtape :: acheter la mixtape

Sur Bigger Than the Mayor, Rich Boy nous entrainait dans un rap d'époque, consacré tout entier à célébrer une vie dédiée à dealer de la drogue, à dilapider le fruit de ce commerce dans des démonstrations de luxe tape-à-l'œil, à célébrer les grandes virées en voiture, et à rendre tout l'hommage qu'elle mérite à la noble profession de strip-teaseuse. Et pour mener ce projet à bien, il s'entourait de quelques hommes en forme ou emblématiques du moment, comme Yo Gotti, Shawty Lo, Trae, la rappeuse Jacki-O et l'incontournable Gucci Mane. Ce dernier était présent sur trois morceaux, dont un excellent "Ms Pacman" qu'on jurerait échappé de l'une de ses mixtapes (il l'était, d'ailleurs), puisque accompagné par une musique très caractéristique de son producteur historique, Zaytoven.

Ce qui était remarquable avec Bigger Than the Mayor, à une époque où la limite entre album et mixtape ne s'était pas encore effacée, c'est qu'il comptait peu de déchets. Même les morceaux qui n'en sont pas vraiment sont canon, comme cette conclusion où il rend hommage à toutes les scènes rap des Etats-Unis (et d'abord celles du Sud). Le premier vrai titre, "Wrist Out The Window", construit autour d'un sample issu du "Freaky Girl" de Guwop, est un grand tube. Le refrain de thugs de "Chevy A Monsta", hymne total au deal de drogue, dévaste tout sur son passage. Le compte-rendu de sa vie de trafiquant sur "Out the Hood", avec l'aide de Yo Gotti et d'un jeune All-Star, futur Starlito, est digne d'un grand Jeezy.

Rich Boy ne décevait que quand il cherchait à se faire plus grand public, comme avec "Haters Wish", et avec "Ghetto Queen", un titre venu remplir l'habituel quota de R&B avec les chants de Lloyd. Pour le reste, c'était carton plein. La réédition sur CD de cette mixtape, un peu plus tard, concrétiserait en fait sa vraie nature : plus que n'importe quel album, elle aura été le meilleur projet du rappeur de l'Alabama.

Vos 5 albums / mixtapes 2008

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2008. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet