Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

RAP, HIP-HOP - Albums et mixtapes 2009

, 13:20 - Lien permanent

L'année 2009 a été, d'après l'excellent critique américain David Drake, l'une des plus grandes de l'histoire du rap, et cela pour une raison : au moment même où presque aucun album commercial ne nous offrait de quoi nous mettre sous la dent, les mixtapes ont pris le relai. Tout ce qui s'était passé avec ce format les dix dernières années, avec 50 Cent, avec DJ Drama, avec Lil Wayne, aboutissait à un déluge de sorties digitales gratuites, dont beaucoup, plus tard, allaient acquérir le statut de classique. Parmi cette profusion, deux grandes tendances pouvaient être distinguées : d'un côté un pop rap introspectif, nerdy, éclectique et adepte de mélange des genres, héritier de Kanye West et de Lupe Fiasco, et représenté par Kid Cudi, XV et la future méga-star canadienne Drake ; de l'autre, Atlanta et la trap music tardive, incarnée par les fous furieux de 1017 Squad comme Waka Flocka Flame et OJ da Juiceman, et bien sûr leur leader, Gucci Mane, qui traversait là, sans doute, son plus grand moment. Et quoi de plus logique : 2009 a été l'année des mixtapes, et l'empereur des mixtapes, éternellement, c'est Guwop. A moins que Lil Boosie, qui était aussi à son sommet, n'ait alors mérité ce titre...

xx

NB : les sélections de Fake For Real, n'ont aucune autre intention que d'affirmer, quoiqu'avec force, des choix purement subjectifs. Rien n'étant jamais définitif ni gravé dans le marbre, elles sont souvent revues et corrigées. A chaque mise à jour significative, l'article est à nouveau mis en avant, à la date du moment.


# 12. SHABAZZ PALACES - Of Light

SHABAZZ PALACES - Of Light

Lire la chronique :: acheter cet album

L'une des métamorphoses les plus remarquables de l'histoire du rap. Ou comment Ishmael "Butterfly" Butler, renommé 15 ans après Palaceer Lazaro, laissait derrière lui, à partir de cet EP, le jazz rap engagé mais relax de Digable Planets, pour un hip-hop électronique, expérimental et compliqué, qui lui vaudrait une signature chez Sub Pop et une toute nouvelle jeunesse auprès de la critique.


# 11. LIL B - 6 Kiss

LIL B - 6 Kiss

Lire la chronique :: mixtape indisponible

Le projet essentiel, sans doute, à retenir de l'abondante discographie de Lil B. Une oeuvre sortie pile à l'époque où le BasedGod, ex The Pack, se réinventait en gourou rap, pronant une doctrine personnelle pétrie de contradictions, inventant le cloud rap, ouvrant l'ère des Internet MCs, et consacrant cet étrange mélange de folie, de raps outranciers et de sonorités bizarres caractéristique des années 2010.


# 10. MAX B - Public Domain 6: Walking the Plank

MAX B - Public Domain 6: Walking the Plank

Lire la chronique :: télécharger cette mixtape

En 2008, puis en 2009 encore, Max B était chaud bouillant. Le New-yorkais était l'un de ceux qui dominaient le circuit des mixtapes. Et il le ferait jusqu'au bout, jusqu'à ce sixième avatar de la série des Public Domain, une mixtape sortie juste après qu'un jugement l'ait renvoyé pour 75 ans en prison. Son chant du cygne, souligné par la lamentation du tragique et splendide "I Never Wanna Go Back".


# 09. GUCCI MANE - The BurrPrint: The Movie 3D

GUCCI MANE - The BurrPrint: The Movie 3D

Lire la chronique :: télécharger cette mixtape

Un autre exmplaire de la série de très bonnes mixtapes livrées par Gucci Mane en cette année qui fut la sienne. Souvent considérée comme sa meilleure sortie de 2009, ce statut peut lui être contesté. Ce qui est certain, cependant, c'est qu'en lançant ici une pique à Jay-Z, Gucci Mane avait bien raison : en ce temps-là, c'était bel et bien lui, plutôt que le New-yorkais, le véritable empereur du rap.


# 08. CUNNINLYNGUISTS - Strange Journey Volume One

CUNNINLYNGUISTS - Strange Journey Volume One

Lire la chronique :: acheter cette mixtape

Astucieusement, les CunninLynguists ont consacré cette mixtape distribuée en marge de leurs concerts, à la vie en tournée. En plus de revenir sur quelques uns de leurs titres passés, ils en proposaient des nouveaux, à propos des joies et des vicissitudes d'une vie passée sur la route, dans un vieux van pourri, à voguer d'un concert à un autre. Et c'était presque aussi bien qu'avec un de leurs vrais albums.


# 07. MAX B & FRENCH MONTANA - Coke Wave

MAX B & FRENCH MONTANA - Coke Wave

Lire la chronique :: télécharger cette mixtape

Max B et French Montana avaient en commun leur inimitié pour Jim Jones. Du fait de la mauvaise publicité faite par le rappeur de Dipset, ils étaient contraints tous deux d'emprunter des routes alternatives : celles des street DVDs et des mixtapes. Il était donc logique qu'ils se retrouvent sur ce projet historique, après lequel, pour des raisons très différentes, leurs carrières ne seraient plus jamais les mêmes.


# 06. TRAVIS PORTER - Who Is Travis Porter?

TRAVIS PORTER - Who Is Travis Porter?

Lire la chronique :: télécharger cette mixtape

Le rap loufoque et juvénile de l'après trap music, qui définirait une bonne partie du son d'Atlanta dans les années 2010, trouve sa source chez Travis Porter. Après avoir écumé les strip clubs, leur sujet principal, ce trio composé de membres trop jeunes pour être autorisés à y entrer, entamait une série dense de mixtapes. Les tubes viendraient après, mais celle-ci, la première, était déjà tout à fait réussie.


# 05. NICKI MINAJ - Beam Me up Scotty

NICKI MINAJ - Beam Me up Scotty

Lire la chronique :: télécharger cette mixtape

Il y a Nicki Minaj la chanteuse pop, le personnage public, la star des années 2010. Mais il y a aussi Nicki Minaj la rappeuse découverte par Lil Wayne. Et celle-ci nous rappelle parfois, sur ses morceaux, ou sur ses collaborations, qu'elle est l'une des meilleures qui soit, sans aucune distinction de sexe. Cela a été le cas notamment sur cette mixtape, sa troisième, sa meilleure, et le tournant décisif de sa carrière.


# 04. MOUSE ON THA TRACK & LIL CALI - Just Because

xx

Lire la chronique :: télécharger cette mixtape

Quand le chat est parti, la souris continue à danser. Même sans Lil Boosie, Mouse On Tha Track excellait en 2009, qu'il produise ou qu'il rappe. Cette mixtape enregistrée avec un second couteau du rap louisianais, Lil Cali, le prouvait, qui était remarquablement homogène et efficace. Sans nul doute une pièce à retenir, dans le genre rap gangsta festif et dansant caractéristique de Baton Rouge.


# 03. GUCCI MANE - Writing on the Wall

GUCCI MANE - Writing On the Wall

Lire la chronique :: télécharger cette mixtape

2009 pourrait bien être le sommet de la carrière de Gucci Mane,. Il a alors approché comme jamais le succès public, et il a sorti plusieurs de ses projets emblématiques, notamment ce Writing on the Wall, sa véritable entrée dans la nouvelle année, une mixtape qui, consacrée presque entièrement à sa panoplie de montres et de bijoux, marquait de manière éclatante sa dernière sortie de prison.


# 02. FREDDIE GIBBS - Midwestgangstaboxframecadillacmuzik

FREDDIE GIBBS - Midwestgangstaboxframecadillacmuzik

Lire la chronique :: télécharger cette mixtape

Avec cette mixtape de qualité première, Freddie Gibbs s'affirmait comme l'héritier ultime d'un certain gangsta rap, ancré dans le réalisme social et passablement à l'aise avec les mots et le micro. Cette tradition remontant au années 90, il la remettait au goût du jour, à l'orée d'une décennie 2010 qu'il marquerait avec d'autres mixtapes et collaborations mémorables. L'entrée en scène d'un grand.


# 01. LIL BOOSIE - Superbad: The Return of Mr. Wipe Me Down

xx

Lire la chronique :: télécharger cette mixtape

La dernière année de liberté de Boosie a été l'une de ses plus prolifiques, tant sur albums que sur mixtapes. Et c'est sur ce dernier format qu'il s'est montré le plus satisfaisant. Il y a livré toutes les facettes de sa personnalité, celles du jouisseur, du commentateur social et de l'homme blessé. Pleine à ras-bord de titres dont presque aucun n'est à jeter, Superbad pourrait même être sa grande oeuvre.


AUTRES SORTIES NOTABLES

En plus de la sélection de Fake For Real, voici donc plusieurs autres albums ou mixtapes, en vrac. Certains sont de vrais bons projets indispensables, d'autres des curiosités plus ou moins représentatives de l'époque, ou le retour remarqué de vieux briscards. Tous sont ici pour des raisons multiples et contradictoires, la seule commune étant qu'ils sont notables et qu'ils méritent que l'on s'en souvienne.


ANTIPOP CONSORTIUM - Fluorescent Black

ANTIPOP CONSORTIUM - Fluorescent Black

Lire la chronique :: acheter cet album

Tout y est, sur le nouveau Antipop Consortium. Tout ce que l’on avait aimé, 10 ans plus tôt. Tout ce hip-hop futuriste, électronique et inconfortable. Tout le charisme de ces trois rappeurs habiles et complémentaires. Tout, sauf le choc, l’inédit, la fraicheur. Bref, sauf l’essentiel, sauf la flamme. Fluorescent Black est le produit typique d’une reformation : la même chose qu’autrefois, mais en moins marquant.


THAVIUS BECK - Dialogue

THAVIUS BECK - Dialogue

Lire la chronique :: acheter cet album

Avec son hip-hop tarabiscoté, urgent et emphatique, avec ses sons bizarres et ses beats virevoltants qui cherchent à en mettre plein la vue, Dialogue est un Thavius Beck moyen. Mais même un Thavius Beck moyen, ça peut être du supérieur. Car en ce temps où le hip-hop abstrait à l'ancienne n’est plus que cendres fumantes, l'homme autrefois connu sous le nom d'Adlib flambe mieux que tout autre.


BIKE FOR THREE! - More Heart than Brains

BIKE FOR THREE! - More Heart than Brains

Lire la chronique :: acheter cet album

Buck 65 nous aura tout fait. Du hip-hop expérimental sur Vertex, de l'emo-rap sur Man Overboard, du folk rock sur Talkin' Honky Blues, de la pop classieuse sur Secret House..., et même du rap symphonique avec l’Orchestre de Nouvelle Ecosse. Mais à ce jour, il n'avait pas encore goûté à la musique électronique. C'est à présent chose faite avec la collaboration aboutie de More Heart than Brains.


BOOBA - Autopsie Vol. 3

BOOBA - Autopsie Vol. 3

Lire la chronique :: acheter cette mixtape

Booba aussi, a excellé sur mixtapes. L'une d'elles, Autopsie Vol. 3, a d'ailleurs été la première à devenir disque d'or en France. Comme le voulait la loi du genre, on y entendait une suite décousue d'inédits, de freestyles, de featurings et des titres extérieurs au rap. Mais qu'on ne s'y trompe pas : les meilleurs morceaux, ici, étaient ceux où le rappeur central de la scène française se faisait le plus présent.


LIL BOOSIE - Thug Passion: The Mixtape

BOOSIE BADAZZ - Thug Passion Mixtape

Lire la chronique :: télécharger cet album

Thug Passion: The Mixtape n'en est pas une, de mixtape, contrairement à la sortie intitulée simplement Thug Passion (et qui partage plusieurs titres avec elle). Vous trouvez cela confus ? Vous ne suivez pas bien ? Qu'importe. Ce qu'il faut retenir, c'est que cette sortie contient plusieurs pépites, conçues par un Lil Boosie qui donnait alors le meilleur de lui-même, avant de partir pour longtemps en prison.


CURSE OV DIALECT - Crisis Tales

CURSE OV DIALECT - Crisis Tales

Lire la chronique :: acheter cet album

La première impression, c’est que Crisis Tales est le même album que Wooden Tongues, ce même foutoir cosmopolite assemblé bon an mal an par les Australiens fous de Curse ov Dialect, mais en moins bien. A mesure des écoutes, pourtant, il faut réviser son jugement : oui, Crisis Tales est bel et bien une nouvelle mouture de Wooden Tongues. Mais la comparaison est loin d'être à son désavantage !


D-SISIVE - Let the Children Die

D-SISIVE - Let the Children Die

Lire la chronique :: acheter cet album

Dans la catégorie du hip-hop dépressif, qui sied si bien aux rappeurs underground canadien, le rappeur de Toronto D-Sisive est celui qui aura remporté la palme cette année, avec un Let the Children Die bourré de pathos, et marqué par la mort de ses parents. Un album avec toutes les forces (quelques titres poignants) et toutes les limites (un ton si uniformément noir qu'on approche l'ennui) du genre.


DALEK - Gutter Tactics

DALEK - Gutter Tactics

Lire la chronique :: acheter cet album

Gutter Tactics, c'était du pur Dälek. Le groupe du New Jersey était plus que jamais fidèle à lui-même. Il était immersif, implacable, oppressant et impressionnant. Celui-ci marquait toutefois sensiblement moins que les deux albums précédents, tant une formule, aussi marquante et efficace soit-elle, finit-elle toujours, fatalement, par paraître moins neuve et pertinente avec le temps, par s’émousser.


DRAKE - So Far Gone

DRAKE - So Far Gone

Lire la chronique :: télécharger cette mixtape

So Far Gone est la mixtape qui allait mettre Drake sur orbite, grâce aux singles "Best I Ever Had" et "Successful", qui en étaient issus. Elle dévoilait en Drake un artiste dual, gendre idéal avec des aspérités de mauvais garçon, rappeur et chanteur sensible oscillant entre le rap de rue et le R&B, capable d'abominables scies guimauve et de pathos dégoulinant, comme de grands moments intenses.


EPRHYME - Waywordwonderwill

EPRHYME - Waywordwonderwill

Lire la chronique :: acheter cet album

Un rappeur à l'identité juive revendiquée, qui porte les papillotes, s'exprime en double-time sur de la musique klezmer, imprègne ses textes de sagesse hassidique, semble plus ou moins lié à ce qu'il reste de la scène rap indé, et qui de plus a le bon goût de fréquenter le label indie rock légendaire K Records... What the fuck?, me diriez-vous. Pourtant, vous allez voir : vous allez adorer Ephryme.


GUCCI MANE - Murder Was the Case

GUCCI MANE - Murder Was the Case

Lire la chronique :: acheter cet album

Murder Was the Case est le mal-aimé de la discographie de Gucci Mane. Il faut dire que l'auteur, par excellence, est plus un homme de mixtapes que d'albums officiels. Ce disque, pourtant, c'était du pur Gucci Mane, tout en insolence et en synthétiseurs virevoltants, avec même quelques singularités bievenues comme deux titres sous influence jamaïcaine et un "Shittin' Onum" malodorant à souhait.


THEOPHILUS LONDON - This Charming Mixtape

THEOPHILUS LONDON - This Charming Mixtape

Lire la chronique :: télécharger cette mixtape

Si à la fin des années 2000, vous avez pensé que Kanye West, Kid Cudi et Drake allaient trop loin dans l'abâtardissement du rap, c'est que vous n'avez jamais écouté Theophilus London. Sur le papier, ce Newyorkais était un rappeur, mais il s'est employé surtout à réinvestir la musique des années 80, notamment sur ce projet, qui ressemblait furieusement à une bande-son idéale pour défilés de mode.


MACKLEMORE & RYAN LEWIS - The VS EP

MACKLEMORE & RYAN LEWIS - The VS EP

Lire la chronique :: télécharger cette mixtape

Le succès considérable de Macklemore au début des années 2010 allait en surprendre plus d'un. Il y eut un coup de semonce pourtant, dès 2009. Avec cette mixtape déjà conçue avec Ryan Lewis, celui qui allait populariser auprès du public adolescent l'emo rap underground à la Slug ou Sage Francis, avait déjà étrenné sa formule, en s'exprimant sur des musiques empruntées à des groupes indie rock.


MODULOK - Cities and Years

MODULOK - Cities and Years

Lire la chronique :: album indisponible

Ceux qui connaissent Modulok à travers les albums des Red Ants peineront à le reconnaître sur Cities & Years, son deuxième projet sous son nom propre. Fi du rap cataclysmique et en colère de ce duo, issu des alentours de Toronto. Sur une musique calme, sobre et contemplative, à mi-chemin du jazz et de la musique électronique, le rappeur a voulu livrer ici son disque introspectif et personnel.


OJ DA JUICEMAN - Alaska in Atlanta

OJ DA JUICEMAN - Alaska in Atlanta

Lire la chronique :: télécharger cette mixtape

Si ce n'est lui, c'est donc ses sbires. Car en 2009, d'autres membres du collectif 1017 Brick Squad que son meneur de jeu, Gucci Mane, ont marqué les esprits. OJ da Juiceman est l'un d'entre eux, avec Alaska in Atlanta, l'une de ses mixtapes de référence, délivrée avec DJ Holiday, où le rappeur filait la métaphore du froid et de la neige, transportant sa ville tambour battant dans les contrées les plus "burr".


PILL - 4180: The Prescription

Pill - 4180 The Prescription

Lire la chronique :: télécharger cette mixtape

Il fut un temps où un grand avenir fut promis à Pill, un protégé de Killer Mike. Après une série de mixtape en 2009 et 2010, il avait gagné ses galons de Freshman chez XXL, il avait rejoint une major du disque, et un Rick Ross alors à son sommet l'avait pris sous son aile. Puis tout s'arrêta net, ne laissant plus pour héritage que ses sorties gratuites, notamment la première, toujours aussi fraîche.


RICK ROSS - Deeper than Rap

RICK ROSS - Deeper than Rap

Lire la chronique :: acheter cet album

Deeper than Rap est souvent considéré comme l'apogée de Rick Ross, mais il est aussi un album de major, où rien n'est laissé au hasard, ni le choix des invités, ni la présence massive d'un R&B chatoyant. Mais pouvait-on imaginer autre chose que ce cadre, fait tout entier de luxe et de volupté, pour que le rappeur de Miami mette au mieux en scène son personnage de baron de la drogue magnifique ?


WAKA FLOCKA FLAME - Lebron Flocka James

WAKA FLOCKA FLAME - Lebron Flocka James

Lire la chronique :: télécharger cette mixtape

Ce n'est pas parce que Waka Flocka Flame a réussi son premier album en 2010, qu'il faudrait oublier et invalider la flopée de mixtapes qui lui a permis, un an plus tôt, de se faire un nom. Mené tambour battant, le premier Lebron Flocka James, n'avait par grand chose à envier à Flockaveli. Pas même deux de ses singles les plus détonnants, "O Let's Do It", et surtout "Hard in da Paint", qui étaient déjà là.


LIL WAYNE - No Ceilings

LIL WAYNE - No Ceilings

Lire la chronique :: télécharger cette mixtape

Quelques temps avant un passage en prison, l'un des rappeurs les plus influents et importants de la décennie la clôturait par l'une de ses dernières mixtapes de référence, où il détournait encore habilement les instrus des autres, à force de verve et d'humour, et en se focalisant sur un thème, le sexe. No Ceilings serait pourtant bien mal nommée, la carrière de Lil Wayne atteignant alors son plafond.


WIZ KHALIFA & CURREN$Y - How Fly

WIZ KHALIFA & CURREN$Y - How Fly

Lire la chronique :: télécharger cette mixtape

Deux rappeurs issus de lieux différents, et ayant connu une première carrière auprès de gros labels, enregistraient ensemble une mixtape. Célébrant une vie fantasmée faite de luxe et de volupté, et accompagnée de la musique idoine, celle-ci deviendrait une sortie pivot, avant que Curren$y et Wiz Khalifa ne s'imposent, chacun à sa manière, comme des rappeurs importants de la décennie 2010.


XV - Everybody's Nobody

XV - Everybody's Nobody

Lire la chronique :: télécharger cette mixtape

XV, c'était l'autre filière de cette grande année à mixtapes qu'a été 2009. Pas celle d'Atlanta mais l'autre, celle d'un rap très pop, entre légèreté et fragilité, ouvert sur la variété et riche de titres séduisants. Everybody's Nobody aurait dû emmener vers le succès le rappeur de Wichita. Pourtant, il demeurera son point d'orgue, celui d'un homme resté dans l'histoire comme un simple rappeur à mixtapes.


ZEST THE SMOKER - Death at… 27

ZEST THE SMOKER - Death at… 27

Lire la chronique :: acheter cet album

En 2009, grâce à l'appui de Dave Dub, Zest the Smoker put enfin le sortir, ce Death at… 27 qu'il trainait dans ses cartons depuis près de dix ans. Bien lui en prit, car c'était un trésor caché de rap sombre et lourd, typique de cette époque, la fin des années 90, où le hip-hop indé s'était mis en tête d'être expérimental, austère et étouffant, et où le rappeur tournait autour du producteur Peanut Butter Wolf.


Vos 5 albums / mixtapes 2009

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2009. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet