Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

RALO - Diary of the Streets 2

, 13:15 - Lien permanent

Si Terrell Davis a récemment fait parler de lui, ce n’est pas seulement en raison de sa production musicale. En début d’année, l’homme connu sous le nom de Ralo a réchappé miraculeusement à deux accidents de voiture. Et l’automne dernier, il a créé la polémique en lançant des poignées de billets (pour une somme estimée à pas moins de 30 000 dollars) dans un refuge pour SDF. Le geste, généralement réservé aux danseuses des strip-clubs, a été jugé par beaucoup comme dégradant pour ces pauvres gens, obligés de ramper pour se saisir de l’argent. Mais il semble que cela ait échappé au rappeur d’Atlanta, convaincu d’être maintenant sur le bon chemin après avoir rencontré Allah en prison et décidé de tourner le dos à une vie de dealer entamée dès l’adolescence, au profit d’une carrière dans la musique.

RALO - Diary of the Streets 2

Rich Gang :: 2016 :: télécharger la mixtape

Cette carrière, et c’est là l’essentiel, a débuté sous les meilleurs auspices, avec l'appui de plusieurs bonnes fées du rap. C’est en effet grâce à "Can't Lie", un morceau sorti en commun avec Future en 2015, que Ralo s’est fait connaître. Beaucoup plus récemment, Gucci Mane a déclaré qu’il serait le premier artiste signé sur son nouveau label, 1017 Eskimo Records. Et entretemps, en 2016, c’est sous le parrainage de Birdman qu’il a sorti sa mixtape de référence, Diary of the Streets 2, avec la contribution, en plus de Shy Glizzy et Lil Uzi Vert, d’autre figures d’Atlanta comme Trouble, Young Scooter, YFN Lucci, 21 Savage, les producteurs London on da Track, Southside et Nard & B, ainsi, par deux fois, que Young Thug.

C’est d’ailleurs surtout à ce dernier que le style du rappeur fait penser. Comme Thugga, Ralo rappe d’une voix haut-perchée, de manière survoltée et hallucinée. Elle lui sert à proclamer ses envies de réussite et sa victoire sur l’adversité, deux thèmes qui dominent ses textes. Parfois, cependant, ça en devient exaspérant, comme dans le cas du refrain de "Baby Momma", ou du très irritant single "Flexing on Purpose". Notre homme est de ces rappeurs au style caractéristique, qu’on aime voir débouler ici ou là, au hasard d’une collaboration, mais qu’il est quelque peu éreintant d’écouter sur tout un projet. D’ailleurs, c’est avec un grand plaisir, voire un soulagement, qu’on entend intervenir Young Scooter en fin de parcours sur "Survivor", dont le style tout en nonchalance est le contraire parfait de celui de Ralo, ou encore Shy Glizzy, sur cette supplique au juge qu’est "Dear Your Honor".

Toutefois, toujours comme Young Thug, Ralo est capable seul de morceaux possédés. Reposant souvent sur des touches de piano, en plus de sa voix, sa musique vous saisit aux tripes, qu’elle soit en phase avec l’exaltation de ses raps, sur "This One For", "Showers in the Dark" et "I Ain’t Done" ou, en contraste avec les paroles, qu’elle se fasse lente et contemplative, comme sur "Elevated", "I Got the Juice", "Everyday" et le formidable "It’s Never Too Late", quelques unes des perles que compte ce Diary of the Streets 2 dont la longueur est le seul défaut.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet