Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

PEEWEE LONGWAY - Running Around the Lobby

, 13:49 - Lien permanent

L'incarcération de Gucci Mane, au milieu des années 2010, aura au moins eu pour mérite de laisser le champ libre à la nouvelle génération de ses disciples. Parmi ceux-ci, Young Thug fut le premier à capter l'attention sur une large échelle, avec sa mixtape de 2013, 1017 Thug. PeeWee Longway, lui, n'attira massivement les regards que l'année d'après, avec The Blue M&M. Pourtant, il fut le premier des deux à se lier à Guwop, l'ayant connu par le biais de son oncle, Cold Blooded Da Don, un membre du 1017 Brick Squad. C'est même grâce à lui que son ami Young Thug put rejoindre ce collectif, PeeWee Longway l'ayant imposé à Gucci Mane.

PEEWEE LONGWAY - Running Around the Lobby

MPA Bandcamp Music Group :: 2013 :: télécharger la mixtape

Si le pseudonyme de Quincy Williams ne s'imposa qu'un peu plus tard auprès du public et de la critique rap, les bases de sa carrière ont été posées elles aussi en 2013, via trois mixtapes : une en mars, Money, Pounds, Ammunition, en duo avec Gucci Mane ; une autre en décembre, Lobby Runners, compilant sous son égide des morceaux de toutes les nouvelles têtes d'Atlanta (outre Young Thug et Longway lui-même, Migos, Rich the Kid, Johnny Cinco, Jose Guapo, Skippa Da Flippa et MPA Duke) ; et entre les deux, en août, un projet davantage centré sur ses propres créations, quoique riche en collaborations, Running Around the Lobby. Et celui-ci, déjà, présageait de la qualité de ses projets ultérieurs, qu'il s'agisse des mixtapes de la révélation, ou de son premier album à venir, Mr. Blue Benjamin.

PeeWee Longway exploitait peu ou prou la même veine que Young Thug. Son rap, comme celui de son protégé, était loufoque et saccadé, et sa voix semblait sortie d'un dessin animé. Cependant, fidèles à la tradition trap, ses paroles tournaient plus encore autour des thèmes de la concoction et de l'absorption de stupéfiants. Sur "D-Boy Water Whippin'", le rappeur s'y déclarait le dealer n°1. Sur "DRUGS", avec MPA Shitro, il répétait à satiété que toute sa clique était à fond dans les drogues. Sur "Trenches", il relatait, avec le même ainsi qu'avec Young Dolph, leur dur labeur dans la "cuisine". Et plus généralement, au fil de cette longue mixtape de 75 minutes, il traitait de toutes les substances imaginables : crack, molly, lean, marijuana, et autres. Les drogues étaient le sujet unique de la mixtape. Avec leurs corollaires, belles voitures et filles faciles, elles étaient son thème exclusif.

Mais tout cela était conjugué avec énergie, dans un déluge de ritournelles irrésistibles, de basses monstrueuses, de synthétiseurs emphatiques, avec l'aide occasionnelle de l'Auto-Tune, et parfois, un poil de mélancolie. On s'y ennuyait d'autant moins qu'elle comptait de nombreux invités, qui permettaient au rappeur de se lancer dans des duos d'anthologie, comme sur "1000 Bands", avec Rich Homie Quan, et bien sûr avec Young Thug, sur le déglingué "Dats a Problem". PeeWee Longway, en effet, ne serait pas simplement un personnage important de la scène d'Atlanta, en ces années là. Lançant des modes bizarres comme le dab, rassemblant de multiples rappeurs autour de lui, et lançant bientôt sa propre écurie, le collectif MPA, il serait, en l'absence de Gucci Mane, son grand catalyseur.

Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet