Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

LETHAL BIZZLE - You'll Never Make a Million from Grime

, 23:02 - Lien permanent

Cela fait un moment déjà que Maxwell Ansah, alias Lethal Bizzle, occupe une place dans le monde du grime. Il était déjà actif au tout début des années 2000, au sein du More Fire Crew, un collectif qui, en 2002, sortit l’un des premiers tubes du genre, "Oi!". Puis ensuite, en solo, il sortit d'autres singles remarqués, notamment "Pow" (aussi appelé "Forward Riddim"), en 2004, un morceau enregistré avec une dizaine d’autres rappeurs, et qui fut un nouveau carton, malgré une censure imposée du fait de son contenu violent (et de sa propension à déclencher de grosses bastons quand il était joué en club). Comme beaucoup de ses collègues, cependant, le Londonien est davantage un artiste à singles qu’à albums. Après 2009, il n’en sortit d’ailleurs aucun, et il fallut attendre You’ll Never Make a Million from Grime, en 2017, pour qu’il connaisse son plus grand succès sur format long.

LETHAL BIZZLE - You’ll Never Make a Million from Grime

Dench Records :: 2017 :: acheter le EP

Cet EP de sept titres était censé n'être qu’un en-cas, destiné avant tout à faire patienter les fans dans l’attente du prochain album de Lethal Bizzle, Lennox Rd (lequel, à ce jour, se fait toujours attendre). Mais il a reçu un bon accueil, et ce n’est pas sans raison. Sur un format resserré, il est très cohérent, prenant la forme d’une suite de réflexions sur sa carrière. Celle-ci, le rappeur commence par la célébrer sur le tube de cet EP, un "I Win" entonné toute trompette dehors avec le principal bénéficiaire de la récente résurgence du grime, Skepta. Les deux vétérans, en effet, vantent ici leur réussite. Ils le font avec éloquence et éclat, incluant, pour Lethal Bizzle, des allusions aux titres qui l'ont lancé, "Pow" et "Oi!".

C’est la même morgue qu’il déploie sur le titre suivant, "London", quand il évoque ses débuts de petite frappe des bas-fonds londoniens. C’est encore la fierté qui domine sur "Celebrate", avec le refrain du chanteur Donae'o. Et quand il ne se réjouit pas de son succès, Lethal Bizzle s’enthousiasme sur son corollaire, les filles, avec Mostack sur "Hold U", un titre qui est évidemment le plus dancehall de tous.

Le titre de cet EP (tu ne gagneras jamais de million en faisant du grime) doit d’abord être interprété comme la revanche d’un rappeur à qui on promettait la galère. La pochette où il parade, hilare, au volant d’une voiture de luxe, semble aller dans ce sens. Mais il peut aussi être pris au premier degré, comme une leçon sur les difficultés du métier de rappeur. Lethal Bizzle, en effet, a eu un parcours assez long pour savoir que le succès ne vient pas seul. Aussi se pose-t-il en sage sur l’atmosphérique "Million Pound Dream", quand il conseille de poursuivre ses rêves plutôt que de chasser les millions. Et sur le conclusif "Dear Rich, Thank You", avec Melissa Steel, le rappeur n’oublie pas d’honorer celui qui a cru en lui et qui a lancé sa carrière (et celle de tant d’autres), un Richard Antwi désormais décédé.

Ainsi Lethal Bizzle fait-il le bilan d'un parcours entamé 15 ans plus tôt, ainsi en aborde-t-il chaque facette, sur ce qui ressemble à sa sortie la plus solide à ce jour.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet