Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

ETERNIA - It’s Called Life

, 22:41 - Lien permanent

Certains, parfois, ont considéré qu'Eternia était la plus grande rappeuse du Canada. Ce qui est sûr, c’est que le profil de cette native de la capitale, Ottawa, colle parfaitement à l’image qu’on se fait du pays du Grand Nord : elle est Blanche, et elle donne dans un rap plutôt responsable et progressiste, nourri par ce hip-hop underground (elle a collaboré avec des gens comme les Demigodz, la Atoms Family, Moodswing 9) qui s’est si bien acclimaté en ces terres septentrionales. Silk-Anne Kaya, de son vrai nom, est même fermement féministe, dans les paroles de ses raps comme dans ses prises de position publiques. Elle a par exemple lancé une campagne intitulée "My Favorite Rapper Wears a Skirt" (mon rappeur préféré porte une jupe ; vous pouvez même vous procurer les t-shirts), destinée à casser les clichés sexistes de sa musique de prédilection.

ETERNIA - It’s Called Life

URBnet Records :: 2005 :: acheter l'album

It’s Called Life a été son premier album. Et, histoire de souligner la spécificité du Canada, ce disque, qui n’aurait jamais été autre chose que confidentiel aux Etats-Unis, a été nommé aux Juno Awards, l’équivalent des Grammy Awards dans cette partie du monde, ses Victoires de la Musique. Difficile d'imaginer le même destin, de l’autre côté de la frontière, à un disque dont les invités sortent tous du Who’s Who de l’underground new-yorkais Pour épauler la Canadienne, en effet, on retrouve Wordsworth, Freestyle des Arsonists, et Helixx C. du collectif féminin Anomolies. Et naturellement, La recette employée se plie aux canons du rap East Coast des années 90 : boucles, samples, scratches (ceux de de DJ Dopey sur "Family") et raps ciselés. Pour la rappeuse canadienne, en effet, il semble important de prouver ses qualités de "lyriciste" (elle s'essaye même à la spoken poetry, sur le morceau "Death"), au risque de se montrer parfois un peu verbeuse.

Car Eternia a des choses à dire. Des choses personnelles, comme l’indique le titre, tout comme cette pochette qui la montre enfant. Chaque morceau est nommé d’après un thème, qui lui permet parfois de confier des choses très intimes, l’exemple le plus évident étant "Love", la pièce majeure de l’album, celle où, avec sa sœur Jessica au chant, elle rend hommage à l’amour d’une mère qui eut à subir la violence de son époux. Ce morceau est si marquant qu’il sera utilisé plus tard par Amnesty International, pour sa campagne contre la violence faite aux femmes.

Et là n’est pas le seul titre biographique de l’album. Sur "Control", par exemple, Eternia s’interroge sur la volonté de contrôle qui a pollué une relation amoureuse passée. Ailleurs, dans un autre registre, mais toujours avec la même posture cérébrale, elle philosophe sur la fuite du temps ("Time"). Fièrement, aussi, elle affirme sa résilience, sa capacité à gérer l’adversité. Elle s’en prend à ses détracteurs sur "Hate". Et sur "Evidence", un titre construit sur un sample du "Good Vibrations" des Beach Boys (un crime de lèse-majesté, mais qui néanmoins fonctionne), Eternia joue des coudes pour se faire une place dans le monde du hip-hop, égratignant au passage la star d'alors (et d’aujourd’hui encore), Kanye West.

Cette place, elle se l’est faite. Pas à l’échelle de Kanye, certes, mais tout de même. Quelques années après, en duo avec le producteur MoSS, un compatriote, elle s’est installée dans le paysage musical canadien, tout autant que dans l’underground américain, dont elle a rejoint l'un des labels phares, Fat Beats. Elle est devenue un apôtre du féminisme, intervenant sur le sujet en écoles et en séminaires, ou collaborant avec des collègues suivant les mêmes orientations, comme Jean Grae, Tiye Phoenix des Polyrhythm Addicts, et quelques autres. En somme, elle est devenue la représentante nordique de ce rap pas toujours aussi novateur qu’il se rêve, mais fidèle au boom bap et imprégné de conscience sociale.

Vos 5 albums / mixtapes 2005

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2005. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet