Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

XV - Everybody's Nobody

, 23:03 - Lien permanent

L'avantage des mixtapes digitales, c'est qu'avec elles la géographie s'efface. Que leur émergence soit spontanée ou qu'elle soit résultat d'une habile stratégie menée en sous-main par l'industrie du disque (quelle importance ?), elles permettent à des gens situés en marge des scènes les plus en vue de se faire un nom. Donavan Johnson, appelé XV en raison de l'âge auquel il a commencé à rapper, en est l'exemple même. Il vient en effet de Wichita, dans le Kansas, un Etat semble-t-il dépourvu de tout rappeur, la scène importante la plus proche se situant à Kansas City, dans l'Etat limitrophe du Missouri. Et encore, même les grands noms de là-bas, Tech N9ne et tous ses amis de Strange Music, voire, plus obscur, Mac Lethal, ne sont pas à proprement parler des stars internationales.

XV - Everybody's Nobody

Subconscious Threads :: 2009 :: télécharger la mixtape

Cependant, c'est par son partenariat avec un collaborateur de ces deux figures, le producteur Michael Summers, alias Seven, que XV est parvenu à se faire une place aux alentours de 2010. En partie, tout du moins, une autre raison étant son activisme sur le front des mixtapes. A partir du milieu des années 2000, il en sortit plusieurs, avant de se faire remarquer par deux d'entre elles, en 2008 : The Square in the Circle, où figurait Lil Wayne, et la pantagruélique 40 Days & 40 Nights, qui compilait une série de 80 morceaux sortis auparavant sur sa plateforme MySpace, sur une période de 40 jours, à raison d'un le matin et d'un le soir. Et l'année suivante, il allait enchainer avec ce qui deviendrait sa sortie de référence, Everybody's Nobody, une mixtape parrainée par DJ Enuff et DJ Benzi, où figuraient Wiz Khalifa et Big Sean, et qui précéderait sa signature chez Warner.

La pochette n'était pas sans évoquer la trilogie scolaire de Kanye West. Et ce n'était pas tout à fait un hasard : XV évoluait dans une veine voisine de ce dernier, une influence revendiquée. Dans celle, aussi, de Kid Cudi et, bientôt, de Drake. Comme eux tous, il arpentait le versant pop du rap, le plus proche de la variété internationale, le plus ouvert aux influences exogènes (ce sample d'INXS sur "Undeniable", la musique électronique sur "Gobstopper"), le moins rétif aux refrains sirupeux, avec échos et jolies voix féminines, le plus prompt aux chansons d'amour, qu'il soit heureux ("Start A War") ou déçu ("Used to"), le plus ancré dans une soul rétro ("Used to", encore, et "In Due Time", avec la voix de Cee-Lo).

XV était, sur cette mixtape, le nerd à cartable vert qu'on y voyait. Sur un ton juvénile, il se présentait comme un gamin souffrant de troubles déficitaires de l'attention ("A.D.D."), épris de jeux vidéos ("Mirror's Edge") et il s'identifiait à Willy Wonka, de Charlie et la Chocolaterie ("Gobstopper"). Il était travaillé par le doute ("Fall Out The Sky"), méfiant vis-à-vis de ce panier de crabes qu'est l'univers de la musique ("Bad News", "The Rabbit Hole") et perdu dans son monde propre ("Come Back Down"), celui de la planète Squaria, qui était déjà le cœur du sujet sur The Square in the Circle. Il était le paria, le dysfonctionnel, qui dénigrait le conformisme de l'Internet 2.0 ("Everybody's Nobody"), rejetait les illusions d'une existence parfaite en faveur d'une vie faite de jouissance et d'immédiat ("Life Vs Livin'") et nourrissait un esprit de revanche ("Now Look"), soulignant sa nouvelle notoriété ("Blinded") et aspirant à monter plus haut encore ("In Due Time").

Cette marche supplémentaire, XV ne la franchira pourtant pas. Malgré les bons moments de cette mixtape (notamment sa fin, riche en chansons plus lancinantes et plus réflexives que les autres, comme "Life Vs. Livin'", "Now Look", "Me, You", et surtout de "The Rabbit Hole"), en dépit de quelques autres sorties gratuites remarquées, Everybody's Nobody est demeuré le grand moment de sa carrière. Produit en partie par Just Blaze, son premier album, The Kid With The Green Backpack, ne sortira jamais. L'homme de ce nulle-part rap qu'est Wichita n'ira pas plus loin que son statut d'anomalie. Il n'aura plus amené grand monde sur Squaria. Il demeurera, comme beaucoup d'autres, un simple rappeur à mixtapes.

Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet