Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

VINCE STAPLES - Summertime '06

, 23:17 - Lien permanent

La ressemblance de la pochette de l'album de Vince Staples avec celle du Unknown Pleasures de Joy Division ne doit rien au hasard. Quand il la révéla sur Instagram, le rappeur souligna lui-même le rapprochement, entamant sa présentation par ces mots, "Love Will Tear Us Apart", soit le titre du single le plus emblématique du groupe d'Ian Curtis – et l'épitaphe qui figure sur sa tombe. Quelques semaines plus tard, à l'heure de la sortie de Summertime '06, le contenu de l'album allait confirmer cette proximité, en proposant un post-rap comme l'autre avait livré son post-punk : noir, pessimiste, décharné, avec des paroles émanant d'un esprit défaitiste et tourmenté, et une musique pesante, claustrophobe et réductionniste.

VINCE STAPLES - Summertime '06

Def Jam :: 2015 :: acheter le disque

Comme avec la mixtape Shyne Coldchain Vol. 2, l'essentiel des beats est produit ici par No ID, secondé par Clams Casino et DJ Dahi. Du boom bap du vétéran de Chicago, au cloud rap puis aux sons californiens des deux autres, on touche à trois styles marqués et différents. Ensemble, pourtant, en usant de basses lourdes, de boucles décharnées, d'effets électroniques et de sons abscons, ils arrivent à donner à Summertime '06 une grande consistance. Ils accentuent aussi le caractère conceptuel de cet album, curieusement découpé en deux disques, alors que ses 60 minutes de musique pouvaient tenir sur un seul, introduit par les ambiances étranges et les cris de mouettes de "Ramona Park Legend", et dont les invités, par exemple, Jhené Aiko sur "Lemme Know", ou Joey Fatts et Kilo Kish sur "Dopeman et "Surf" se contentent de marmonner, de murmurer, de soupirer.

Le caractère conceptuel est tout aussi manifeste chez le rappeur de Long Beach, qui déclare centrer le propos sur l'été 2006, celui où, adolescent confronté à la mort, à la délinquance et à la dureté de son entourage, il a perdu son innocence. Cet album nous parle donc d'un parcours intime, fait de désillusion, de détresse et d'aquoibonisme. Quand Vince Staples répète le mot d'ordre "Lift Me Up", par exemple, sur le titre du même nom, il ne respire pas la conviction. Sur "C.N.B.", il navigue entre colère et abandon. Et sur "Like It Is", il ponctue le propos par un désespérant : au bout du chemin, nous sommes tous morts. Ian Curtis est donc encore là, avec ses pulsions suicidaires. Il l'est cependant dans un contexte rap.

Car l'arrière-plan des textes, c'est toujours le ghetto, la pauvreté et la condition noire, dans la lignée du EP Hell Can Wait. Toutefois, au lieu d'emprunter les autoroutes du rap social, celle du rappeur "conscient" qui veut rétablir les choses, ou celle du gangster insolent qui célèbre son univers, il se contente d'exposer les choses, avec un rap en retrait, moins acteur qu'observateur. Le clip de "Señorita" est représentatif de ce positionnement, qui dépeint des gens défavorisés de toutes races, enfermés dans leur quartier comme dans un zoo, tués les uns après les autres, que des Blancs cossus viennent visiter en souriant, bien protégés derrière une glace, et au milieu desquels Staples rappe et évolue comme si de rien n'était.

La musique, pourtant, n'est pas toujours si morne et homogène. Peu à peu, Vince Staples élève le ton. Les sons se font moins arides, presque mélodiques et soulful, à la fin du premier disque avec le puissant "Jump of the Roof", le single "Señorita" et ce splendide "Summertime", chantonné sur une production de choix signée Clams Casino. Même chose avec la seconde partie, plus relevée avec la guitare de "3230", l'angoissant "Surf", un "Might Be Wrong" qui est ce que Vince Staples nous proposera de plus proche du R&B, et le poignant "Like It Is". Tous ceux-là sont des bons, de très bons morceaux, grâce auxquels, en 2015, il y aura bel et bien eu un grand disque de rap conceptuel, conçu avec succès par une major pour un public adulte et une critique établie, travaillé par des thèmes sociaux, et solidement ancré dans la réalité afro-américaine. Et on ne parle pas de To Pimp a Butterfly.

Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet