Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

THEOPHILUS LONDON - This Charming Mixtape

, 22:41 - Lien permanent

Il fut un temps, en 2008-09, où le rap sembla vouloir se fondre dans une grande variété internationale, où il chercha à se mêler aux autres genres populaires, pop rock et musiques électroniques, entre autres. Cette envie a animé plusieurs rappeurs notoires, comme Kanye West, Kid Cudi et Drake. Et l'on ne parle pas de la métamorphose de Black Eyed Peas en énorme machine variété rap. Un homme en particulier, dont l'apparence soignée, en plus de la musique, le destinait à séduire la branchitude (il fut un chouchou du festival de Cannes en 2011, et il sera plus tard cornaqué par Kanye West), explora cette voie plus loin que tout autre. Et pour imposer sa formule de synthèse, il privilégia d'abord le format mixtape. Cet homme, ce fut un New-yorkais d'origine trinidadienne, Theophilus London.

THEOPHILUS LONDON - This Charming Mixtape

Autoproduit :: 2009 :: télécharger la mixtape

Sa seconde mixtape, The Charming Mixtape, témoignait d'emblée d'influences exogènes : le titre était dérivé d'une chanson des Smiths, et la pochette le détournement d'un classique d'Elvis Costello, This Year's Model. Ces références particulières soulignaient aussi une fixation certaine pour une période précise : celle de la new wave, de la fin des années 70 à celle de la décennie 80. Ce sont des genres caractéristiques de cette époque, post-punk, synth pop, sophisti pop, electro rap, house originelle, world music naissante, soul tardive que, tour à tour, cette mixtape abordait. Cette passion s'illustrait, par exemple, par une déclinaison sirupeuse du "Computer Love" de Kraftwerk, signée Glass Candy, ou par une version déstructurée de "Always Love You", le grand tube de Whitney Houston.

Theophilus London explorait aussi des choses plus récentes, comme le "Sabali" d'Amadou & Mariam, le "Bongo Jam" de Crazy Cousinz, ou plus anciennes, comme le superbe "Ain't No Sunshine" de Bill Withers, ou bien une vieille version de "Oh Happy Day". Cela, toutefois, ne changeait pas grand-chose. Même quand elle était issue d'un autre temps, comme dans le cas du "Take My Eyes Off Of You" de Lauryn Hill, la musique rappelait férocement les 80's. Cette sortie, au bout du compte, était une mixtape à l'ancienne mode : une sélection, l'enchainement de titres préexistant, plus ou moins remixés, l'affirmation d'un panthéon musical personnel. Mais sur cette sortie, Theophilius London investissait un terrain de jeu plus large que les habituels rap et R&B. La seule raison de rattacher cette mixtape au hip-hop, en fait, c'est que le principal intéressé y rappait (en tout cas quand il décidait d'habiller la sélection de sa voix, et quand il le faisait par autre chose que par des chants), et qu'il y représentait fièrement son quartier de Brooklyn.

Certes, avec son apparence lookée bien comme il faut, Theopholius London ressemblait à un pur fantasme pour beautiful people. Avec l'étrange doctrine aquaphile défendue sur "Aquamilita", il semblait s'adresser en premier lieu aux mangeurs de sushis et de produits bios. Et la mixtape était elle-même une sorte de bande-son idéale pour défilés de mode. Mais qu'importe : la musique que l'on entend dans ces derniers est, de toute façon, souvent bien supérieure au tout-venant radiophonique. C'était en tout cas le cas avec cette Charming Mixtape.

Vos 5 albums / mixtapes 2009

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2009. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet