Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

KODAK BLACK - Heart of the Projects

, 23:16 - Lien permanent

Les "projects", aux Etats-Unis, sont les équivalents de nos HLM. Il s'agit de vastes projets immobiliers lancés par les pouvoirs publics, censés abriter les classes les plus laborieuses, et qui finissent souvent par devenir des coupe-gorges, où la criminalité devient l'alternative à la pauvreté, ouvrant la voie au règne de la drogue et de la violence. D'origine haïtienne, Dieuson Octave a grandi dans l'un de ces lieux, Golden Acres, à Pompano Beach, au nord du très touristique Fort Lauderdale. Et manifestement, il tire toute son inspiration de l'endroit, comme l'ont indiqué les titres de ses premières mixtapes, sorties aux âges de 16 et 17 ans : Project Baby, fin 2013, et l'excellente Heart of the Projects, un an plus tard.

KODAK BLACK - Heart of the Projects

Autoproduit :: 2014 :: télécharger la mixtape

Celle-ci est le projet qui a fait décoller l'ancien Lil' Black, ex membre du groupe local Brutal Youngnz, devenu Kodak Black le jour où il a ouvert son compte Instagram. Deux titres à en être issus, le tube "No Flockin" et le mélancolique "SKRT", ont été cooptés par Drake, un homme devenu le meilleur accélérateur de carrières dans le rap. Et d'autres rappeurs en vue, comme Earl Sweatshirt, Meek Mill et Kevin Gates, ont contribué aussi à attirer l'attention sur le jeune homme. A la suite de cette mixtape, il a connu une année 2015 agitée, marquée par l'intérêt croissant des maisons de disque, tout autant que par des déboires judiciaires.

Heart of the Projects rend donc compte de la réalité sociale qui a accompagné la formation de Kodak Black, un garçon qui a grandi sans père, et mené très tôt une vie de débrouille et de délinquance, qui l'a conduit en maison de redressement. Il nous transporte d'emblée au cœur du sujet, avec la scène de meurtre qui ouvre la mixtape. Puis il nous relate un ordinaire fait de filles, et de drogues, produites ou consommées, le tout sur le ton primesautier de sa jeunesse, avec des passages rapides de l'exaltation à la tristesse, typiques de l'adolescent qu'il est encore.

Kodak Black représente donc les quartiers chauds de Pompano Beach et de la Floride. Mais pour bâtir son style de rap, il a porté son regard plus loin. Il n'a pas pris modèle sur les artistes de la scène proche de Miami, mais sur d'autres : Chief Keef, par exemple, dont on perçoit l'influence dans les rimes simples mais obsédantes d'un "Benji's" ; et surtout Lil Boosie, que Kodak Black révère, et dont on perçoit l'héritage dans sa voix aigre et le caractère mélodique de son rap.

L'influence est subtile, cependant, car sur Heart of the Projects, Kodak Black apparait déjà comme un rappeur accompli. La mixtape est longue, 76 minutes, mais on ne s'y ennuie pas. Les morceaux irrésistibles y sont nombreux, du manifeste "Heart of the Project", aux tubes entêtants que sont le saccadé "I'm that Nigga", "18", "1K", et "My Wrist", un titre dédié à son poignet, une partie de son corps très sollicitée quand il concocte de la drogue. Et quand sa musique se fait plus suave et que ses rythmes sont moins soutenus, Kodak Black se montre plus convaincant encore, comme avec les singles, "No Flockin" et ce "SKRT" qui nous parle d'une relation désabusée aux femmes, mais aussi le mélancolique "Take Me Away", et "Molly", déclaration d'amour lancinante à la substance du même nom.

Les déchets sont rares, sur cette mixtape d'une cohésion, d'une constance et d'un équilibre rares pour un rappeur si neuf. Avec elle, à pas même 18 ans, le Project Baby, l'enfant des "projects" de Floride, a prouvé qu'il avait déjà tout d'un grand.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet