Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

YO GOTTI - Concealed

, 16:28 - Lien permanent

Yo Gotti fait partie de ces hommes, plus ou moins connus de tous et fermement inscrits dans le paysage rap, mais qui ne semblent jamais avoir eu leur moment à eux. Cela fait plus de 15 ans, en effet, que le rappeur de Memphis est actif. Il a d'abord évolué en indépendant, dès le début des années 2000, sortant plusieurs disques par ses propres moyens. Puis il a monté sa propre structure dix ans plus tard, le CMG (Cocaine Muzik Group, renommé récemment en un plus respectable Collective Music Group), avant d'avoir eu l'occasion de sortir ses albums sur major, en 2012 et 2013, avec Live From The Kitchen puis I Am, tandis qu'un autre, The Art of Hustle, est annoncé pour cette année. Aucune de ces sorties, cependant, n'a jamais été la grande œuvre qui permettrait à Yo Gotti de s'imposer pour de bon.

YO GOTTI - Concealed

Cocaine Muzik Group :: 2015 :: télécharger la mixtape

A vrai dire, même si ce dernier a su accompagner depuis près de 10 ans tout ce que notre époque compte de rappeurs importants, Gucci Mane, Bun B, Rick Ross, Meek Mill, Future, Starlito, et bien d'autres encore, son registre, fait pour l'essentiel d'un gangsta ou d'un cocaine rap standard, serait presque trop générique. Sa toute dernière sortie, la mixtape Concelead, sponsorisée par DJ Drama, le prouve encore. Si elle démontre une fois de plus l'étendue de son carnet d'adresse, avec la présence (outre Snootie Wild, son compère de CMG) de Kevin Gates, Rich Homie Quan, Peewee Longway, Lil Bibby, Shy Glizzy, Lil Boosie et Jadakiss, ses paroles ne dévoilent rien d'autre que la routine habituelle ; elles se résument à l'expression en roue libre de la fierté crasse du criminel, de son attitude crâne vis-à-vis de l'argent, des filles, de la prison et de ses rivaux.

Cependant, Concelead s'avère de bonne facture. "Super Power" est ce que son titre annonce, une affirmation étincelante par Yo Gotti de sa magificence, et le très bon "11", qui annonce l'album à venir, est une proclamation convaincante de sa street credibility. "Gold Medal", avec PeeWee Longway, est une ode assez drôle à l'art de concocter des substances illicites, tandis que "Hero", avec le freluquet Shy Glizzy, en est une autre, aussi savoureuse, sur celui d'en dealer. Et sur "Ion Feel Em", un titre où il s'en prend aux faux gangsters d'Internet, Yo Gotti bénéficie de deux renforts de poids, celui d'un Kevin Gates à la voix décidément de plus en plus grave et écorchée (et qu'importe si son couplet semble sans rapport avec le reste), et une production mélancolique de premier choix signée Metro Boomin.

Au final, Concelead n'est un nouvel intermède, un interlude récréatif avant The Art of Hustle, une mixtape habituelle, inégale et vite assemblée, Yo Gotti s'y livrant par ailleurs à l'exercice rituel du freestyle, sur le "Trap Queen" de Fetty Wap, et sur le "Water Wet" de Plane Jaymes. Mais tout de même, cette sortie vaut bien tous les albums plus officiels que le rappeur a pu nous proposer à ce jour.

PS : merci à Héra, sans qui, c'est certain, j'aurais zappé cette sortie.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet