Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

VEE THA RULA - RULA 2

, 23:25 - Lien permanent

Vee Tha Rula est originaire du Michigan, mais il est aujourd'hui basé à Phoenix, dans l'Arizona, c'est à dire au milieu de nulle part, sur la carte du rap. Il est toutefois parvenu à se faire connaître en intégrant l'Alumni Music Group, le label et collectif de Kid Ink, puis avec la sortie au printemps 2015 d'une suite à sa mixtape RULA, sortie dans une indifférence totale l'année passée. Plus remarquée, cette deuxième édition a bénéficié de la participation de quelques figures du rap contemporain comme Kevin Gates, Ace Hood, Bricc Baby Shitro, et bien sûr de Kid Ink lui-même. Et elle a dévoilé aussi en Vee Tha Rula, ce qui ne gâchait rien en fait, un rappeur au style assez clairement distinct de celui de son protecteur.

VEE THA RULA - RULA 2

Tha Alumni Music Group :: 2015 :: télécharger la mixtape

L'homme de l'Arizona, en effet, est plutôt un rappeur vieille mode. Jouer avec son flow lui importe, ses textes font sens et il pare ses thèmes, issus de l'ordinaire gangsta, d'une certaine épaisseur sociale. C'est patent dès un titre introductif aux forts relents autobiographiques, "The Town", où il est question d'un enfant et de sa mère poussés par la misère dans l'illégalité et le trafic de drogue, avant que le premier ne tente avec arrogance sa chance dans le rap. Avec Vee Tha Rula, à nouveau, on nous présente les deux côtés du décor, on nous dépeint le quotidien du ghetto et de la délinquance avec la bonne couleur, la noire, même quand on s'engage dans des ego-trips comme "Under Pressure". Le rappeur se fond dans le registre du gangster rude mais mélancolique, dont Kevin Gates est l'un des maîtres, notamment sur leur brillant titre en commun, "Bullshit", où il est question de vies trop courtes, qui valent de toute façon difficilement la peine d'être vécues.

Assurée par une ribambelle de beatmakers méconnus, hormis David D.A. Doman, SAP, The Runners et la tête d'affiche Jahlil Beats, la production est au diapason de tout cela : en berne, sombre, et souvent poisseuse. C'est le cas avec le piano répétitif de "The Town", les basses vrombissantes du minimaliste "Expensive", les ambiances cloud de "Bullshit", de "I Go Hard" et du très beau "You Dont Even Know", ou celles, oppressantes, de "Dat Lingo" et d'un "Under Pressure" appuyé par des sirènes. Ca l'est même de titres plus habillés, comme ce "Cotton" au beat à trompette très 90's, ce "Tidal Wave" au chant accéléré et cet original "Iono". En fait, Rula 2 est une mixtape qui gagne à ce qu'on s'y plonge comme dans un album, d'un bout à l'autre, le temps de se fondre dans le monde de Vee Tha Rula.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet