Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

FUTURE & ZAYTOVEN - Beast Mode

, 12:52 - Lien permanent

On connaît l'histoire. Entre la déception qu'a été Honest en 2014, et l'unanimisme critique rencontré un an plus tard par son successeur DS2, Future s'est remis en selle, au profit d'une chevauchée fantastique de trois mixtapes. Sortie entre ce quasi album qu'était Monster et la très noire 56 Nights, Beast Mode est peut-être la moins célébrée des trois. Il faut dire qu'elle a été enregistrée vite fait, en deux ou trois jours, pour meubler le vide laissé par l'incarcération à Dubaï de DJ Esco, qui avait avec lui tous les enregistrements récents du rappeur. Et pourtant, elle n'en contenait pas moins tous les ingrédients nécessaires à une grande mixtape.

FUTURE & ZAYTOVEN - Beast Mode

Free Bandz :: 2015 :: télécharger la mixtape

La première force de Beast Mode c'est sa durée très courte, 9 titres et une demi-heure à peine. C'est ce format ramassé, c'est son aspect spontané et immédiat. L'autre, c'est l'unité de production. Southside serait quasiment le seul beatmaker présent sur 56 Nights, et Metro Boomin, à défaut de signer tous les sons sur Monster, y avait joué le rôle de chef d'orchestre. Ici, c'est le déjà vétéran Zaytoven qui s'occupait de la musique, et qui la marquait de son empreinte, avec ses pianos et ses synthés clinquants caractéristiques. Cette homogénéité était renforcée encore par Future lui-même, qui limitait le nombre des invités à deux : Young Scooter, sur la parfaite entrée en matière qu'est "Oooooh", ainsi que Juvenile, pour un très grand "Ainchu", en partie calqué sur "Ha", son single de référence, avec ses répétitions en fin de phrase et son rythme sautillant.

Les paroles aussi, se focalisaient sur le registre usuel de Future, symbolisé mieux que jamais par cette pochette exhibant, en guise de micro, un cœur serti de bijoux tape-à-l'œil. Le rappeur s'y montrait encore en thug sensible sur les sommets de mélancolie qu'étaient "No Basic" et ce "Just Like Bruddas" joliment servi par les arpèges de piano de Zaytoven. Et, comme sur les autres mixtapes de la série, il n'en finissait pas de régler en public le solde de sa rupture. Il était encore question de fuite dans une vie dissolue faite de fêtes, de drogue, de belles sapes et de débauche. Le sexe, notamment, était très présent sur Beast Mode, via des titres comme "Lay Up", et ce "Real Sisters" où il se vantait de baiser des jumelles.

Avec ces morceaux, Future s'engageait dans une misogynie habituelle, mais qui était aussi, plus que jamais, une admission de sa maladresse sentimentale, une réponse radicale à sa détresse affective. Il optait pour la solution de facilité : être pour de bon le sale type qui avait trompé la jolie Ciara, la mère de son enfant. Comme sur les autres mixtapes de la série, il n'y avait ici aucune des précautions de Honest, plus rien de ses calculs. Et c'est ce qui en faisait toute la supériorité.

Évaluer ce billet

4/5

  • Note : 4
  • Votes : 1
  • Plus haute : 4
  • Plus basse : 4

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet