Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

DR. DRE - Compton

, 23:10 - Lien permanent

Voilà donc. Le troisième album solo de Dr. Dre a fini par sortir au cœur de l'été 2015. Il ne s'appelle finalement pas Detox, il serait même un tout autre disque que ce dernier, annoncé depuis si longtemps déjà. Le rappeur et producteur aurait jeté le projet initial aux orties pour le remplacer par un autre, inspiré par le film récent qui retrace la carrière de NWA, son ancien groupe, Straight Outta Compton, et présenté comme sa bande-son. Dans quelle mesure cette annonce est-elle juste, ou relève-t-elle d'un certain opportunisme marketing de la part d'un rappeur et producteur qui a su démontrer par ailleurs son sens des affaires ? Difficile à dire. Et peu importe, en fait, car seules deux choses comptent : le fait que l'Arlésienne du rap a fini par venir, et le verdict sur ses qualités musicales.

DR. DRE - Compton

Aftermath / Interscope :: 2015 :: acheter le disque

La première chose à rappeler, c'est qu'un solo de Dr. Dre n'est en fait, jamais, un solo, et Compton encore moins que les précédents. En bon blockbuster, ce disque est un travail d'équipe, calibré comme il le faut, et conçu avec une armée mexicaine de collaborateurs. On y trouve d'abord un tas de gens qui ont côtoyé le producteur au long de sa carrière, comparses ou protégés : Ice Cube, Cold 187um, Snoop Dogg, Xzibit, Eminem, The Game, et le dernier prince adoubé par la vieille aristocratie rap, Kendrick Lamar. A cela s'ajoutent des figures plus méconnues, en premier lieu le chanteur et rappeur Anderson Paak, qui intervient sur six titres, et qui provient de l'autre scène californienne, celle du Hellfyre Club, emmenée par cet héritier du Project Blowed qu'est Nocando. Quand on ajoute à tous ces gens d'autres invités encore, on n'est pas surpris de constater que les raps du principal intéressé, écrit par d'autres comme d'habitude, se montrent plutôt discrets.

Mais Dr. Dre est avant tout un producteur, n'est-ce pas ? Oui, certes. Toutefois, même sur ce plan, il n'a pas avancé seul. Outre un autre dinosaure du rap, DJ Premier, qui coproduit "Animals", le beatmaker s'est entouré de Focus... (le fils de Bernard Edwards de Chic), de DJ Dahi, de Dem Jointz, et de Cardiak, entre autres, qui concoctent avec lui (voire sans) l'ensemble des beats de Compton, concourant à en faire le disque le plus éclectique sorti par Dr. Dre. Ce dernier, en fait, s'est focalisé sur le rôle qu'il maîtrise le mieux : celui de chef d'orchestre, de catalyseur, coordonnant le tout, lui donnant une cohérence, et y imprimant sa patte.

Car Compton demeure, indubitablement, un album de Dr. Dre. Cela se manifeste par les thèmes abordés, la municipalité de Compton, le parcours réussi du producteur et un brin de discours nostalgique ("It's All on Me"). On y découvre aussi des accolades posthumes avec Eazy-E, mentionné dans les textes, et présent indirectement quand est invoqué le "For the Love of Money" de ses protégés Bone Thugs-N-Harmony. S'y trouvent aussi des accès de violence ("Loose Cannons" nous parle du meurtre odieux d'une femme, Eminem se lance dans un vers controversé sur le viol) ainsi que quelques piques envers les flics ("Animals"), destinés à montrer que l'embourgeoisement n'a pas trop éloigné l'artiste de son passif de rappeur gangsta, et qu'il nique toujours la police. A la manière du film, et comme l'annonce cette pochette qui substitue Compton à Hollywood, cet album qu'il annonce comme le dernier est voué à dresser une statue ultime à la gloire d'Andre Young. Il y contribue à sa propre légende. Il parachève sa mythologie.

Les sonorités portent aussi la marque du maître. La production fait preuve du perfectionnisme qui lui est propre, elles approfondissent l'œuvre commencée plus de 20 ans plus tôt, quand il avait injecté dans le hip-hop des éléments instrumentaux et organiques, quand il s'était livré à un gros travail sur les basses, et qu'il avait rendu plus souples, plus chauds, plus généreux, les beats secs alors associés au rap. Et pourtant, Dr. Dre a eu assez d'intelligence pour s'émanciper du style qu'il avait autrefois popularisé, le g-funk. Sur cet album, il assume ses 50 bougies, et il livre la musique toujours plus complexe et moins mécanique, parfois même plus expérimentale ("Deep Water"), plus jazz en somme, que l'on se met souvent à privilégier, l'âge venant. Pour son côté grand écran et sophistiqué, pour son ambitieux kaléidoscope de sons, parce qu'il convoque l'héritage de la great black music avec ses chants, son funk robotique et sa soul soyeuse, cet album a été comparé avec le récent To Pimp a Butterfly de Kendrick Lamar. Il est comme lui, en fait, un album de vieux. Sauf que Compton est vraiment fait par un vieux.

Compton, c'est du rap adulte qui s'assume, pas du rap de premier de la classe coopté par les anciens. Et il n'en est que meilleur. A part avec ce titre qui bastonne qu'est "One Shot One Kill", on ne sent plus la faim et la spontanéité de la jeunesse sur ce disque où rien n'est laissé au hasard. Dr. Dre et son équipage, cependant, n'en livrent pas moins que des bons titres, parmi lesquels se distinguent : un "Darkside/Gone" rempli de trouvailles, qui joue habilement de plusieurs mouvements, et s'essaye même à l'autotune ; la confession finale du magnifique "Talking to My Diary" ; et cet "All In a Day’s Work" qui joue le rôle que "Still Dre'' avait assuré sur le solo d'avant, celui du titre addictif qui remet les pendules à l'heure. Le seul moment vraiment irritant, en fait, c'est cette intervention énervée et forcée d'Eminem à la fin, sur "Medicine Man", qui vire à l'auto-caricature.

Il est trop tôt pour savoir quel statut Compton aura dans la courte discographie solo de son concepteur, s'il sera fondateur, le chant du cygne d'une génération ancienne, ou encore sa réactualisation, à l'ère de la trap music et du rap chanté sous autotune (deux tendances par ailleurs présentes ici, en filigrane). Certains voudraient débattre et savoir s'il est un nouveau classique, ou juste un bon album. La vérité, sans doute, est entre les deux, et de toute façon, le statut occupé par Andre Young fausse tout, il brouille toute perception. Sanctifié, canonisé, il est une figure qui se suffit à elle-même, il vit sur son mythe. Dr. Dre, au final, est devenu une icône, une relique, un objet de vénération, un peu comme les Rolling Stones l'ont été avant lui pour le rock. Sauf que les Rolling Stones, 30 années après leurs débuts, auraient été bien incapables de sortir un album de la qualité de Compton.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet