Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

A-WAX - Everybody Loves Me Chapter 2

, 20:42 - Lien permanent

Depuis quelques temps, un rappeur marche sur l'eau et personne ne le remarque, si ce n'est quelques sites spécialisés, en particulier ici en France. En activité depuis 15 ans sur la prolifique scène rap de la Baie de San Francisco, ayant déjà à son actif une discographie honorable, A-Wax enfile ces jours-ci perle sur perle. Il fut l'auteur de l'une des grandes mixtapes de 2013, Jesus Malverde. Il proposa en 2014 ce qui pourrait avoir été l'album de l'année, Pullin' Strings. Et il récidiva cet été avec EverLasting Money. Aaron Doppie, de son vrai nom, est si inspiré que même sur un projet annexe, comme la mixtape Everybody Loves Me Chapter 2, sortie entre ses deux derniers albums, il ne peut s'empêcher d'être très bon.

A-WAX - Everybody Loves Me Chapter 2

Pie-RX Recordz ‎:: 2015 :: télécharger la mixtape

Présenté comme la suite d'un projet datant de 2012, ce second chapitre a tout d'une mixtape, et rien de la consistance ni de la finition d'un Pullin' Strings sorti quelques mois plus tôt. Alors que ce dernier ne comptait aucun invité, plusieurs chanteurs ou rappeurs participent à cette sortie, à peu près tous méconnus au-dehors de la Californie, à l'exception de la star originelle de la Baie, Too Short, de Smigg Dirtee, et de Frenchie, le cousin de Waka Flocka. Alors que l'album précédent avait une orientation très cloud rap, et qu'elle était marquée par les mélodies et par la mélancolie, Everybody Loves Me 2 se montre plus composite.

On trouve ici des nappes serties de guitares comme sur l'album précédent, par exemple sur "Dab Nabit", ainsi que les mêmes instrumentaux doux et ouatés ("Over Qualified"), mais aussi des virées trap comme "FYM", des moments R&B comme sur "Stage Lights" avec le chanteur Luke Bingham, ou sur "Work For It" avec P. Child, de gros synthétiseurs gothiques et menaçants sur "Run Down" et "Rain", agrémentés éventuellement d'une sirène sur le très bon "Crocodile Dundee", une bizarrerie électronique avec "If I Wanna", une énième relecture du "OG Bobby Johnson" de Que avec "Stretched Out", et "Told Me", le titre avec Too Short, qui ressemble, pour partie au moins, à un vieux morceau de ce dernier.

Le seul liant sur Everybody Loves Me Chapter 2, c'est en fait le retour pour A-Wax à une formule plus irrévérencieuse et plus agressive que sur le déprimé Pullin' Strings, avec des histoires de drogue et des envolées sexistes qui s'inscrivent dans la longue tradition de la Bay Area en la matière, dès ce "Stretched Out" qui ouvre la mixtape. Ce second chapitre d'Everybody Loves Me est au fond, pour A-Wax, le retour à un certain ordinaire gangsta façon Bay Area. Mais avec ce rappeur là, grâce à des titres de l'acabit de "Stretched Down", "Run Down", "Neva Been", "Crocodile Dundee" et "Goin' Hard" même l'ordinaire est fait de grands moments.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet