Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

YOUNG THUG & GUCCI MANE - Young Thugga Mane La Flare

, 22:25 - Lien permanent

Le maître, et l'élève. Le rappeur le plus influent de notre temps, et son disciple récent le plus doué. Voici ce que nous propose cette mixtape en commun de Gucci Mane et de Young Thug, disponible depuis avril 2014. Et même si ce court Young Thugga Mane La Flare rencontre les limites de l'exercice, ayant sans doute été assemblé vite fait mal fait, l'un des deux hommes étant encore derrière les barreaux au moment de sa sortie, et l'autre en pleine galère avec ses contrats, elle confirme qu'en ce moment, tout réussi au plus jeune des deux rappeurs, que rien ne résiste à son style plus bizarre que jamais, déglingué comme aucun autre.

YOUNG THUG & GUCCI MANE - Young Thugga Mane La Flare

1017 Brick Squad :: 2014 :: télécharger la mixtape

La preuve, c'est qu'on en oublierait la présence de l'aîné. Ici, Gucci Mane fait le job. Il alimente la mixtape de ses habituelles ritournelles gangsta, avec son phrasé qui ferait presque innocemment dodeliner de la tête. Mais ce faisant, tout comme les rares invités de cette sortie (l'attendu Pee Wee Longway, et Takeoff du trio Migos), il n'est quasiment qu'un faire-valoir pour son protégé, qui fournit l'essentiel de l'effort, et constitue, comme sur son récent Black Portland, son autre projet collaboratif de 2014, la principale attraction de cette sortie. Le vrai moment d'extase, sur chaque titre où presque, à commencer par le premier, "Hot Boyz", c'est quand la voix incroyable de Young Thug succède à celle de son protecteur.

Autrefois, les rappeurs faisaient valoir leurs skills par des détours poétiques traditionnels : rythmes, rimes, assonances, allitérations. Mais aujourd'hui, sans y renoncer tout à fait, Young Thug y apporte d'autres artifices, pauses, changements d'intonations, de timbre et d'énergie, comme par exemple avec l'aérobic verbale de "Bricks". A l'inverse presque des mélodies entêtantes et mécaniques de Gucci Mane, sa voix pratique une gymnastique constante, jouant à fond de l'imprévu et des surprises. Et comme bien d'autres à son époque, il efface les frontières, inutiles, entre le rap et le chant ("Ride Around the City", "YAY", "Out My Biz").

Les paroles, ces histoires éternelles de drogue, de virées en ville ou dans les clubs, de filles volages et de biens matériels tape-à-l'oeil, n'ont au fond plus grande importance. D'ailleurs, il est parfois difficile de deviner où elles veulent en venir, comme avec "Your Siblings" ("je veux tes frères et sœurs" : hein ?). Elles n'ont pour valeur que de perpétuer ce côté canaille, insolent et sulfureux qui sied au rap. Seul importe le numéro de Young Thug, qui demeure constamment à la limite entre le génie et le n'importe quoi, comme avec cet "OMG" vraiment très étrange et qui, comme la mixtape dans son ensemble, en laissera plus d'un circonspect.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet