Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

THE ROOTS - Undun

, 17:49 - Lien permanent

S'ils n'ont jamais été un mauvais groupe, les Roots se sont toutefois bonifiés avec le temps, sur au moins deux dimensions : la concision d'abord, les longs albums et les morceaux aux allures de jam des débuts ayant laissé place à une musique plus focalisée, plus resserrée ; la diversité ensuite, le jazz rap 100% organique des origines s'étant ouvert peu à peu à la technologie, puis à d'autres genres musicaux, soul, funk ou rock. Le disque le plus représentatif de cette double évolution, c'est assurément undun, leur album de 2011, l'un des plus notables parmi ceux sortis dans les années les plus récentes de leur longue carrière.

THE ROOTS - Undun

Def Jam :: 2011 :: acheter le disque

Concis, undun l'est, ne dépassant pas les 40 minutes. Qui plus est, il est articulé tout entier autour d'un concept. L'album, en effet, retrace le parcours d'un personnage fictif, Redford Stevens, chaque rappeur présent (Black Thought bien sûr, essentiellement, mais aussi les invités Big K.R.I.T., Dice Raw, Phonte, Greg Porn et Truck North) se chargeant tour à tour de l'incarner et de partager ses pensées. L'histoire, par ailleurs, est contée à rebours, le premier morceau évoquant sa mort, violente et prématurée, et chaque plage suivante retraçant les étapes qui l'ont mené à cette fin tragique. La seule chose habituelle ici (le cliché, même), c'est le thème, celui d'un jeune Noir engagé sur la voie rapide mais périlleuse du trafic de drogue. Et comme The Roots, le groupe rap adulte et responsable par excellence, est aux manettes, il s'agit bien sûr de pointer du doigt les conditions sociales qui ont conduit Redford Stevens sur ce chemin fatal.

Undun, aussi, consacre l'éclectisme sans cesse grandissant des Roots. Dans la foulée de l'album précédent, How I Got Over (2010), qui les avait vus collaborer avec des membres de Dirty Projectors, il poursuit le flirt du groupe avec l'indie rock. L'artiste de référence cette fois, c'est Sufjan Stevens. Le personnage de Redford Stevens est d'ailleurs le sien : le nom provient d'un titre de son album Michigan (2003), "Redford (For Yia-Yia & Pappou)", qu'il réinterprète ici, en fin de disque, comme premier volet d'une "Redford Suite" en quatre mouvements. Mais il y a aussi des titres aux accents funky sur undun ("Kool On"), du rock psychédélique ("Stomp"), du R&B classieux à violons ("I Remember"), du classique avec "Finality", du jazz, avec le jeu entre piano et batterie de "Possibility", et les accents soul des très beaux "The OtherSide", chanté par Bilal, et "Tip the Scale".

Et le plus fort, c'est que tout cela se marie assez bien, sans doute parce que derrière, constamment, se décarcasse le même groupe multi-instrumentiste rompu au live, parce qu'il y a perpétuellement la batterie acrobatique de Questlove, qui garantit au tout une certaine unité de ton. Grâce à cela, grâce aussi à l'histoire de Redford Stevens qui l'unifie et le consolide, undun, s'il n'est pas le tout meilleur album des Roots, est en tout cas leur plus compact et leur plus cohérent.

Vos 5 albums / mixtapes 2011

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2011. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le mardi 19 août 2014, 12:58 par Greg

Ah, bien mené comme d'hab', mais j'ai du mal à adhérer à la thèse de la bonification. Mes LP préférés restent "Illadelph Halflife" et "Do You Want More?!!!??!", des albums qui distinguaient vraiment le groupe à l'époque, dont on ne trouve pas vraiment d'équivalents même dans la vogue jazz-rap, alors que les derniers collent plus à ce qui peut se faire ailleurs. Le caractère plus compact est allé de pair avec un certain formatage, je trouve. (sentence fatale de ma nana déçue à l'écoute distraite de Undun : "c'est les Roots ça? ça ressemble à des trucs qui passent à la radio.") Par moments ça frôle même un peu la soupe, même si c'est contrebalancé par ailleurs (la première partie de "Rising Down").
Ceci dit leurs derniers albums restent tous plus ou moins bons, car ils ont quand même bien du talent ces braves gens. En fait il paraît pas déraisonnable de défendre l'idée qu'ils ont la "meilleure" discographie de l'histoire de cette musique (longueur/solidité/originalité). En tout cas, avec aucun déchet sur 10 albums, je vois qui on pourrait mettre devant (même si je suis loin d'être un fan des palmarès).
Reste à écouter le dernier. Celui avec Costello vaut aussi l'écoute!

2. Le mardi 26 août 2014, 20:37 par codotusylv

Je ne sais pas. C'est peut-être mon background de rappeur qui n'aime pas le rap qui parle, là, mais j'ai toujours trouvé Illadelph Halflife ennuyeux et surcoté. Même Things Fall Apart, pourtant jugé comme leur grande oeuvre, et que j'avais beaucoup apprécié au départ, a perdu de sa saveur depuis 1999.

Les albums récents comme Game Theory, Phrenology, et donc Undun, me paraissent plus riches et plus satisfaisants. Je n'ai pas trop accroché à How I Got Over, en revanche, et je n'ai pas encore écouté le dernier.

En revanche, j'ai toujours aimé Do You Want More?!!!??!, qui est également chroniqué sur ces pages d'ailleurs.

Tiens, ça me fait penser : peut-être que je vais organiser un sondage "meilleur album des Roots", un de ces quatre.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet