Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

THE BOMB SQUAD - The Only Mixtape

, 23:24 - Lien permanent

Je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Un temps que la plupart des moins de 30 ans ignorent aussi. Un temps, la fin des années 80, où en matière de production rap, le fin du fin, le top de la crédibilité, ceux qui pensait-on annonçaient l'avenir du hip-hop, voire de la musique en général, étaient les beatmakers du Bomb Squad. Carl Ryder (en fait le rappeur Chuck D), Hank et Keith Shocklee, ains qu'Eric "Vietnam" Sadler, avaient poussé dans ses limites l'art de manier les samples et les machines, frisant l'expérimental sans jamais cesser d'être terriblement efficaces, et ils avaient prêté leurs services bien au-delà du groupe auquel ils étaient étroitement associés, Public Enemy.

THE BOMB SQUAD - The Only Mixtape

Rayon du Fond :: 2014 :: acheter le disque

DJ, animateur radio historique sur la région de Rouen, et collaborateur fréquent de médias rap importants comme l'abcdrduson, Bachir nous avait déjà gratifiés il y a quatre ans d'une sélection de grands titres du précieux duo californien The Nonce. En 2014, il remet ça, sur un format similaire, avec la fameuse écurie qui a dominé la production hip-hop au tournant des décennies 80 et 90. Rien de plus logique que ce retour aux sources pour notre DJ, qui dit avoir été converti au rap par Public Enemy. Fan acharné, il a même obtenu le renfort d'un poids lourd, Chuck D lui-même, rien de moins, ayant enregistré une courte vidéo de promotion.

Bien entendu, le groupe de ce dernier s'arroge la grosse part du gâteau. Sur la vingtaine de titres de cette compilation mixée, cinq sont signés Public Enemy, la plupart issus du grand classique du groupe, It Takes a Nation of Millions.... Mais d'autres gens sont présents, et pas que des New-Yorkais, ce qui nous rappelle le rayonnement qu'avaient alors ces producteurs. C'est toute la crème du rap d'alors, en effet, qui a été produite par le Bomb Squad, et que l'on retrouve ici : Run DMC, LL Cool J, Eric B & Rakim, Third Bass, Slick Rick, les Leaders of the New School.

Quant aux autres titres, ils proviennent soit de leur famille étendue (l'un étant signé par le DJ de Public Enemy, Terminator X, et un autre par les protégés de Hank Shocklee, Son of Bazerk), soit de groupes et rappeurs disparus depuis des écrans radar, et que Bachir a voulu ramener à la surface, comme Robert S, le K 9 Posse, les Kings of Pressure, ou les Californiens de Juvenile Committee et de 7A3.

Car comme pour sa compilation de The Nonce, Bachir ne s'est pas contenté de l'évidence. Il est allé chercher des titres plus méconnus, qui n'ont pourtant pas grand chose à envier aux autres, aux classiques. Servis par la production du Bomb Squad, portés par ces beats qui cognent, qui crissent, qui bruissent et qui, malgré tout, grovvent aussi, ils sont tous également bons. Et en cela, pour la deuxième fois, notre DJ a fait honneur à sa profession de cratedigger et d'historien du rap.

Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet