Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

PENNY - The Clockforth Movement

, 22:47 - Lien permanent

Grâce au rappeur dérangé Noah23, Plague Language s'était affirmé au début de la décennie 2000 comme l'un des labels les plus représentatifs d'une scène hip-hop canadienne blanche et arty que le mouvement indé avait soudainement rendu plus visible. Pour autant, les patrons du label ne s'étaient pas limités à leur pays. L'une de leur recrue par exemple, Penny Dahl, n'avait pas été dénichée dans la froideur des environs de Toronto, mais à San Francisco, sous le soleil de Californie.

PENNY - The Clockforth Movement

Plague Language :: 2002 :: acheter cet album

Et cela s'entendait : la demoiselle partageait avec les meilleurs représentants de la face cachée de la West Coast (Project Blowed, Shapeshifters et autres) un goût prononcé pour les phrasés rap supersoniques, et une capacité marquée à changer brutalement de tempo, voire à glisser imperceptiblement vers le chant ou, à l'opposé, vers le spoken word. Côté paroles, c'était souvent obtus et cryptique. La rappeuse, aussi, était portée sur l'introspection plutôt que sur les rodomontades rap habituelles, et elle abordait des thèmes sérieux, comme quand elle traitait avec Noah23 et Troubadour des attentes de la société envers les femmes.

Mais l'intérêt de ce Clockforth Movement ne s'arrêtait pas aux compétences vocales et au talent d'écriture de Penny. Concoctées par les beatmakers du gouffre Wes Bonifay, Rajbot, ainsi que Manicdepressive et Ognihs des Suspended Animators, bâties pour une bonne part sur des samples de guitare acoustique, mâtinés à l'occasion d'effets ambient, les instrus sur lesquelles la Californienne posait son flow accéléré étaient toutes de petites vignettes rap (vraiment toutes petites : l'album ne durait même pas une demi-heure) inventives et complexes. Elles défiaient les conventions, mais elles étaient absolument craquantes.

Il fallait être un bien mauvais coucheur pour ne pas succomber aux réussites qu'étaient "Thisorder", "Parents" et "Air Drops", ou aux raps malicieux, touchants et parfois humoristiques (cette histoire de bénédiction divine par email accompagnée d'une dédicace de Saint Johnny Cash...) de la rappeuse. The Clockforth Movement n'était pas parfait, l'auditeur exigeant pouvait lui reprocher un court passage à vide dans son dernier tiers. Mais le titre conclusif, un "Penciled Cursive-Red" idéal, fort d'un sample du "Day is Done" de Nick Drake adroitement renforcé par des percussions, balayait ces quelques réserves et absolvait immédiatement Penny : ce premier album, qu'on se le dise, était irrésistible.

Vos 5 albums / mixtapes 2002

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2002. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet