Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

BIGG JUS - Black Mamba Serums v2.0

, 23:02 - Lien permanent

Une fois Company Flow séparé, El-P semble avoir capté toute l'attention qui était due au groupe phare du rap indé, au détriment de ses camarades. Peut-être parce qu'il était Blanc, et que les deux autres étaient Noirs, diront les mauvaises langues. En tout cas, il y eut une injustice dans cet intérêt disproportionné accordé au fondateur de Def Jux, alors que l'autre rappeur du trio, le meilleur selon beaucoup, Bigg Jus, lui aussi producteur et patron de label à ses heures, s'illustrait en solo par un rap tout aussi engagé, habité et porté sur l'expérimentation.

BIGG JUS - Black Mamba Serums v2.0

Big Dada :: 2004 :: acheter ce disque

Cette nature expérimentale était patente sur le deuxième Black Mamba Serums (un disque largement distribué en Europe grâce aux Anglais de Big Dada), jusque dans l'histoire de sa conception. Celui-ci, comme l'indiquait le "2.0" de son titre, était en effet la seconde mouture d'un album qu'il avait déjà livré 2 ans plus tôt sur un label japonais, et qui était lui-même une version retravaillée du EP Plantation Rhymes, que le rappeur avait sorti en 2001 sur sa propre structure, Sub Verse. A la manière d'un concepteur de logiciel, Bigg Jus inventait une œuvre en mouvement, en évolution, actualisation et perfection constante.

La démarche se voulait particulière et avant-gardiste, et le contenu l'était aussi. Comme El-P, Lune TNS (l'un des nombreux autres pseudos de Justin Ingleton) aimait cuisiner ses beats de manière complexe, difficile et fracturée. Que sa musique se pare d'une profondeur sobre et mélancolique, ou au contraire qu'elle se fasse bruitiste, elle était toujours mouvante et inconfortable, et faite d'associations improbables, comme celle d'un piano et de steel drums sur "The Fr8s". Et elle passait sans crier gare d'un mouvement à l'autre, sans troubler un rappeur dont le flow enlevé et hors-rythme semblait ne jamais être perturbé.

Comme El-P, encore, Bigg Jus optait pour une posture politique, dans la tradition de Public Enemy, sa cible privilégiée étant un certain George W. Bush. Comme son ancien compère, il soldait aussi ses traumatismes d'enfance, réglant son compte, non pas comme l'autre, avec son beau-père, mais avec sa grand-mère ("Dedication to Peo"). Enfin, ce qui lui restait de bile était réservé, dans la pure tradition indé, aux MCs de pacotille, à la figure desquels il crachait ce définitif : "it's plantation rhymes, 'cause most of you emcees rhyme like SLAVES!" ("ce sont des rimes de plantation, car pour la plupart vous rappez comme des esclaves").

Ecouté en entier, même dans sa version écourtée, cet album était éprouvant. Il se montrait aussi un peu bancal, mal assemblé. En somme il était la victime de ses ambitions. Mais quitte à poursuivre la comparaison, il n'en allait pas autrement des albums d'El-P, comme Fantastic Damage, qui bénéficiait au même moment de l'hystérie exagérée d'une critique qui cherchait à se faire pardonner d'avoir zappé Company Flow quelques années plus tôt, et qui aurait largement pu réserver le même accueil à ce Black Mamba Serums brouillon et très imparfait, mais riche, haletant et prodigue, dans chacune de ses incarnations successives.

Vos 5 albums / mixtapes 2004

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2004. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet