Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

TRAVI$ SCOTT - Owl Pharaoh

, 22:42 - Lien permanent

Depuis quelques mois, Travi$ Scott nous est présenté comme l'un des next big things du rap. Le magazine XXL l'a inclus dans sa fameuse liste des freshmen, millésime 2013. Il est le protégé, non pas d'un seul, mais de deux poids lourds du hip-hop, Kanye West, qui l'a signé en tant que producteur sur G.O.O.D Music, et T.I., qui l'a enrôlé sur Grand Hustle, en qualité de rappeur. Et sur une première mixtape, annoncée de longue date, repoussée, et finalement disponible depuis le printemps 2013, le natif de Houston ratisse large, très large, invitant aussi bien Toro y Moi et James Fauntleroy que Lex Luger, en plus d'une grosse poignée de rappeurs célèbres, T.I., 2 Chainz, Wale, Paul Wall et Meek Mill, entre autres.

TRAVI$ SCOTT - Owl Pharaoh

Grand Hustle Records :: 2013 :: télécharger la mixtape

Bref, c'est du lourd. Sur le papier, comme sur pièce.

Sur Owl Pharaoh, en effet, Travi$ Scott propose des morceaux qui cognent, des hymnes rugissants taillés pour les stades. Il y a "Upper Echelon" bien sûr, sa carte de visite, son morceau de bravoure, un hit certifié enregistré avec T.I. et 2 Chainz (lequel est curieusement coupé sur la mixtape). Dans un style approchant, tapageur et rutilant, avec explosions à l'appui et un autre invité célèbre, Wale cette fois, "Quintana" n'est pas mal non plus. Quant à "Dance On the Moon", avec Paul Wall, et "Bandz", avec Meek Mill, ils oscillent dangereusement entre l'efficace et l'impardonnable. A multiples reprises, on retrouve ces synthés étincelants et ces influences dancehall (patentes avec le refrain de Popcaan sur "Blocka La Flame") qui cherchent toujours, et parviennent parfois, à impressionner.

Mais Travi$ Scott ne fait pas que des tubes pompiers. Il donne aussi dans l'expérimental, comme avec l'ambient gothique de "Meadow Creek", les différents mouvements "Bad Moon/Shit on You", le bizarre "Chaz Interlude" avec Toro y Moi, la fin électronique inattendue, voire incongrue, d'"Uptown", les tambourins et chants étranges en introduction de "Hell of a Night", la voix trafiquée de "Naked".

Parmi ses parrains, c'est de Kanye que Travi$ Scott est stylistiquement le plus proche. On retrouve chez cet autre rappeur et producteur le même mélange contre-nature d'expérimentalisme, de flamboyance et de démagogie ; la même manière de brouiller les pistes, de sauter du coq à l'âne, de manger à tous les râteliers ; de prendre l'auditeur à contre-pied, de l'amener dans les directions les plus inattendues, de tenter des choses, quitte à souvent les rater ; de livrer des bangers dont on ne sait jamais s'ils sont géniaux ou du plus mauvais goût.

Il faudra sans doute d'autres albums que celui-ci pour déterminer si Travi$ Scott est plus qu'un clone, qu'une ombre ou qu'un pétard mouillé, s'il est vraiment l'espoir que d'autres ont vanté et annoncé. Mais pour l'instant une chose est sûre : aussi bancale soit cette mixtape, il y a quelques tubes sur Owl Pharaoh.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet