Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

THURZ - L.A. Riot

, 23:24 - Lien permanent

Contrairement à ce que le laisse entendre un vieux cliché, selon lequel le hip-hop serait la voix du ghetto, le rap politique n'a jamais été dominant. Et aujourd'hui encore moins qu'hier, à l'heure du triomphe public, voire critique, de l'ignorant rap le plus extrême. Régulièrement, pourtant, de nouveaux rappeurs engagés émergent, perpétuant la tradition des Public Enemy, Paris, Dead Prez et consorts. Tout récemment, en 2011, Thurzday (ou plus simplement Thurz) s'est distingué comme l'un d'eux, avec une première sortie solo au titre clair : L.A. Riot.

THURZ - L.A. Riot

Autoproduit :: 2011 :: acheter ce disque

Avant cette aventure, celui dont le vrai nom est Yannick Koffi s'était distingué au sein de U-N-I, avec son comparse Y-O. Le duo d'Inglewood, un quartier de Los Angeles, donnait alors dans un rap coloré et léger, dédiant un single, "Fat Girl", à leur passion pour les filles rondes, faisant d'un autre, "Beautiful Day", un pur produit de rap doux et ensoleillé. Oui, mais tout ça, c'était avant. Sur le titre "Prayer", Thurz confirme clairement qu'U-N-I est bel et bien dissous, et à présent, il se consacre à un rap noir, sérieux, incendiaire, rempli de paroles abrasives soutenues par des guitares enragées, dans un style proche de ce que livraient le Ice-T hardcore et Rage Against the Machine dans les années 90.

Les années 90, Thurz y revient par la forme, mais aussi par le fond. C'est vers elles que nous ramènent ses textes, cet album-concept célébrant le vingtième anniversaire de l'agression du Noir Rodney King par des policiers, un événement dont l'impunité avait déclenché les émeutes urbaines de 1992, à Los Angeles, à l'époque même où le gangsta rap californien battait son plein. Le rappeur n'était encore qu'un enfant, mais le souvenir l'a marqué, manifestement.

Ainsi signe-t-il un titre intitulé "Rodney King" qui raconte dans le détail le passage à tabac de l'homme en question. Ailleurs, sur "Los Angeles", il en mentionne les conséquences, les émeutes de l'année suivante, accompagnant certains titres des témoignages de gens ayant vécu cette période troublée. Sur "Two Clips", il nous parle des deux gangs locaux, les Bloods et les Crips, un grand classique de l'imaginaire rap de l'époque. L.A. Riot compte aussi une plage nommée "Nigga", qui s'interroge sur le sens et l'usage du mot "nègre", une autre, "The Killers", où il nous dépeint le ghetto, et puis une autre encore, "Riot", très réussie, où il décrit l'apocalypse d'une insurrection urbaine, avec Black Thought des Roots. Enfin, tout comme N.W.A. bien longtemps avant lui, il dit clairement "Fuck the Police".

La colère seule ne faisant pas tout, Thurz a aussi soigné ses beats. Grâce à plusieurs producteurs dont Ro Blvd, le vieux compagnon d'U-N-I, et DJ Khalil, pour citer le plus connu, il donne à ses titres une tonalité organique. Il y a bien sûr les guitares susmentionnées, sur "Molotov Cocktail", "Fuck the Police" et "Niggas", soutenues ou non par des batteries survoltés. Mais le rappeur recourt aussi à des sons plus sons suaves sur "Hell’s Angel" et "Big Ball", à un orgue emphatique sur "Riot", à des nappes sur "Manifest Outro", à des chœurs gospel inspirés sur "Prayer", à de l'électronique sur "Dope", à un piano gambadeur sur "Colors", puis sur "The Killers", un titre sublimé par la voix joliment pop de la chanteuse Jazzy. Tout cela apporte une richesse stylistique et musicale à L.A. Riot, et en fait bien autre chose qu'une simple resucée des routines habituelles du rap engagé.

Vos 5 albums / mixtapes 2011

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2011. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet