Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

THE UNDERACHIEVERS - Indigoism

, 22:50 - Lien permanent

Issus de Brooklyn, les deux Underachievers sont présentés comme des affiliés au mouvement "Beast Coast", dont A$AP Rocky et son A$AP Mob sont des proches, et dont le membre le plus éminent est le jeune rappeur Joey BadaSS. C'est cependant quelqu'un situé à l'autre extrémité des Etats-Unis, Flying Lotus, qui a récemment pointé les projecteurs vers eux, en les signant sur Brainfeeder.

THE UNDERACHIEVERS - Indigoism

Brainfeeder :: 2013 :: télécharger la mixtape

Vu de loin, comme ça, ça ne s'annonce pas forcément très bien. A$AP Rocky, Joey BadaSS, Flying Lotus… Cela fait beaucoup d'artistes notoires, mais qui ont tous en commun d'être surcotés, de faire l'objet d'une bulle critique. L'engouement autour des Underachievers, toutefois, n'a rien d'un soufflé : Indigoism, l'une des mixtapes les plus remarquées en ce début 2013, est pour de bon excellente.

Nous sommes pourtant proches du revivalisme studieux de la récente mixtape de Joey BadaSS, 1999. Indigoism, en effet, évoque lui aussi la fin des années 90, quand le rap new-yorkais retournait dans l'underground, qu'il valorisait à l'extrême l'élasticité des raps et qu'il jouait avec des sons bizarres. Comme à l'époque, Issa Dash et Ak, les deux rappeurs, secondés par plusieurs beatmakers (Mr. Bristol et les Entreproducers, notamment), privilégient un rap fait tout entier de flows techniques et d'habiles rimes internes, avec en sus une pincée de commentaire social ("Root of All Evil"). Et à cela, ils ajoutent un brin d'ésotérisme ("6th Sense"), comme pouvaient le faire autrefois Scienz of Life ou les Lost Children of Babylon.

Comme chez l'essentiel de leurs contemporains, les drogues occupent une part essentielle du propos, chez les Underachievers. Mais plutôt que de se livrer à une apologie de la défonce, c'est à l'ancienne qu'ils traitent des stupéfiants sur "Revelations", "Maxing Out", "Herb Shuttles" ou "Potion Number 25", comme de clés qui ouvrent les portes de la perception. L'influence des narcotiques se ressent aussi dans leur musique, qu'elle se montre atmosphérique ("Herb Shuttles", "T.A.D.E.D.", l'orgue vaporeux de "Revelations"), psychédélique ("New New York"), possédée ("Play Your Part") ou sombre et abyssale ("So Devilish").

Toutes ces formules ont eu des précédents. Et pourtant, les Underachievers et leurs producteurs se distinguent du tout-venant, avec un sens mélodique prononcé, par exemple, manifeste sur les titres "Maxing Out", "6th Sense", "Gold Soul Theory", sur le très beau "My Prism", et sur ce "The Mahdi" dont le beat n'est pas sans rappeler le "93 'till Infinity" des Souls of Mischief. C'est cela aussi qui les démarque de leurs collègues et protecteurs, et qui permet au duo d'assumer son héritage classic rap new-yorkais, tout en sonnant parfaitement d'actualité.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet