Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

MACKLEMORE & RYAN LEWIS - The Heist

, 17:32 - Lien permanent

Le plus souvent, il est agréable de voir un artiste dont on avait parlé assez tôt rencontrer le succès. D'autres fois, au contraire, ça peut devenir gênant. C'est le cas avec Macklemore, dont le dernier album, The Heist, a cartonné en 2012. C'est d'autant plus embarrassant que les caractéristiques qui posent aujourd'hui problème avec le rappeur sont, finalement, à peu près les mêmes que celles qui nous avaient conduits à dire du bien de son VS EP.

MACKLEMORE & RYAN LEWIS - The Heist

Macklemore LLC :: 2012 :: macklemore.com :: acheter ce disque

Cette sortie distribuée gratuitement en 2009 reposait sur deux piliers : les sons rock concoctées par Ryan Lewis, et le rap à fleur de peau d'un Macklemore à peine guéri d'une sérieuse toxicomanie. Or, ce sont précisément les mêmes caractéristiques qui animent "The Heist", un album conçu au terme d'un travail acharné, comme le confesse le rappeur de Seattle sur "Ten Thousand Hours", et qui, de manière remarquable pour un indé, s'est offert le luxe de s'écouler en dizaines de milliers d'exemplaires, rencontrant un succès que le renfort du collectif le plus en vue de l'année, Black Hippy (ScHoolboy Q est convié sur "White Walls" et Ab-Soul sur "Jimmy Iovine"), ne suffit pas à expliquer.

Comme sur l'EP, la musique est riche. Elle est peaufinée, et lorgne vers d'autres genres, comme avec le détonnant mélange de banjo country et de chants de hooligans de "Cowboy Boots". Elle est mélodique et généreuse en violon, en guitare ou en piano, comme sur l'instrumental "BomBom". Elle est remplie de chœurs et de chants, par exemple ceux de Brend Bridwell, de Band of Horses, sur "Starting Over", ou ceux d'enfants sur "Wings".

Comme sur Vs. EP, encore, le ton y est personnel. Quelques titres savent faire preuve de fantaisie ("Thrift Shop", "White Walls"), mais dans l'ensemble, c'est du lourd qui prévaut, le rappeur parlant de ses chagrins d'amour ("Thin Line"), de religion, de ses addictions ("Neon Cathedral", "Starting Over"), ou jouant la carte de l'engagement progressiste ("A Wake"), en prenant le parti du mariage gay ("Same Love") et en se défiant de l'argent ("Make the Money"), du consumérisme ("Wings") et de l'industrie du disque ("Jimmy Iovine").

Pourtant, cette fois, c'est trop. Au mieux, ça tient en équilibre dangereux entre l'excellent et l'insupportable ("Make the Money", "Wings"). Au pire, c'est juste intolérable. Avec sa posture de grand frère qui a vécu, avec son hip-hop adolescent d'écorché vif, avec son pathos exacerbé, Macklemore tombe trop souvent du mauvais côté du style emo. The Heist, en fait, pourrait être au rap indé intimiste ce que Muse ou Coldplay avaient été pour l'indie rock : à la fois son aboutissement et sa négation ; sa fin, tout autant que sa consécration.

Vos 5 albums / mixtapes 2012

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2012. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet