Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

JAY-Z & KANYE WEST - Watch the Throne

, 22:47 - Lien permanent

Voir Jay-Z, et plus tard son compère Kanye West, s'imposer tout au long des années 2000 comme les monarques absolus du hip-hop, avait quelque chose d'anachronique. Quelles qu'aient été les velléités d'expérimentation du second, les deux hommes, adeptes du bling bling et amoureux du beau sample, demeuraient des héritiers du classic rap des années 90. Au fond, seule la relative mauvaise passe traversée par le rap au début du deuxième millénaire expliquait et légitimait leur suprématie. Mais en 2011, alors qu'on parle d'une renaissance du genre et que l'underground grouille de nouveaux talents, les deux rappeurs ont-ils encore de bonnes raisons d'occuper leur trône ?

JAY-Z & KANYE WEST - Watch the Throne

Roc-A-Fella / Def Jam :: 2011 :: acheter ce disque

Eux, en tout cas, n'en doutent pas. Sur ce premier album sorti en commun sous leurs deux noms, il n'est question, en effet, quasiment, que de célébrer leur réussite. Jamais personne n'a étalé avec autant d'insolence sa richesse et son succès que Jay-Z et Kanye West sur ce disque qu'ils ont enregistré dans de nombreux palaces à travers le monde, dont la pochette dorée et scintillante est l'œuvre de Riccardo Tisci, directeur artistique chez Givenchy, et qui compte un nombre impossible de collaborateurs, parmi lesquels une foultitude de producteurs (de Swizz Beatz à 88 Keys, en passant par No I.D., les Neptunes et RZA), La Roux, Justin Vernon de Bon Iver, un Frank Ocean alors en plein processus de starification, et bien sûr Mme Jay-Z elle-même, Beyoncé Knowles.

Même si les thèmes sont déclinés de manières distinctes par les deux hommes, Jay-Z se posant en survivant du ghetto au phrasé sûr, et Kanye se montrant plus fragile et mignard, tout n'est qu'autocélébration, autosatisfaction et luxe insensé sur Watch the Throne. N'écoutez pas, cependant, ceux qui leur en voudraient pour cela. Les deux rappeurs nous emmènent au bout du bout de l'égo-trip matérialiste et capitaliste, certes, mais ils le font bien.

C'est d'ailleurs quand ils sortent de ce registre qu'ils sont les plus irritants, quand ils donnent dans le rap social, traitant de la violence intra-communautaire chez les Afro-Américains ("Murder to Excellence"), quand ils se confessent à des fils auxquels ils n'ont pas encore donné naissance ("New Day") ou qu'ils exposent leurs démons intérieurs ("Welcome to the Jungle"). C'est quand ils nous sortent tous les poncifs de circonstance, comme l'hommage aux grandes figures de la lutte pour les Droits Civiques (le petit Jésus en plus) chanté par Frank Ocean sur "Made in America", ou quand il samplent les trois figures les plus révérées de la great black music, James Brown, Otis Redding et Nina Simone, que le duo devient exaspérant. Tout ça, au fond, est aussi surfait que les vocalises de Beyoncé sur "Lift Off" ("nous irons jusqu'à la lune, jusqu'aux étouaaaaales", ou un truc comme ça, la diva R&B déclame-t-elle à tue-tête).

Le délire nouveau riche peut heurter ou laisser indifférent. C'est pourtant quand Jay-Z et Kanye West partent dans cette voie que Watch the Throne est le plus éclatant. Et c'est normal, parce que cette expérience de m'as-tu-vu, c'est du sincère, c'est du vécu, ça n'est pas du chiqué. Ces deux millionaires du rap n'allaient tout de même pas pleurnicher, comme on le faisait dans les années 90, sur une vie de petits dealers de misère dans les rues glacées de New-York.

Et puis il y a l'autre composante du disque, la plus intéressante : les beats. En dépit de leur variété et de leurs multiples concepteurs, ils portent la marque du Kanye West de My Beautiful Dark Twisted Fantasy, celui qui défie la vieille bouche habituelle, celui qui tente des audaces prog rap et n'a pas peur de sonner rock. Beaucoup ont reproché à ce dernier ses expérimentations tièdes. Mais c'est précisément pour cela, parce qu'elles sont tièdes, qu'elles valent le détour.

Car cette musique, celle qui cherche à concilier renouvellement musical et efficacité commerciale, a toujours été la meilleure. Ceci est une vérité absolue, démontrée depuis les Beatles au moins. Kanye et les autres beatmakers le confirment avec un "No Church in the Wild" vrombissant, en tout point parfait (si ce n'était l'auto-tune inutile du milieu) ; avec un "Made In America" lacrymal à souhait, mais qui partage avec le titre précédemment cité l'intervention décisive d'un Frank Ocean habité ; avec encore un "That's My Bitch" funky et accrocheur en diable. Aussi, il n'y avait sans doute que Kanye West et le RZA pour oser auto-tuner Nina Simone sur "New Day", et s'en tirer avec quelque chose de bon. Et que dire du "Why I Love You" final, flamboyant et redoutable avec son sample de Cassius, et où Jay-Z règle quelques comptes avec ceux qui l'ont trahi ?

Que dire encore, sinon que tous ces titres sont absolument sexys ? Et qu'ils en excusent d'autres plus grossiers, comme cet insupportable "Lift Off" desservi par des trompettes synthétiques et par les beuglements de Beyoncé, comme ce "Niggas in Paris" au beat aussi lassant qu'il est sautillant, comme encore cet "Otis" dont le sample, issu de "Try a Little Tenderness", est à peu près la seule bonne idée ? Ils confirment que les deux rappeurs, à l'aube d'une nouvelle décennie pour le hip-hop, sont plus que jamais présents, pertinents, d'actualité. Des roitelets ambitieux ont beau s'agiter, sans cesse plus nombreux, dans le vaste royaume du rap. Nullement inquiets, Jay-Z et Kanye West confirment qu'ils sont toujours fermement installés, tout là-haut, sur le trône qu'ils partagent.

Vos 5 albums / mixtapes 2011

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2011. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet