Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

FUTURE - Pluto

, 23:18 - Lien permanent

Où est donc passé le futur ? Qu'en est-il de cette pop music qui, autrefois, savait être aussi innovante que populaire ? Telle est la question que se posait Simon Reynolds dans son Retromania, traduit et publié en France en 2012. Cherchant encore l'avenir de la musique dans le rock ou dans les sons post-rave, l'auteur, en vérité, n'a pas cherché au bon endroit : en direction du rap. Le futur de la pop music, en fait, il était là, sous son nez. En cette même année, il prenait même la forme d'un individu qui avait poussé le vice jusqu'à prendre son nom : Future.

FUTURE - Pluto

Epic :: 2012 :: acheter ce disque

Le rappeur, il faut dire, à été élevé à la bonne école. Issu d'Atlanta, il est apparenté à Organized Noize, au sens propre du terme, étant le cousin de Rico Wade. Et c'est au sein de la Dungeon Family que Nayvadius Cash a acquis son pseudonyme, étant considéré par le collectif comme le futur du rap. C'est d'abord en collaborant avec Gucci Mane, sur la mixtape Free Bricks, qu'il a fait parler de lui, en 2010. Mais c'est l'année d'après que tout s'est accéléré, avec les mixtapes remarquées Streetz Calling et True Story, et le succès de l'excellent single "Tony Montana". C'est ainsi que Future a fini par se retrouver chez Epic, et par sortir son premier album, Pluto, considéré de manière générale, en fin d'année, comme l'un des meilleurs sortis en 2012 en matière de hip-hop.

Alors, à quoi ressemble-t-il donc ce futur du rap ? La singularité du rappeur, en premier lieu, c'est sa voix. Une voix chaude mais cassée, éraillée, au bord de la rupture, comme s'il avait trop crié, ou pleuré. Ensuite, c'est la façon dont il l'utilise, si mélodique qu'il devient parfois impossible de distinguer le rap du chant, les deux se mêlant de manière inextricable. A cela, s'ajoute l'utilisation de l'auto-tune, la machine la plus casse-bonbon de ces dernières années, que l'on pensait en voie de ringardisation prononcée, mais dont le rappeur réinvente et régénère l'usage, l'employant à souligner sa fragilité. Cette fragilité, cette sensibilité, cette vulnérabilité, c'est l'autre attribut de Future, à son paroxysme sur des titres comme "Truth Gonna Hurt You" et "Neva End". Notre homme s'expose, dans un registre pas si éloigné d'un Drake, qui collabore d'ailleurs à Pluto, mais avec un côté plus sale, plus écorché. Plus street. Plus thug.

Pluto est l'album grand public de Future, et certains regretteront ce son plus propret que sur mixtape, qui domine la première partie. Pour marquer son entrée dans la cour des grands, aussi, le rappeur a arraché certains de ses invités au passé, plutôt qu'au futur, à l'image de R. Kelly. Pourtant, ce disque, Future l'a réussi. En recyclant ses hymnes avec des sons plus puissants, comme le brûlot "Same Damn Time", et comme "Tony Montana", toujours increvable, avec ou sans le renfort de Drake. Puis en y ajoutant quelques autres aussi réussis, comme cet "I’m Trippin" produit et renforcé par Juicy J, la jolie ballade "Neva End", cet "Homicide" accompagné d'un Snoop Dogg en forme, et surtout "Turn on the Lights", la perle de l'album. Et même les titres plus doucereux, comme "Parachute", sortent gagnants et grandis d'écoutes répétées.

Comme tout l'album, d'ailleurs. Comme tout ce Pluto qui, et pas seulement pour son imagerie intersidérale, donne raison au titre de la plage d'introduction et aux propos du poète rap vétéran Big Rube : le Future, c'est maintenant.

Vos 5 albums / mixtapes 2012

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2012. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet