Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

ELDORADO RED - White Power

, 23:33 - Lien permanent

Au cœur de la nouvelle vague du trap rap à Atlanta, il y a bien sûr le collectif Duct Tape. Et en son sein, parmi d'autres, se trouve Eldorado Red. Ce dernier, cependant, n'est pas tout à fait un nouveau venu. Avant de se lier à Alley Boy autour de 2010, puis de rejoindre sa bande, il a trainé un temps sur la Baie de San Francisco, et fréquenté The Federation et leur producteur, Rick Rock, qu'il avait connu en Alabama, l'un des deux endroits où il a passé sa jeunesse, avec Harlem. Par ailleurs, récemment, le rappeur a rejoint le label CMG de Yo Gotti.

ELDORADO RED - White Power

Duct Tape Entertainment :: 2013 :: télécharger la mixtape

Celui qui se fait aussi appeler le "Jeffe", ou tout simplement Rado, a donc roulé sa bosse, et il n'est pas un pur produit d'Atlanta, ni même du Sud. Sa dernière mixtape, cependant, ne dépareille pas une seconde parmi celles de ses amis. L'homme, qui a emprunté son pseudo au titre d'un roman de Donald Goines, influence habituelle pour tout rappeur d'obédience gangsta, donne en effet sans ambages, sans morale et sans restriction dans des histoires de drogue, de cartels et de trafics. C'est d'ailleurs à cela que se rapporte le titre, White Power : pas "le pouvoir aux Blancs", non ; mais plutôt "le pouvoir à la blanche".

Les stupéfiants, la délinquance, l'argent, la dureté et la violence du ghetto, la guerre de tous contre tous, les bitches : il n'est question que de cela, du registre habituel, même sur l'introspectif titre d'introduction avec Yo Gotti, "How Could I Forget", assez splendide avec ses cordes et ses chants féminins éplorés. Avec ces thèmes, avec aussi ces synthés théâtraux, ça marche sur les pas du dieu local du trap game, un Gucci Mane dont Eldorado Red va jusqu'à reprendre le ton, le phrasé trainard, les rimes simples en forme de comptine sur "I Love".

Mais souvent, c'est très bien, voire bluffant, en particulier les tout premiers titres de la tape : les deux mentionnés plus haut, mais aussi cet atmosphérique "Loyalty" où le rappeur, Alley Boy et Bambino Gold s'essaient au cloud rap, l'apocalyptique "Concrete Jungle" et ce "Tractor Trailer" où Rado joue d'un rappé / chanté sur auto-tune à la Future. Passé ce début parfait, on revient à du trap rap débité au mètre, à de la came plus ordinaire, malgré quelques tentatives de banger comme "Smack Money", "Warfare" et "Young Nigga".

Sur la longueur, White Power n'atteint donc pas la qualité des meilleures sorties de Trouble et d'Alley Boy, les plus éminents représentants du collectif d'Atlanta. Reste qu'une partie significative de son contenu vaut amplement son pesant de poudre blanche. Recommandé, vous jetterez par vous même les doses en trop.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le lundi 10 juin 2013, 10:47 par codotusylv

Que dire... Que le timing était bon, pour la publication de cette chronique : http://www.hotnewhiphop.com/rapper-...

2. Le lundi 10 juin 2013, 16:02 par Bigos

Le romancier DONALD Goines ?

3. Le lundi 10 juin 2013, 17:20 par codotusylv

@Bigos : Donald, oui. Merci d'avoir repéré l'erreur.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet