Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

ELIGH & AMP LIVE - Therapy at 3

, 23:10 - Lien permanent

Si les Living Legends n'ont pas toujours été irréprochables, la carrière solo de leur rappeur et producteur Eligh, elle, a longtemps suivi une trajectoire exemplaire. L'entamant à la fin des années 90 par des albums remarqués dans l'underground (As They Pass, Gas Dream), le rappeur avait livré ensuite quelques perles, comme Poltergeist, et surtout l'original Enigma. Cependant, après ce sommet, plus grand-chose à se mettre sous la dent. Car notre homme, on l'apprendra en 2010 avec l'album Grey Crow, avait subi alors le contrecoup d'une sale addiction à la drogue.

ELIGH & AMP LIVE - Therapy at 3

Legendary Music :: 2011 :: acheter ce disque

Désormais, les belles années d'Eligh sont derrière lui. Malgré des critiques plutôt favorables, Grey Crow n'était pas au niveau des disques précédents, pas plus qu'On Sacred Ground, un album décevant sorti en 2009 par le rappeur avec sa mère, Jo Wilkinson, une chanteuse folk des années 60 et de l'entourage de Pete Seeger. On attendait donc peu de ce nouvel album, Therapy At 3, conçu à l'origine comme un projet annexe, produit par un beatmaker moins talentueux que lui, Amp Live de Zion I, et dont le titre laissait penser qu'Eligh s'épancherait sur ses déboires avec la dope. Pourtant, cette livraison a été une très bonne surprise.

Depuis les expériences drum 'n' bass tentées par Zion I autour de l'an 2000, on sait qu'Amp Live a une oreille rivée sur les sonorités de l'Angleterre post-rave. C'est confirmé cette fois encore, une décennie après, avec une musique très électronique, et qui, dès un solide "First Contact", sied parfaitement au flow rapide d'Eligh. On y retrouve aussi cette atmosphère ouatée, cette musique toute en respirations, qui a tant réussi à Enigma, avec en sus quelques touches organiques (les pianos de "Guides" et "Stop Running"), et des passages rock convaincants (les refrains indie pop de "Ms. Meteor" avec Steve Knight de Flipsyde, de "Ego Killer" avec Inspired Flight, et de "Beautiful Addiction" avec Blake Hazard).

Sur cette musique, Eligh cultive un rap à l'envers : il est introspectif. Il philosophe, il se fait existentialiste ("Guides"), il poursuit sa lutte contre ses démons (le traumatisant "Stethoscope" avec Basik, le splendide "Stop Running"). Et sur deux titres placés en miroir, il revient sur ses addictions, la mauvaise sur le rude "Devil's Medicine", et la seule qui vaille, les femmes, sur le plus riant "Beautiful Addiction". Enfin, il nous propose des remèdes à ses maux, l'art et la musique, notamment ("Metronome") et… ces tatouages dont il est friand ("Tattoo Song").

Afin que ce ton contemplatif n'endorme pas l'auditeur, Eligh et Amp Live invitent des amis sur des titres plus pêchus : The Grouch et Zumbi, deux compères issus de leurs groupes respectifs, sur le single "Destination Unknown", Grieves du label Rhymesayers sur "Beautiful Addiction", et Busdriver sur un "L.A. Dreamers" très moyen. Soient, pour l'essentiel, des acteurs clés d'un West Coast Underground auquel le revenant Eligh aura peut-être offert, en 2011, son meilleur disque.

Vos 5 albums / mixtapes 2011

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2011. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet