Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

BIGG JUS - Machines That Make Civilization Fun

, 22:39 - Lien permanent

Depuis la dissolution de Company Flow, les carrières d'El-P et de Bigg Jus ont suivi des chemins parallèles. Les deux se sont lancés en solo, cumulant les casquettes de producteur et de rappeur. Chacun a fondé un label important de la scène rap indé, Definitive Jux pour l'un, Sub Verse pour l'autre, avant de mettre tous deux la clé sous la porte. Et, après avoir semblé disparaître des écrans radar, ils font un retour remarqué en 2012, avec des albums au lourd contenu politique, où ils s'attellent à donner raison à leur réputation d'expérimentateurs et d'audacieux.

BIGG JUS - Machines That Make Civilization Fun

Mush / Laitdbac :: 2012 :: acheter cet album

La comparaison, cependant, s'arrête là. Car si El-P est demeuré, jusqu'à nos jours, un chouchou des médias spécialisés, s'il a constamment bénéficié des égards de la critique, à chaque sortie, solo ou pas, jusqu'aux récents Cancer for Cure et R.A.P. Music, Bigg Jus, pour l'essentiel, est resté confiné dans l'ombre. C'est injuste, car Sub Verse valait bien Def Jux, et les albums de son patron se sont montrés souvent plus captivants que ceux, pompeux et boursouflés, de son ancien collègue. C'est injuste, donc, c'est inique, mais c'est compréhensible.

Car la démarche de Bigg Jus, on le constate encore avec ce Machines That Make Civilization Fun, est plus radicale que celle d'El-P. Si l'artillerie lourde déployée par Jaime Meline a ses accroches et ses mélodies, les beats proposés par l'autre sont quant à eux sans rémission et sans compromission. Ce Justin là ne s'adresse pas aux jeunes filles en fleur, avec son fatras de bruits et d'agressions sonores ("Kush Star Catalog"), ses morceaux découpés au chalumeau, ses compositions branlantes, ses beats effroyablement gothiques ("Game Boy Predator"), et ses rythmes martiaux et débridés ("Polymathmatics"), à peine modérés, au beau milieu du disque, par un instrumental downtempo ("Hard Times for New Lovers").

Cet album est plein de titres abscons. "Respective of F1 Dub", par exemple, est ce qu'annonce son titre : un instrumental lorgnant vers le dub, avec des bruits de Formule 1. Et même quand, avec leurs nappes vaporeuses, "Empire is a Bitch" et "Machines That Make Civilization Fun" nous amènent sur les terres désormais familières du cloud rap, c'est cultivé à la sauce Bigg Jus, avec d'étranges percussions fragmentées. De fait, au beau milieu de ce pandémonium, seuls "Black Roses", "Advanced Lightbody Activation" et "Food for Thought", se présentent, avec leurs bonnes vieilles boucles, comme des titres à peu près approchables.

Et question raps, ce n'est guère plus avenant. Sur ce disque, Bigg Jus s'engage dans une litanie de propos décousus. On l'entend, par bribes, se livrer à des accès de colère contre l'industrie, contre les politiques, contre le gouvernement israélien ("Samson Op-Ed"). Il donne aussi (ça va avec) dans des thèses conspirationistes. Et le tout est servi avec un vocabulaire compliqué. Quant au phrasé, il se montre tout aussi imprévisible et obtus. Notre homme, en effet, change de registre en cours de disque, rappant dans l'urgence, puis prenant tout à coup la voix abyssale d'un démon, ou gémissant sur un ton éploré à la limite du grotesque.

Bigg Jus et El-P, en fait, sont tombés dans le même travers. A s'entendre qualifiés d'avant-gardistes, ils ont cru pour de bon qu'ils étaient des expérimentateurs, des savants fous, oubliant que Funcrusher Plus, sous ses atours ardus et austères, avait une sobriété qu'aucune de leurs sorties futures n'aura su préserver.

Il y a des différences notables entre les deux rappeurs, toutefois, comme le montrent leurs deux albums solo récents. La première, et elle est capitale, c'est que Justin Ingleton est meilleur rappeur que Jaime Meline. La seconde, c'est que si l'un flirte avec un prog rock emphatique, ce sont d'autres sortes d'influences que l'on entend chez l'autre, comme le dub ("Redemption Sound Dub", "Respective of F1 Dub") ; ce sont des expériences plus spontanées, plus instinctives ; c'est une approche – osons remarquer ici que les deux hommes n'ont pas la même couleur de peau – plus black. A cause de cette différence peut-être, cet album convainc à la longue. On se surprend à l'aimer, alors qu'en face, les artifices d'El-P ont cessé de nous duper depuis fort longtemps. Pour cela, et sans snobisme, c'est Bigg Jus qui doit être déclaré vainqueur du grand match 2012 des anciens Company Flow.

Vos 5 albums / mixtapes 2012

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2012. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le jeudi 20 novembre 2014, 01:16 par tobi

N'importe quoi cet article Mr. le juge. El-p l'emporte haut la main et on en a la preuve encore aujourdhui avec Killer Mike et Run the Jewels. Si Bigg Jus vit dans l'ombre depuis toute ces années c'est pas par hazard. Ces disques sont plus décevants les uns que les autres. Il casse la tête et se perd totalement dans son monde. L'expérimentation perso j'adore mais il faut que ça reste un minimum audible sinon c'est raté. Les productions de Bigg Jus sont mauvaises voila la réalité. Oui Company Flow s'est séparé il y en a qu'un qui produit encore avec efficacité et élève son propre niveau, pendant que l'autre tourne et retourne en rond. Et puis pour qui tu prends tu à désigner un vainqueur Mr le juge. Pfff vraiment je rigole devant tant de bêtises. Désolé mais faut arrêter de dire n'importe quoi et de croire qu'on porte la bonne parole derrière son petit blog. Les ventes et les supports sur lesquels sortent ces deux artistes parlent d'elles mêmes. Et je suis ok pour parier cher qu El-p n a besoin de personne pour percer alors que Bigg Jus peut attendre encore longtemps.

2. Le jeudi 20 novembre 2014, 08:46 par codotusylv

Bon, tout d'abord, merci de contenir son agressivité, on peut commenter cet article calmement. Si Fake For Real n'est qu'un "petit blog", et que les ventes et tout le reste militent en la faveur d'El-P, à quoi bon s'affoler et sur-réagir ?

Sur le fond du sujet, au bout du compte, on en reviendra toujours à la question de goûts et des couleurs. Je voudrais juste questionner la valeur des productions solo d'El-P. Le premier album qu'il a entièrement produit pour Killer Mike, ''R.A.P. Music'', était très bien, il me semble même l'avoir mis dans le top 2012. Très clairement, El-P bénéficie de son association avec Killer Mike, qui est un rappeur incommensurablement meilleur que lui. Mais les deux ''Run the Jewels'', sont-ils vraiment si bons que ça ? Mon avis - oui, désolé d'avoir un avis et de me poser en "juge", mais c'est un peu le principe de la critique musicale, non ? – c'est qu'il y quelques vraies tueries sur les deux albums, mais aussi pas mal de gloubi-boulga. Le second volume est sensiblement mieux que le premier, ceci-dit.

La cote critique d'El-P, en tout cas le El-P solo, est surfaite. Je pense qu'il y a beaucoup de copinage, de réseautage et de panurgisme, dans celle-ci. Tout ça compte aussi dans l'exposition et les ventes d'un artiste, la qualité de ses productions n'est malheureusement pas toujours suffisante, loin, très loin de là.

3. Le dimanche 30 novembre 2014, 05:55 par tobi

Réagir il le faut lorsque l'on lit ce genre de choses. Oui il le faut vraiment !

Sans vouloir être agressif je te trouve d'une mauvaise fois absolue.

Company Flow, Fantastic Damage, Cannibal OX, Cancer 4 Cure, RAP Music, Les deux Run The Jewels sont considérés presque tous comme des traumatismes profonds pour de nombreuses personnes. Je ne parle même pas de toutes les bombes qu'il a produit àdroite et à gauche.

Alors parlons des productions de Bigg Juss, elles sont ou ?! Aller on va lui accorder du Company Flow même si je pense qu'El-p y a fortement contribué avec Len.
Sinon ses solos 3-4 prods sur chaque albums intéressantes le reste on peut vite zapper honnêtement. N'oublions pas NMS le premier est juste énorme... le deuxième bien décevant... Et ? Et bin plus rien, ça y est plus rien dans sa discographie le mec est en plein naufrage depuis des années. Et c'est triste car j'aime Bigg Juss. Son flow et ce que je peux comprendre des textes.

Je vais pas me lancer dans l'analyse des flows car tu as déjà sous entendu que El-p était un mauvais rappeur donc que dire... Les goûts et les couleurs oui ça doit être cela...

Moi je ne permettrai pas de dire que Bigg Juss est mauvais mais faut pas pousser mémé dans les orties tout de même. El-p mauvais rappeur honnêtement ? Réecoute donc toute sa discographie, juste un petit conseil.
Sa carrière ne repose pas complètement sur ses prods et ses copinages hahaha, il n'en serait jamais arrivé là ou il en est mais passons. Les goûts et les couleurs.

Le problème de Bigg Juss est simplement ses productions, quant à El-p je pense qu'il ne rencontre pas le moindre soucis depuis un moment ou peut-être d'avoir fermé les portes d'un label d'anthologie construit de ses propres mains mais il a plutôt l'air de s'en remettre bien non ?!

Ah oui et le côté "gloubi-boulga" Je dirais juste que cela démontre à quel point El-p à tout compris et botte les fesses de n'importe quel producteur actuel. Il a fait la synthèses du son underground avec le son plus gloubi-boulga ou appelles ça comme tu veux d'aujourdhui. Ca démontre juste une chose: l'intelligence du personnage. On peut dire qu'il maîtrise le registre de l'underground et de l'experimental depuis un long moment non ?! Donc il fallait bien qu'il surprenne et vienne séduire un public encore plus large...

C'est encore réussi avec Run The Jewels comme toutes ces autres collaborations...

Bref pour moi EL-P a encore et toujours un coup d'avance... Tu t'en rendras peut-être compte un jour, il est jamais trop tard !

4. Le dimanche 30 novembre 2014, 10:16 par codotusylv

Manifestement, tu ne suis pas ce blog depuis très longtemps :)

Juste pour remettre en perspective : Funcrusher Plus est un classique absolu, et Little Johnny (sans Bigg Jus, donc) était très bien aussi. Le Cannibal Ox est un grand disque aussi, malgré quelques coups de mou. Les solos d'El-P ont leurs moments ("Stepfather Factory", par exemple), mais ils sont surchargés, ils jouent trop de l'effet, de la pyrotechnie et du trop-plein. De glougbi-boulga, donc. Même chose pour les Run the Jewels, même si R.A.P. Music, je le répète, était très bien.

El-P est intelligent, il n'y a aucun doute là-dessous. Et il n'y aucune raison de dénigrer quelqu'un qui a eu un tel impact sur le rap, principalement avec Company Flow. Mais effectivement, ce n'est pas le rappeur du siècle. Tu joues l'argument du "tous les reconnaissent". Et bien justement, il est généralement admis par tous que Bigg Jus rappe bien mieux qu'El-P. S'il t'est nécessaire de te reposer sur l'avis du plus grand nombre pour te prononcer, fais-le aussi sur ce point, tant qu'à faire.

Concernant Bigg Jus, c'est marrant, le seul disque que tu sauves, c'est le NMS, qui est précisément sa plus grosse bouse. Comme je le dis un peu plus tôt, c'est sans doute une question de goûts et de couleurs. De mauvais goût, plus exactement, et de suivisme (El-P est le roi de l'underground, incline-toi devant son trône, blabla).

Sinon, quelques petites réactions aux piques dans ton commentaire : "être de mauvaise foi", ça n'est pas la même chose que "donner son avis". Ca ne veut pas dire non plus '"ne pas être d'accord avec le consensus mou d'une critique moutonnière".

Quant au "un jour, tu t'en rendras de compte", le problème avec cet argument, c'est qu'on peut aisément le renverser. Et qu'il y a aussi des gens qui jamais, malheureusement, ne se rendent compte.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet