Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

PETE ROCK & C.L. SMOOTH - Mecca and the Soul Brother

, 23:39 - Lien permanent

S'il fallait désigner le disque de rap new-yorkais quintessentiel des années 90, les postulants seraient nombreux. Rien que sur ces pages, vous verrez plusieurs sorties qualifiées comme tel. Mecca and the Soul Brother, toutefois, tient la corde. Sur ce premier album d'un duo emblématique de ces années là, sorti après un All Souled Out EP, déjà très remarqué, il y avait tous les attributs du genre.

PETE ROCK & C.L. SMOOTH - Mecca and the Soul Brother

Elektra :: 1992 :: acheter ce disque

Tout était là : l'alchimie simple et rare entre un MC et son producteur ; des boucles concises, épurées, mais qui faisaient mouche ; du boom bap qui tapait, percussions en avant ("Wig Out") ; des samples vintage puisés dans le patrimoine de la Great Black Music, soul, R&B et jazz en tête ; une pochette classieuse en noir et blanc, avec un logo stylé, qui sentait bon l'assurance et le ghetto ; des élans spirituels à consonances Black Muslim, même si La Mecque dont il était question ici était un état d'esprit plutôt qu'un lieu de pèlerinage, précisait-on en introduction.

Mais Pete Rock, c'était aussi une signature caractéristique, avec ces sons de cuivre omniprésents, des gimmicks qui animaient quasiment chaque morceau, y faisant office de refrains. Le beatmaker savait aussi découper un chant, une voix, pour en faire un motif rythmique ("Straighten It Out", "If It Ain't Rough, It Ain't Right", "Skinz"), et il faisait preuve d'une science avancée du sample. Bref, notre homme avait une patte, qui le ferait entrer dans le panthéon des très grands producteurs new-yorkais, ceux même qui concocteraient Illmatic deux ans plus tard.

Détail notable, enfin, Pete Rock s'essayait à quelques raps sur "Soul Brother #1". Mais le vrai rappeur ici, c'était bien sûr C.L. Smooth. Avec son phrasé sans tache et en accord avec son pseudonyme, lisse, moelleux, coulant, il se distinguait quant à lui par un registre thématique large : chroniques de la rue sur "Ghettos of the Mind", rap engagé sur "Anger In the Nation", chanson très love avec "Lots of Lovin", hommage à un ami décédé, en l'occurrence Trouble T-Roy, danseur de Heavy D. and the Boyz, sur l'admirable classique "They Reminisce Over You".

Le grand mérite de ce grand disque de rap, cependant, c'était sa constance. Comme souvent à cette époque, les auteurs s'étaient sentis obligés d'exploiter la longueur maximale d'un CD, nous proposant un long enregistrement de près d'une heure vingt, avec des plages qui excédaient régulièrement les 5 minutes. C'était excessivement ambitieux, et pourtant, ça ne lassait jamais. Mecca and the Soul Brother était, et il se montre toujours, d'une homogénéité presque totale.

Il ne comptait pas vraiment de tubes, même si "They Reminisce Over You" et "Straighten It Out" sont devenus emblématiques ; mais il n'avait pas de déchet non plus. Ce n'était que des plages habilement produites, subtiles et musicales, marquées par d'adroites variations, et qui ne demandaient qu'à s'épanouir avec les écoutes ; que des "For Pete's Sake", "Wig Out", "Anger In the Nation", "Can't Front on Me" et "The Basement" aux beats impérissables, d'une solidité telle qu'avant 1992, jamais un album de rap n'avait été à ce point… un véritable album.

Vos 5 albums / mixtapes 1992

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 1992. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet