Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

MF DOOM - Operation Doomsday

, 23:06 - Lien permanent

En 1999, l'excellence d'Operation Doomsday ne surprit aucun de ceux qui surveillaient de près l'underground new-yorkais. MF Doom, en effet, avait déjà sorti plusieurs des singles cultes qui ont fait de Fondle'em le label emblématique du rap indépendant. Tous figuraient d'ailleurs sur cet album, assemblé par un artiste pas si neuf qu'il en avait l'air, puisque cet énigmatique héros était en fait Daniel Dumile, alias Zev Love X. L'ex-K.M.D. s'était inventé une nouvelle identité après la mort de son frère et comparse Subroc, devenant un héros des bas-fonds du hip-hop, et ne se montrant plus que la face dissimulée derrière un masque.

MF DOOM - Operation Doomsday

Fondle'em :: 1999 :: acheter ce disque

Compilation plus qu'album, enregistré avec les moyens du bord, Operation Doomsday ne manquait pourtant pas de cohérence. Deux ou trois traits caractéristiques permettaient de cerner MF Doom. Tout d'abord, ce son lourd et inquiétant, émaillé d'effets bizarres, avec lequel s'étaient déjà illustrés quelques poids lourds de l'underground new-yorkais, et qu'illustraient les violons dérangés de "Tick, Tick" (empruntés aux Beatles) et les cuivres menaçants de "Hey".

Le disque affichait aussi une prédilection pour les fausses fins, les titres s'achevant presque toujours par une courte pause, avant de reprendre pour quelques secondes dans une version instrumentale. Quelques freestyles, aussi, étaient recensés, comme "The Hands of Doom", et de nombreux extraits de dessins animés (Scoubidou, L'Incroyable Hulk et Les 4 Fantastiques, dont le pire ennemi n'est autre que le Dr. Doom de la pochette) faisaient office d'interludes.

A en croire son auteur, l'ambition d'Operation Doomsday était de caresser l'auditeur à rebrousse-poil, elle était de le prendre à contre-pied, d’ignorer systématiquement tous les effets faciles qui risquaient de s'imposer à lui. Probable. Pourtant, l'album, se laissait écouter. Et à quelques passages ardus près, "Tick, Tick", par exemple, il s'avérait dans l'ensemble tout à fait respirable.

Plus tard encore, MF Doom enrichirait sa formule, devenant l'une des figures les plus révérée du hip-hop dans les années 2000, ainsi qu'un grand parrain pour l'immense scène rap indépendante qui explosait alors. Il livrerait d'autres grands disques, qui ne seront pourtant que la déclinaison du personnage et de la formule étrenné sur Operation Doomsday, et dont aucun, si ce n'est peut-être Vaudeville Villain, ne dépassera ce premier solo, ce classique underground par excellence.

Vos 5 albums / mixtapes 1999

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 1999. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet